Miss France, entre madeleine de Proust, plaisir coupable, et rejet complet

Par  |  | 80 Commentaires

Miss France 2018 sera couronnée ce samedi 16 décembre. À la rédaction, ça débat sec : un concours de beauté, est-ce toujours d'actualité ?

Miss France, entre madeleine de Proust, plaisir coupable, et rejet complet

— Article initialement publié le 16 décembre 2016.

Ce samedi aura lieu la traditionnelle émission de Miss France 2017. Trente candidates vont se présenter, danser et défiler devant un jury ainsi que le public pour espérer remporter la couronne et succéder à Iris Mittenaere.

Chaque année c’est un peu le même problème, entre ceux qui apprécient et ceux qui ne cautionnent pas l’émission, le débat reste similaire, et c’est aussi le cas au sein de la rédaction.

Pendant notre réunion hebdomadaire, quelqu’un a noté que l’émission arrivait bientôt et les réactions ne se sont pas fait attendre : d’un côté les soupirs d’exaspération et de l’autre des « oui ! » joyeux.

Miss France VS le féminisme

La première chose qui choque c’est l’effet vitrine exclusivement féminin, comme si l’on jugeait des vaches au Salon de l’Agriculture et que nous faisions notre marché, uniquement sur leur physique. Comme le dit Fanny :

« Ça fait un peu vitrine de meufs, alors à ce moment-là pourquoi on ne le fait pas avec les gars pour que nous ne soyons pas traitées différemment ? Et le Mister France très cheap diffusé à 4h du mat sur NRJ12 ne compte pas !

On se rince l’œil sur des meufs ? Alors faisons le pour de vrai, avec des mecs.

Des femmes de l’année, très bien ! Mais pourquoi ne pas inclure leur parcours dans les votes, leur engagement associatif ? Leur vie ? »

big-miss-france-temoignage

Nous retrouvons aussi le même problème chez Miss France que dans bien d’autres institutions génératrices de complexes comme le mannequinat, la presse féminine classique et les réseaux sociaux : le manque de diversité.

« Les filles sont toutes identiques, elles ont le même gabarit, les mêmes mensurations, elles ont toutes les cheveux longs… Désolée mais ça n’aide pas à s’épanouir en tant que femme avec des différences, des cheveux courts, des cheveux fins, une petite poitrine, une grosse poitrine, un peu de ventre, des grands pieds, peu importe.

Est-ce qu’il y a vraiment un seul carcan de la beauté sur Terre en 2016 ? Sans déconner ? Miss France, c’est tellement un concours de 1950… Je cautionnerai quand y’aura des mecs (aussi) et des meufs aux physiques différents, défendant des valeurs plus variées, plus diverses. »

Esther partage l’avis de Fanny et parle d’exceptions qui ne font que confirmer la règle.

« Toutes ces femmes sont exactement sur le même modèle, et pour l’entretien des complexes chez celles qui ne font pas des tailles mannequin… Ça marche pas mal.

Après certes il y a de rares exceptions qui permettent de dire que ce concours peut être utile, comme quand Miss Islande a quitté le concours Grand International car elle a été jugée trop grosse, ou quand la première dauphine de Miss Italie a répondu avec brio aux moqueries sur son poids

Mais en réalité, pour moi c’est un peu le même combat que les modèles dans la plupart des magazines féminins et le manque de diversité dans la mode. »

À lire aussi : Ces complexes que la rédac n’a toujours pas réussi à niquer

Miss France, la madeleine de Proust de décembre

Je sais bien tout ça, je suis au courant des problèmes que représente ce concours de beauté et pourtant… je regarde tous les ans.

Miss France, c’est ma madeleine de Proust de décembre. Ça me rappelle lorsqu’on se mettait en pyjama à la table basse du salon avec mes sœurs, stylo et papier à la main. On listait nos préférées et on était déçues quand elles ne passaient pas le premier tour.

