Ocean’s 8, l’adaptation 100% féminine d’Ocean’s Eleven, a une date de sortie !

Ocean's 8, le remake 100% féminin du film de braquage avec le plus grand casting de Hollywood, alias Ocean's Eleven, arrive bientôt sur nos écrans.

Mis à jour le 7 octobre 2016 — Préparez-vous pour le 8 juin 2018. Oui, j’ai bien dit 2018… C’est la date officielle de la sortie d’Ocean’s 8 !

Pour récapituler le casting 100% féminin, il y aura des noms que vous connaissez sûrement… Sandra Bullock, Cate Blanchett, Anne Hathaway, Rihanna, Helena Bonham Carter, Nora Lum (alias la rappeuse Awkwafina), Mindy Kaling et Sarah Paulson, le tout dirigé par Gary Ross (réalisateur du premier Hunger Games).

Je vois très bien Anna Hathaway en équivalent du personnage de Matt Damon, un peu maladroite mais très habile en tant que pickpocket ! Mindy Kalling en techos bien maligne aussi, ça lui irait bien.

Je dois avouer qu’en apprenant l’existence de ce film, je n’étais pas très chaude, mais en y réfléchissant, je me dis pourquoi pas…

Mis à jour le 13 août 2016 — Vous n’avez même pas encore eu le temps d’aller voir le remake 100% féminin de Ghostbusters ? Mettez-vous vite à jour car une nouvelle adaptation girl power arrive à grand pas ! Il s’agit de Ocean’s Eleven, le culte film de braquage. Le film sera un spin-off de la série, donc une aventure se déroulant à côté de l’histoire principale. Et on a déjà des indices sur le casting du film.

À lire aussi : « SOS Fantômes » – Revue et interview de Paul Feig

Et la plus grosse annonce de ce casting, c’est l’indétrônable Rihanna ! Après quelques apparitions, surtout pour jouer son propre rôle et une première performance dans le nébuleux Battleship, la chanteuse démarrerait donc une véritable carrière au cinéma !

rihanna

HELL YES !

Une autre chanteuse, ou plutôt une rappeuse devrait rejoindre le casting : il s’agit de Nora Lum aperçue entre autre dans Nos pires voisins 2. Quand au reste du groupe, il réunit du sacré beau monde : Sandra Bullock et Cate Blanchett seraient de la partie. Rien n’est sûr pour l’instant mais Elisabeth Banks pourrait aussi rejoindre le casting. On retrouverait également Anne Hataway, Helena Bonham Carter et Mindy Kaling, l’adorable (ou insupportable, à vous de juger) Kelly dans The Office.

kelly

« Je parle tellement que j’ai pris l’habitude de ne même plus m’écouter. » J’aime tant cette fille.

Espérons que ces annonces se concrétiseront ! Le tout se déroulera sous la houlette de Gary Ross, le réalisateur entre autres de Hunger Games. Ce spin-off répondra au nom d’Ocean’s Eight et n’a pour l’instant pas de date de sortie annoncée.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 16 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Siobhàn Salomé
    Siobhàn Salomé, Le 7 octobre 2016 à 14h35

    Bon, j'arrive après la bataille, mais, puisque l'article vient d'être réedité, et pour avoir gravité dans le cinéma, fallait que je dise un peu quelque chose :

    Neverland90
    C'est marrant car personne ne se plains des remakes dans lesquels il y a des hommes : Jurassic World par exemple :cretin: qui est beaucoup moins progressiste que les anciennes versions et bourré de stereotypes sexistes.
    Outre le fait que l'utilisation de cet argument à toutes les sauces commence à m’énerver : c'est faux. Il y a des articles (et de journaux mainstream comme l'Obs ou L'Express, pas des Cahiers ou je ne sais quel feuille de chou pour pour public hyper-spécialisé) à chaque cérémonie de remise de prix pour rappeler, à juste titre, combien on adore la prise de risque à Hollywood ces derniers années. La particularité des remakes féminins, et ce qui, a titre personnel, m'agace franchement, c'est qu'on prend les gens pour des imbéciles : "regardez, on refait ce film parce qu'on veut réparer une injustice/qu'on est trop progressistes". Alors qu'en vrai, c'est juste pour se faire encore plus de pèze. Admirez le cynisme : non seulement on attires les fans de l'opus orignal (qui peuvent être super critiques, mais iront tout de même), les nostalgiques de l'époque mais EN PLUS toute la mouvance féministe 2.0 qui voit ça comme une avancée du statut de la femme au cinéma, alors que c'est finalement très superficiel. Preuve, s'il en est, que nous sommes devenues des cibles marketings comme les autres.

