Mon quartier, c’est ma maison de campagne

Je suis une poulette urbaine, mais une poulette élevée au grain et en plein air. C’est dire si à la fin de la semaine, à force d’avoir cavalé aux quatre coins de la ville pour bosser, manger, shopper, j’ai ma dose de bitume. Pour bien vivre, il me fallait donc m’installer dans un quartier esprit […]

Mon quartier, c’est ma maison de campagne

Je suis une poulette urbaine, mais une poulette élevée au grain et en plein air. C’est dire si à la fin de la semaine, à force d’avoir cavalé aux quatre coins de la ville pour bosser, manger, shopper, j’ai ma dose de bitume. Pour bien vivre, il me fallait donc m’installer dans un quartier esprit « campagne ». C’est ainsi que j’ai rencontré et suis tombée en amour pour Wazemmes à Lille, un village dans la grande ville.

Voilà ce qui donne à mon appart’ à Wazemmes un air de maison de campagne…

Mon quartier et ses places du village

Quand la semaine, j’ai fait mes courses en speed dans un Champion bondé, le week-end c’est au marché encore plus bondé (m’en fous, j’ai le temps…) que je fais mes provisions. Celui de Wazemmes est une institution. Et pour cause… On y trouve de tout pour rien. Légumes et fruits frais, viande halal, vêtements cheap ou tombés du camion, produits de beauté périmés… sont vendus par des bonhommes qui tutoiraient même Nadine de Rotchchild.

Dans mon quartier, on a un musée sauf que là-bas, c’est pas comme un vrai musée, c’est un peu comme si c’était chez toi : on peut parler tout haut et même parfois jouer avec les oeuvres. D’ailleurs, c’est fait exprès pour que les artistes y élisent domicile et puissent plus facilement intérargir avec les habitants du quartier. On appelle ça une maison Folie, et la Culture prend une couleur nettement plus funky que n’importe où ailleurs.
Et puis, tout près de la maison, on trouve un jardin pas ordinaire. C’est un Jardin Ouvert et Néanmoins Clôturé, c’est-à-dire qu’il est ouvert et néanmoins clôturé. Les habitants de Wazemmes en ont fait un endroit romantique et bordélique, où se cachent derrière les herbes hautes, au détour d’un chemin terreux, une mare, une cabane, un labyrinthe végétal… Pour sûr, si la Fée Clochette existe, c’est là-bas qu’elle se cache.

A Wazemmes, on a aussi nos fêtes locales. La plus populaire est certainement celle de la soupe. Ce jour-là, les assos du coin préparent leur soupe et la font goûter aux passants. On y boit de la soupe communiste, de la soupe socialiste (la même que la communiste, mais diluée avec un peu de crème), la soupe UMP (dont personne ne veut, on est à Wazemmes…), et des dizaines d’autres préparées avec les légumes achetés le matin même au marché. Au même moment, des groupes de musique squattent les carrés d’herbes (et de bitume) du quartier dans une cacophonie générale. Tout le monde à la banane, surtout la mamie qui, depuis sa fenêtre, la tête dans les géraniums, remue son popotin au son de la musique qui se joue en face de chez elle. La festival de la soupe, c’est un peu notre 14 juillet à nous, en plus classe.

Mon quartier et ses figures locales

Que serait Wazemmes sans ses habitants ?

Il y a le vieux monsieur qui mendie devant la boulangerie et qui dit toujours bien bonjour. Wazemmes a aussi son « fou du village ». Celui-ci qui se promène toujours micro à la main. (Attention longue parenthèse. On prend son souffle – A notre première rencontre, à la caisse du Marché Vrac, me trouvant un air de ressemblance avec Sylvie Vartan, il s’est saisi de son micro et a entonné Allumer le feu*, tout en tirant sur ma manche, m’incitant ainsi à l’accompagner au chant. Moi Pivoine. Les autres clients hilares – Fermez la parenthèse). Il y a les petites vieilles avec leurs chariots et les bobos sur leurs vélos.

* Il fut un temps que les moins de 20 ans… où Sylvie Vartan était Sylvie Vartan Hallyday.

Il y a aussi les commercants qui n’existent plus ailleurs qu’ici : le vendeur de chaussures orthopédiques, la caviste qui ne vend pas du vin mais de la bière, le primeur qui vend des fruits que Maïté ne connait sûrement pas, le mec à l’allure de cowboy qui tient le tabac et qui, malgré les interdictions, continue à servir Gauloise au bec. Et puis bon y’a aussi Picard et ses surgelés, parce que sans Picard point de bonheur possible. Bref, à Wazemmes, on trouve de tout, il n’y manque plus qu’un H&M pour vivre en totale autonomie.

Ce qui est chouette aussi quand tu habites un « village », c’est que tes copines sont tes voisines et qu’il suffit de passer ta tete par la fenêtre pour voir si c’est allumé chez elles. Et puis, la nuit tu ne t’ennuies jamais parce qu’il y a toujours quelques-uns des 42 chats de la rue qui se mettent à miauler comme des sauvages. D’ailleurs, ton chat à toi, les voisins t’ont déjà proposé de le garder pendant que tu seras en vacances, puisque « ça sert à ça les voisins »…

Mon quartier on dit tantôt qu’il est populo, tantôt qu’il est bobo. M’en fiche, j’aime mon quartier. Et vous autres citadines, vous l’aimez votre quartier ? Il est comment le vôtre ?


Photographe Agathe/Accessoiriste Domitille

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 13 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Titobella
    Titobella, Le 11 juin 2008 à 0h39

    Bonjour ! je me permet de t'écrire pour avoir un avis sur ce quartier là, je vais pê bientot y habiter avec mon ami nous ne sommes pas du tout de la région, je recherche plusieurs avis ( forum etc ) pour savoir si ça craint pas trop , étant une fille, je me renseigne qd même si je peux sortir sans être accompagnée h24 ou pas ?! mais quand on lit souvent que le début de la rue des postes est pas "marrant" j'aimerais savoir si c'est juste à cause d'une population étrangère auquel cas, je fais la différence avec des mecs réellement malsains qui peuvent rôder ! :)
    merci de me renseigner,
    en tous cas j'ai adoré ton article qui je pense reflète bien une partie de wazemmes mais quid du reste ? :S

    audrey

Lire l'intégralité des 13 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)