Pourquoi j’en ai marre que les personnages queer meurent dans les séries

The 100, The Walking Dead, Buffy, Orange is the New Black, et maintenant The Magicians... Louiselle en a marre de voir des personnages queer mourir dans les séries, et elle t'explique pourquoi.

Pourquoi j’en ai marre que les personnages queer meurent dans les séries
Alerte spoilers
Attention, cet article contient des spoils sur le dernier épisode de la série The Magicians, ainsi que sur l’épisode 7 de la saison 3 de The 100.

Si tu suis The Magicians, l’ultime épisode de la saison 4, bourré en émotions, a sûrement dû te faire verser une larmichette…

The Magicians dit stop aux clichés… en tuant un personnage queer

Tout au long de cette 4ème saison, Quentin (Jason Ralph) et ses amis ont lutté contre le Monstre, entité maléfique possédant le corps d’Eliot (Hale Appleman).

Après 13 épisodes, le show s’est conclu sur le sauvetage d’Eliot… et la mort de Quentin.

Les scénaristes de The Magicians se sont expliqués sur cette fin brutale, avançant que tuer le héros permettait de montrer que même le typique homme blanc n’était pas à l’abri d’un retournement de situation fatal.

L’initiative est tout à leur honneur. Je suis ravie que certains shows essaient de se débarrasser de clichés tels « C’est toujours les personnages non-blancs qui meurent en premier » et « Il peut pas crever c’est le personnage central ».

Le problème avec The Magicians, c’est que Quentin ne se résumait pas seulement à un mâle blanc…

C’était aussi un personnage queer, et plus précisément bi, comme la série s’est appliquée à le mettre en avant, installant une romance entre Eliot et Quentin durant cette saison.

Alors pourquoi justifier la mort du héros en expliquant vouloir mettre fin aux clichés, si c’est pour en perpétuer un autre, déjà bien trop exploité ?

Sur les réseaux sociaux, les fans ont fait part de leur mécontentement

Bien sûr, il est insensé de s’attendre à ce que tous les personnages queer, c’est-à-dire qui ne se définissent pas selon les normes du modèle social hétéro-normatif, soient invincibles ou immortels.

Beaucoup de morts sont justifiées dans l’écriture et la construction d’une série. L’essence même de certains shows repose sur l’élimination méthodique et cynique de leurs personnages (coucou Game of Thrones) !

Seulement, historiquement, la représentation des personnages queer à l’écran a toujours été compliquée. En sous-nombre, ils étaient au début essentiellement cantonnés dans des rôles de victimes ou d’agresseurs…

Les personnages gays, trans, bi, lesbiens se font si souvent tuer dans les fictions que ce stéréotype utilisé par les scénaristes a maintenant le droit à son propre nom : Bury your gays (enterre tes gays).

Bury your gays, la mort des personnages queer

Il n’y a rien de révolutionnaire à tuer Quentin. C’était une décision lâche, accompagnée du trope « enterre tes gays » qu’on a tous appris à détester.

En tant que spectateur LGBT+, je me sens plus que trahi par cet échec à représenter correctement des personnages queer.

J’ajoute ma voix aux nombreuses autres déçues de voir à quel point The Magicians a fait de la merde.

Se servir des sexualités queer pour être à la mode puis nous sortir une intrigue « Enterre tes gays » de plus n’a rien d’audacieux. C’est juste la même connerie à laquelle on commence malheureusement à être habitués.

J’en ai fini avec cette série.

Le cliché Bury your gays aboutit à une représentation homophobe, car les personnages queer meurent plus facilement et plus régulièrement que leurs homologues hétéros.

Il se caractérise généralement par des disparitions gratuites, voire violentes, et nombreuses.

Le problème n’est pas tant la mort en elle-même, mais le fait que ces personnages soient tués dans un contexte où ils sont déjà sous-représentés, ou bien qu’ils sont tués justement parce qu’ils sont gays.

Bref, Bury your gays, c’est une représentation plutôt toxique…

Pour te donner une idée un peu plus précise, le site anglais Autostraddle a publié en 2016 la liste de toutes les femmes ouvertement lesbiennes ou bisexuelles tuées dans une série télé depuis 1976.

En tout, ça fait 204 personnages.

Ce chiffre, qui peut en apparence te sembler faible, est en fait effarant.

Toujours d’après le même site, entre 1976 et 2016 aux États-Unis, il y a eu 1586 shows avec des personnages hétéros contre 193 avec des personnages lesbiens ou bi.

Sur ces 193 shows, 68 ont vu au moins un personnage queer mourir. Soit environ un tiers…

Lexa, le jour où j’ai pleuré la mort d’un personnage queer

Pour que tu puisses bien saisir l’impact de ce traitement médiatique, je vais un peu te raconter ma life.