    Perso, les remakes peuvent être agaçants mais je laisse toujours une chance.
    Exactement. Comme 75% de son public. C'est d'ailleurs pour ça qu'ils marchent aussi bien et que les producteurs sont aussi frileux à sortir des nouveautés. Perso, j'ai arrêté d'être indulgente, parce que, quitte à payer 10€ une place de ciné, j'aime mieux la donner à 1) une réalisateur qui fait l'effort de raconter quelque chose de personnel et 2) un(e) producteur/trice ou un distributeur qui à les couilles (ou les ovaires), de défendre un projet original.

    Les producteurs qui financent les films aiment les "valeurs sures" et sont souvent frileux face à de nouveaux projets. Les réalisateurs ont beaucoup de mal à faire passer de nouvelles idées.
    Ce n'est pas dû à un manque d'imagination. Un film doit avant tout rapporter beaucoup d'argent.
    Si vous regardez la liste des projets émanant de réalisateurs qui ont été refusé, vous verrez que beaucoup d'entre eux sont assez neufs mais n'offrent aucune garantie de succès.
    Mais ... dans ce domaine, y a rien qui offre une garantie de succés... C'est comme quand tu montes une entreprise ...

    Star Wars était un projet original qui n'offrait aucune garantie de rapporter de l'argent. Comme Retour vers le Futur, Pulp Fiction, Edward au mains d'Argent .... Sauf que s'il n'y avait pas eu une personne qui y croie et décide d'investir temps et argent pour les promouvoir, ces histoires seraient probablement encore dans un placard. A côté de ça, tu as autant de grosses productions hyper calibrées qui ont fait des flops d'anthologie (Willow, Showgirls ...), voir on fait couler des studios. C'est ça aussi, la production cinéma. Croire en son instinct, prendre des risques financiers. Pas juste s'asseoir dans un fauteuil et attendre que l'oseille tombe.

    Et puis, pour avoir bossé comme scénariste, il faut réaliser que cette frilosité de production, ça paralyse TOUT le monde, jusqu'aux premiers maillons de la chaîne. Les débutants, qui n'entrent pas en école parce que ce qu'ils font c'est "sympa mais pas assez calibré"; les pros, qui même s'ils sont ambitieux, se voient obligés de faire la même soupe que tous les autres sous peine d'avoir un frigo vide à la fin du mois, et enfin, le cinéma en général, qui tourne en rond et est tout simplement en train de mourir créativement parlant.

    Les producteurs ont vu que les films mettant en scène un casting principalement féminin marche très bien. Et c'est déjà ça de gagner.
    Oh oui, quel gain. Celui de ne pas pouvoir nous exprimer sur grand écran par nous-mêmes, parce que personne n'a les cojones d'investir sur une nouvelle plume ou un nouvel œil ? Celui de devoir se contenter de la place de remplaçantes de ces messieurs ? De devoir encore se séparer en deux cases "ça c'est le film pour les filles, et celui là pour les garçons." ? Bon, ben désolée, je ne vais pas m'en contenter. Et surtout pas financer un faux progrès.

    Désolée @Neverland90 si ce post est agressif, c'est pas contre toi personnellement, j'en peux juste plus de lire que "les remakes fémins c'est une petite avancée" alors que le cinéma est typiquement le milieu ou on muselle économiquement les femmes, encore d'avantage avec ce type de projets.

Lire l'intégralité des 16 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)