C’est comment d’être élevé pour devenir un homme, un vrai ?

Bats-toi, sois fort, ne pleure pas... Ce petit garçon va être confronté de plein fouet aux injonctions sociales qui pèse sur le genre masculin, et ça fait mal.

C’est comment d’être élevé pour devenir un homme, un vrai ?

En partenariat avec Nikon (notre Manifeste).

Les stéréotypes de genre peuvent avoir des conséquences très tangibles sur l’épanouissement personnel.

D’autant que ces clichés autour de ce que devraient être les garçons et les filless’insinuent dans nos cerveaux dès le plus jeune âge via l’éducation, et conditionne nos représentations.

C’est le sujet de ce court-métrage en lice pour le Nikon Film Festival, et intitulé « Un homme, un vrai ».


Clique sur l’image pour voir Un homme, un vrai

« Un homme, un vrai », le court-métrage qui questionne la masculinité

Réalisé par Aurélien Mathieu, « Un homme, un vrai » met les personnages et le spectateur face à la violence des normes de virilité excessive qui entourent la masculinité. 

Dans ce film poignant, un père emmène ses deux enfants sur un terrain de rugby.

La petite fille est invitée à attendre sagement sur un banc pendant que le petit garçon s’exerce.

L’entrainement du jour concerne a priori le sport, mais à y regarder de plus près…

C’est une véritable leçon de virilité que le père compte délivrer à son fils, pour en faire « un homme, un vrai ».

Vote pour ton Nikon Film préféré !

Mon cœur s’est brisé en regardant ce petit garçon se faire hurler dessus et être contraint de ravaler ses larmes et de refouler ses émotions au fond de lui-même…

Si tu veux soutenir ce film dans la compétition, tu peux aller voter sur le site du Nikon Film Festival.

Si tu as réalisé ou participé à un court-métrage, n’hésite pas à nous l’envoyer à jaifaitca@madmoizelle.com !

À lire aussi : 16 hommes qui ont fait avancer la masculinité positive en 2018

QueenCamille

QueenCamille


Tous ses articles

Commentaires

Miss Rayven

Ce petit film m'a retourné les tripes :tears: et la fin m'a brisé le coeur.
Le "pire" c'est que ce discours est dans la bouche de beaucoup d'educateurs sportif pour peu que le sport en question nécessite du contact physique "légal".
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!