En 2014, mon bac en poche, je suis partie faire mes études dans une autre ville, loin de chez moi. Ce déménagement a été un bol d’air frais dans ma vie, après une terminale où j’avais découvert les joies d’une relation toxique.

Partir, c’était l’occasion de remettre les compteurs à 0, de gagner en indépendance, et surtout de commencer à assumer pleinement mon orientation sexuelle.

J’ai trouvé un groupe d’amis avec qui je pouvais parler librement d’homosexualité, et je passais pas mal de temps en ligne à chercher des modèles.

En 2016, comme Christophe Maé, je suis tombée sous le charme. Elle s’appelait Lexa, me faisait fondre avec ses grands yeux tristes et maniait l’épée comme une pro.

Dans la série The 100, c’était la cheffe des Grounders : combattante féroce et ouvertement lesbienne. Un de ces fameux modèles que je cherchais.

Depuis plusieurs épisodes le rapprochement entre Lexa et Clarke (le personnage principal) devenait évident, et une rumeur laissait penser qu’elles allaient ENFIN faire quelque chose de toute cette tension sexuelle.

À l’époque, vraiment investie dans la série, j’ai décidé de regarder l’épisode suivant en live, pour ne pas me faire spoiler.

Grave. Erreur.

À 4h du matin, la trace de l’oreiller encore fraîchement inscrite sur la joue, j’étais prête… Enfin c’est ce que je croyais !

Les deux femmes ont bel et bien eu le droit à leur romance. Mais cette dernière a été aussitôt suivie de la mort de Lexa, mon personnage favori.

Quand mon meilleur ami est venu me chercher quelques heures plus tard pour qu’on aille en cours, il a été accueilli par une Louiselle en PLS, les yeux encore rougis par les larmes.

Ça peut sembler anodin, idiot. Après tout, des morts, cette série basée sur la lutte pour survivre en comptait déjà bien d’autres.

Alors pourquoi je réagissais ainsi ?

Déjà, parce que je m’étais levée à 4h du matin, et que quand je dors trop peu je me transforme en un être composé à 98% de sensibilité et à 2% d’eau.

Ensuite, et surtout, parce que je me sentais trahie, blessée et tellement en colère.

J’ai déjà chialé ma race pour beaucoup d’autres personnages (en vrai je pleure même devant les pubs, donc bon). Mais là c’était différent.

The 100 venait de me priver de la présence à l’écran d’un personnage ouvertement queer et absolument badass, dans une scène cruelle, presque sadique.

Tuer Lexa, d’une balle perdue, LITTÉRALEMENT 3 MIN après qu’elle a enfin ken avec sa blonde ??? Quelle AUDACE, quel TOUPET !

En voyant Lexa mourir comme ça, aussi subitement, gratuitement, je me suis dit « Ok, donc même à l’écran c’est tendu du uc pour les personnes queer ».

Et je n’étais pas la seule.

Sa mort a fait tellement de remous, que le hashtag #LexaDeservedBetter (Lexa méritait mieux) a squatté les réseaux sociaux pendant un bon petit moment.

3 ans après, les fans parlent encore de la mort du personnage comme d’un événement traumatisant.

Fort heureusement, cet épisode clivant pour la communauté LGBT a aussi eu de belles retombées.

Des centaines de milliers de dollars ont été collectés pour le Trevor Project, une association qui milite sur la prévention du suicide chez les jeunes lesbiennes, gays, bi et/ou trans.

De nombreux médias ont également traité l’information, demandant aux séries télévisées de mieux écrire et de mieux traiter leurs personnages queer.

Pas à pas, les choses avancent…

Des séries télés avec des personnages queer bien représentés

Aujourd’hui, je fais plus attention aux séries que je regarde, et particulièrement à la façon dont leurs scénaristes écrivent les personnages queer.

Je suis heureuse de constater que, malgré des fautes de parcours, nombre sont ceux à proposer une représentation positive à laquelle les membres de la communauté LGBT peuvent s’identifier.

Voici une petite sélection de mes shows LGBT friendly préférés, qui me redonnent le sourire ou que je trouve particulièrement bien écrits !

One Day At A Time, avec des personnages LGBT cool

Drôle, bien pensée et bien écrite, One Day At A Time, ou Au fil des jours, figure parmi mes chouchous. Ce format court n’hésite pas à traiter de sujets délicats comme le racisme, la dépression ou l’homophobie.

Tous les personnages sont attachants et te feront probablement verser une larme ou deux (ou 10 000).

Isabella Gomez y joue Elena, une adolescente intelligente, sûre d’elle, et ouvertement lesbienne. Au cours de la saison 2 elle se met en couple avec Syd, un personnage non-binaire.

Comme tu l’auras compris, c’est une super série, avec une représentation variée et juste.

Les fans n’ont donc pas hésité à faire entendre leur mécontentement et leur tristesse lorsque Netflix a décidé de mettre fin au show après la 3ème saison…

Tout espoir n’est cependant pas perdu.