En nous moquant gentiment des danses qui ne sont pas excessivement compliquées, des tenues régionales improbables et de Jean-Pierre Foucault qui force la lourdeur, et mes sœurs et moi passions une bonne soirée. C’est aussi par la nostalgie que passe l’attachement à Miss France pour plusieurs d’entre nous à la rédac.

big-feminisme-pop-culture-evolution

Cependant, une chose est importante selon moi : être conscient•e de ce que l’on regarde. Pas la peine de faire croire que Miss France n’est pas sexiste ou que je n’y vois aucun problème.

Mais comme Margaux le dit, se priver de tout ce qui ne correspond pas à nos standards féministes serait extrêmement difficile.

« Ce n’est pas forcément une émission que je conseillerais à ma fille ou ma sœur de suivre, mais je me dis que l’important c’est d’être conscient•e des problèmes que le concours pose en le regardant.

Ça ne me choque pas que quelqu’un regarde Miss France, parce que je suis qui pour dire à quelqu’un s’il est un•e bonne féministe ou pas ?

Si je voulais un mode de vie correspondant totalement à mes standards, je ne m’habillerais plus dans les magasins qui s’arrêtent au 44, j’arrêterais de regarder toutes les séries, je m’enfermerais dans une bulle et je boucherais mes oreilles en faisant LALALALA. »

À lire aussi : Je suis féministe, mais… c’est pas toujours évident

Les filles qui participent au programme font souvent l’objet de moqueriesTout le sexisme que l’on peut dénoncer dans l’émission leur est renvoyé à la figure.

Pourquoi le concours ne serait-il pas inspirant, pourquoi serait-ce une voie à dénigrer absolument ? Margaux n’appréciait déjà pas, quand elle était petite, les critiques à l’encontre des Miss.

« Je n’ai jamais eu envie d’être miss, mais ça m’a toujours fait de la peine que les critiques envers l’émission deviennent aussi sexistes que le principe du programme : on décide souvent de ce que les participantes pensent à leur place, alors qu’elles font bien ce qu’elles veulent.

Elles ont toutes des vocations différentes, des parcours bien à elles. Je trouve ça cool qu’elles puissent s’approprier leur corps, leur image, afin d’accéder à un certain tremplin pour leur carrière future. Je soutiens ça. »

Personne n’a forcé les candidates. Je les imagine très contentes de participer à un concours national ; certaines ont pu voir des portes s’ouvrir et c’est tant mieux pour elles !

Je regarde Miss France et je suis quand même féministe

Oui, Miss France est devenu un plaisir un peu coupable et je ne regarde plus l’émission avec la même insouciance. Oui, Miss France  reflète une société sexiste contre laquelle je me bats.

Est-ce un paradoxe insurmontable ? Devrais-je rougir de regarder ?

Je ne suis pas spécialement fière de ma soirée télé, mais je suis contente de pouvoir mettre ma colère de côté pour apprécier une émission avec mes ami•es, passer un bon moment, m’attrister sur le sort de ma favorite et pester contre Jean-Pierre Foucault qui n’a pas l’air de vouloir poser aux Miss des questions un peu plus intelligentes que d’habitude.

Et toi, c’est quoi ton rapport à Miss France ?

8 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Amy

Amy est la gardienne du sacro-saint forum, du Snapchat et de l’Instagram. Son règne s’étend au-delà de l’Internet tant son influence et sa justesse sont louées parmi les Hommes. Sinon elle adore le cinéma mais pas les trucs qui viennent de la mer. Sauf le saumon. Le saumon c’est bon.


Tous ses articles

Commentaires
  • TennanTen
    TennanTen, Le 18 décembre 2017 à 17h49

    Je pense que ce genre de concours ne devraient plus exister.... la beauté c'est subjectif et ne me dites pas que ces filles sont heureuses quand elles apprennent que d'autres sont plus jolies qu'elles.

    Je ne comprend pas non plus comment on peut être féministe, cautionner l'émission et la regarder. Alors ouais je suis d'accord avec Margaux sur le fait que se priver de ce qui ne correspond à nos standard féministes serait compliqué. Mais quand même Miss France c'est assez gros ! Du coup je rejoins Esther et Fanny sur la question.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!