Quand Marion Séclin s’adresse à son coeur, ça résonne avec le mien

Par  |  | Aucun Commentaire

Jeudi 19 juillet est sortie la nouvelle vidéo de Marion Séclin, "Mon cœur ce c*n". Est-ce qu’on pourrait essayer de s’autoriser à aimer et se réconcilier avec ses émotions ?

Quand Marion Séclin s’adresse à son coeur, ça résonne avec le mien

J’avais réussi à pas trop pleurer dans la vidéo Mon corps – ce héros. Ce coup-ci je m’avoue vaincue.

Cette vidéo de Marion Séclin m’a particulièrement touchée parce que j’y ai vu un message de réconciliation. Comment gérer au quotidien les impulsions du cœur, du cerveau et du corps, qui amènent chacun avec eux tantôt la peur, l’amour et la honte ?

La bataille du cœur, du corps et du cerveau

Vouloir aimer tout en ayant peur d’être abandonné·e, vouloir de l’intensité tout en se convaincant qu’il faut se raisonner, se sentir pressé·e et enfermé·e dans le carcan de la société qui nous dicte la façon dont on doit relationner.

J’ai toujours senti cette tension interne, ce combat viscéral et cérébral duquel résulte ma mésestime de moi. Parce que je suis trop ci, trop ça.

Je suis trop émotive, trop violente, trop intense. Puis trop distante et trop indépendante.

Se réconcilier avec soi-même

Alors j’ai vu dans cette vidéo une belle lettre de réconciliation, comme un pansement de bienveillance posé avec poésie sur mon petit juge intérieur.

Une passerelle pour réussir à voir la vie dans chaque histoire, chaque rupture, chaque rencontre. Saisir notre droit à avoir un petit coeur tout mou, tout dur ou téméraire.

La possibilité d’accepter que ce coeur nourrit ce qu’on est, et nous permet de nous jeter dans la vie sans ménagement. Et après tout c’est pas ça être vivant ?

Tu peux regarder la vidéo juste en-dessous ! Est ce que toi aussi elle t’a ému·e et parlé autant qu’à moi ?

À lire aussi : Marion Séclin dénonce le cyber-harcèlement, et fait changer les mentalités

Commentaires

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!