De grosses chaînes comme CBS s’intéressent au programme, et pourraient tenter de sauver One Day At A Time, comme Brooklyn 99 a été sauvée par NBC !

Black Lightning, une série diversifiée

La série raconte les aventures de Jefferson Pierce, aka Black Lightning, un super-héros à la retraite qui reprend du service.

L’actrice Nafessa Williams interprète sa fille, Anissa, étudiante en médecine, enseignante  à mi-temps, et elle aussi dotée de super-pouvoirs. Dès les premiers épisodes son attirance pour les femmes est soulignée.

Black Lightning compte maintenant 2 saisons et a été acclamé par les critiques pour sa représentation de personnages non-blancs et non-hétéros.

Les Nouvelles Aventures de Sabrina, avec des personnages LGBT

Les Nouvelles Aventures de Sabrina, en plus d’être une série féministe qui lutte contre le sexisme, inclut l’histoire d’Ambrose Spellman, sorcier pansexuel, et de Theo Putnam, personnage trans (Susie dans la 1ère partie du show).

Grace et Frankie, un couple gay qui change

Jane Fonda et Lily Tomlin s’en donnent à cœur joie dans cette comédie.

Les deux femmes au fort caractère forment une paire inattendue lorsque leurs maris respectifs les quittent… pour sortir ensemble !

L’occasion de voir un couple homosexuel qui casse les clichés des jeunes hommes gays à l’écran.

The Haunting of Hill House et son personnage queer

The Haunting of Hill House c’est LE show qui m’a mis le cerveau à l’envers et que je peux regarder encore et encore en me disant « AH PUTAIN mais je l’avais pas vu ça les 3 premières fois ! Ohlala elle est si bien cette série ».

C’est aussi le show qui m’a permis de connaître Kate Siegel, l’interprète de Theodora Crain, personnage central et ouvertement queer !

Jane the Virgin, la bisexualité représentée

La télénovela Jane the Virgin a entamé la diffusion de sa 5ème et ultime saison.

La saison précédente avait été l’occasion pour Petra (Yael Grobglas), l’ex-femme de Rafael et la rivale de Jane, d’explorer sa sexualité avec une autre Jane, jouée par Rosario Dawson.

Dans le 1er épisode de la dernière saison Petra a été très claire sur un point : elle est bisexuelle.

Sex Education, la série qui fait du bien

Et enfin, pour clôturer cette petite sélection, je te conseille vivement Sex Education si tu ne l’as pas encore vue.

La série totalement décomplexée du cul, te donnera sans aucun doute le sourire, et tu te délecteras de la personnalité d’Eric, le meilleur ami gay d’Otis.

Viens me dire en commentaires quelle série te file la patate !

À lire aussi : Les Nouvelles Aventures de Sabrina partie 2, une croisade contre le sexisme

LouiselleD


Tous ses articles

Commentaires

TheOnlyHenriette

Bonjour, bonsoir :)

Avant de commencer je tiens à préciser que je n'ai pas lu TOUS les commentaires ^^ Cependant je tiens à faire part (une fois n'est pas coutume) de mon avis sur cet article.

Je voudrais notamment revenir sur la série THE 100 mentionnée dans l'article.


SPOILER SPOILER


Si je comprend totalement la déception de voir le personnage de Lexa mourir ainsi je trouve cependant que la série traite les personnages LGBTQ+ avec une neutralité (ou au moins un respect) qui me semble vraiment louable.
Ce qui me pousse à dire ceci est un événement qui survient bien après la mort (fort regrettable) de Lexa. C'est une conversation entre Clarke et sa mère Abby à ce sujet. En effet, plus loin dans la série Abby et Clarke discutent de la perte de l'ancienne Commandant-e et ce que dit Abby (aka Maman) c'est : Tu l'aimais. Ce à quoi répond Clarke : Oui je l'aimais.
Ce que j'apprécie et que je vante ici c'est que Abby ne se pose pas de questions sur la sexualité de sa fille du genre "Oui, donc tu as couché/aimé cette femme, donc tu es quoi ? Bi ? Lesbienne ? Mettons une étiquette sur ta sexualité"
Elle réagit de manière à montrer que le sexe de Lexa n'avait aucune importance ! La conversation se résume à :

Tu as aimé cet INDIVIDU
Cet INDIVIDU est mort
Tu est triste.

Point. Pas de pseudo-débat.
Même lorsque la romance entre les deux femmes prend forme, il n'y a pas d'intrigue sur la sexualité de l'une ou l'autre.

Je ne sais pas si mon propos est clair, mais ce que je veut dire par là c'est que, pour une fois, la sexualité des personnages principaux ne devient pas un arc narratif pseudo-dramatique, et pour moi c'est quelque chose de vraiment positif.

Voilà ^^

Joie et bonheur sur tout le monde :d
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!