Nos règles, les garçons et tout ce qui s’en suit

Au XXIè siècle plus que jamais, les menstruations sont visiblement un sujet tabou. Pour preuve, cette géniale publicité imaginée par l’équipe marketing de U by Kotex qui a enfin tout compris. Le synopsis : devant un supermarché, une fille a oublié l’anti-vol pour accrocher son vélo. Elle demande aux garçons qui passent s’ils peuvent lui […]

Nos règles, les garçons et tout ce qui s’en suit

Au XXIè siècle plus que jamais, les menstruations sont visiblement un sujet tabou. Pour preuve, cette géniale publicité imaginée par l’équipe marketing de U by Kotex qui a enfin tout compris. Le synopsis : devant un supermarché, une fille a oublié l’anti-vol pour accrocher son vélo. Elle demande aux garçons qui passent s’ils peuvent lui rendre un service : lui acheter des tampons.

Elle leur aurait demandé de manger une crotte de nez que le résultat aurait été le même. Okay. Quel est le problème avec nos règles ? Quel est le problème avec le mot tampon ? Est-ce que si on le répète trois fois devant le miroir, un tampax géant ensanglanté surgi pour nous provoquer en duel, ou quelque chose de ce genre ? J’aimerais comprendre.

Dans une deuxième publicité, la marque a choisi de montrer un garçon bien embêté face au gigantesque rayon d’hygiène intime : il doit acheter des tampons ou des serviettes hygiéniques pour sa copine, il ne sait pas trop bien, et il tente de se faire aider par d’autres clients.

Le moment où un homme lui fait la liste des différents tampons (« normal, super, super plus ») avant de conclure « est-ce que votre petite amie est grande ? », sous-entendant que le tampon se choisit en fonction de la taille du vagin, est mon préféré, avec la quinquagénaire qui – un brin de dépit dans sa voix – dit « pourquoi les applicateurs sont faits en carton ? Eh bien, c’est un monde régi par les hommes, et les hommes créent parfois des choses débiles. ». Wow, quelle BAD ASS !

Cette série a commencé avec un premier spot publicitaire tout aussi bien fait, qui se moque des pubs qui ont la mauvaise habitude de prendre les femmes pour des princesses neuneus qui imagine leur vagin tel un lilas à peine éclot.

Chargement du lecteur...

Je pense que pour briser ce tabou, nous devrions désormais porter un tampax derrière l’oreille une semaine par mois.

A lire pour compléter : le fanzine déjanté RAGNASS, en vente à 2 euros à Toulouse & Poitiers.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 63 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Shadeluna
    Shadeluna, Le 8 mai 2012 à 20h44

    Piamaa = > de rien ;) N'hésite pas si tu as d'autres questions, sur le forum ou bien en MP !

Lire l'intégralité des 63 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)