Oglaf, le webcomic avec du cul et des épées vorpales

Oglaf, à la base, c’était un webcomic porno sur la base d’une histoire par semaine. Ça a vite dérapé en une comédie médiévale XXX complètement déjantée.

Oglaf, le webcomic avec du cul et des épées vorpales

Le monde des webcomics est vaste, et si tomber sur une perle est rare, tomber sur une perle traduite en français l’est encore plus. Doug Bayne et Trudy Cooper, un duo à l’humour sans tabou, ont créé Oglaf il y a bien des années maintenant.

On y suit Ivan, un apprenti sorcier un peu loser qui se retrouve fortuitement au service de la Mistress, une monarque à la sexualité bien assumée. Si le monde médiéval fantastique d’Oglaf ressemble un poil (hihi) à celui de Donjons, l’intrigue part rapidement en couille, si je puis me permettre : anecdotes salaces, humour absurde, aventures trépidantes avec des créatures étranges ou malédictions hilarantes (une porte secrète si frustrée qu’on ne veuille pas l’ouvrir qu’elle harcèle les gens, le sperme d’Ivan prenant la forme d’une petite créature qui va irrémédiablement cafter ce qu’il fait à la Mistress)… les auteurs font preuve d’une imagination complètement folle.

100 yeux

Pas de tabou non plus au niveau du dessin : quand il y a du cul, on voit tout, tout, tout (non, si tu es au boulot, ne va pas voir maintenant, ça pine sévère). Mais si le sexe est omniprésent dans l’histoire, il ne fait pas tout : les personnalités et les fails des personnages, qu’ils soient mercenaires en slip ou Reine de l’Hiver, font qu’on attend de les revoir avec impatience.

Outre les anecdotes sexuelles, on suit des quêtes plus loufoques les unes que les autres et l’humour reste toujours présent même pour les parties sans chibre à l’air. 

Utilisez l’objet

Le gros bonus dans tout ça, c’est la liberté avec laquelle le sexe est abordé dans l’histoire : hommes, femmes et créatures se mélangent allègrement sans se poser de question quant à ce qu’ils devraient faire ou non, menés par l’envie et le bordel ambiant. Si le combo sexe + humour a souvent tendance à se nourrir de clichés, Oglaf réussit à jouer avec quand il ne les écrase pas sous une paire de seins ou ne les latte pas d’un coup de fouet sur la fesse.

Un seul regret : si les hommes sont disponibles en toutes formes et couleurs, les femmes restent dans l’immense majorité des cas dans les canons de beauté — minces, à grosse poitrine… Ce qui ne les empêche pas d’avoir des caractères bien trempés, ceci dit !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 15 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • MissAcacia69
    MissAcacia69, Le 1 mars 2014 à 18h45

    J'ai passé 2h de mon aprème à rigoler comme une hyène hystérique devant cette BD, merci Madmoizelle, MERCI HEIN! ;)

Lire l'intégralité des 15 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)