L’athlète Nick Symmonds prête son tatouage au sponsoring sauvage

Nick Symmonds contre le Comité Olympique : duel marketing à Londres city.

Été 2012, planète Terre, Londres : le Comité Olympique mène une guéguerre sans merci aux marques qui tenteraient de marcher sur le gazon anglais de ses sponsors. Dans ce monde corrumpu par les satyres décadents du marketing, un homme, Nick Symmonds, a décidé de résister aux pressions des big boss. Le coureur américain a vendu son tatouage à l’épaule gauche comme encart publicitaire à un sponsor non-officiel pour plus de 9000 euros.

Nick, l’homme-sandwich de 28 piges, va donc porter toute la saison, en plus d’un short moulant qui ferait frémir Christina sur ses talons de 12, le logo (éphémère hein, fait pas déconner) d’Hanson Dodge Creative, une agence de publicité de Milwaukee, aux Zétats-zunis. Le gus a ainsi l’intention de dénoncer la politique de chasse aux sorcières du Comité Olympique. Vise la bonne affaire : je songe désormais à vendre mes rognures d’ongles sous prétexte de protester contre la disparition des pandas albinos de Papouasie.

Nickpub Lathlète Nick Symmonds prête son tatouage au sponsoring sauvage

Coucou le Comité Olympique, je t'ai bien Nick-é.

Tatouagenick Lathlète Nick Symmonds prête son tatouage au sponsoring sauvage

High level de tatouage, les gars.

Who runs the wooorld ? Nick, qui a gagné le titre top moumoute de « chieur officiel de l’équipe américaine ». Mais Nick a beau être un spécialiste top of the pops du 800 mètres et du 1500 mètres, il a un peu craqué son slip de bain : le gus avait lancé les enchères avant d’être officiellement qualifié dans l’équipe américaine, genre tranquille, t’as vu, j’ai les phéromones de la crise d’ado dans la peau.

Nickgrimac Lathlète Nick Symmonds prête son tatouage au sponsoring sauvage

Nannèèèreuh.

Enfin de compte, Nick est aussi rebelle qu’un DVD Disney : non seulement il bosse pour Hanson Dodge Creative à presque plein temps, mais en plus il ne baladera son mauvais goût épidermique que dans le Village Olympique, puisque son tattoo devra être caché par un sparadrap lorsqu’il battra de la gambette sur le stade.

Que penses-tu de ce détournement bod-mod ? Nick est-il un vrai antisocial qui perd son sang-froid ou juste un petit malin qui profite de la situation pour palper de l’oseille ?

Tous les articles Débats et des Modes , Magazine Mode , Sport
Les autres papiers parlant de Jeux Olympiques , Marketing , Tatouage
ça vous a plu ?
partagez !
Big up
L'actu de mad
gratuitement dans vos mails !
a lire également
Plus d'infos ici
Viens apporter ta pierre aux 3 commentaires !

Lire l'intégralité des 3 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)

  • FlashForward
    FlashForward, Le vendredi 27 juillet 2012 à 14h08

    Euh... J'ai pas tout compris... :shifty:

    Il s'est vraiment fait tatouer ce truc immonde? En permanent?? :oo:



    En lui-même, je trouve le geste chouette (protester contre le monopole des sponsors) même si l'obligation de porter un sparadrap gâche tout, mais, je comprend pas tout à fait quand même. (Surtout que bon, faut pas être un génie pour penser à mettre un sparadrap histoire de cacher un tatoo-pub)

  • Lea S.
    Lea S., Le vendredi 27 juillet 2012 à 14h24

    Menthe;3415177
    Je me suis posée la même question, et sur le Point, ils disent que c'est un tatouage éphémère.
    Yep, il s'agit bien d'un tatouage éphémère (pas si dingue le Nick), j'ai mis tout ça à jour pour plus de clarté ! ;)

  • Zamora
    Zamora, Le vendredi 27 juillet 2012 à 20h23

    C'est fou quand même... pas tant sa démarche, parce que je trouve qu'il a bien le droit de porter les couleurs de la boite qu'il veut, si c'est son employeur tant mieux, c'est tjs mieux que faire de la pub à Coca Cola je trouve, qui a bien assez de visibilité et de clients dans le monde entier.

    Par contre le coup du sparadrap je trouve ça à chier. Elle est où la liberté là ? On ne peut plus "porter" ce qu'on veut car ça porterait préjudice à une pauvre petite multinationale ?? C'est pas super "olympique" cette façon de penser... seuls les gros pleins de thunes peuvent gagner plus car ils ont crachés plein de sous (à leur échelle ils frolent pas la ruine non plus, et le retour sur investissement est conséquent faut pas se leurrer), mais le petit outsider n'a pas le droit de s'afficher ? Ils pensent que cette boite va les mener à la faillite ou quoi ?

    L'essentiel est de participer, mais bien sur....

Lire l'intégralité des 3 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)