Michelle Obama/Cindy McCain, candidates au titre de First lady

L’une est brune, l’autre blonde ; l’une est démocrate, l’autre républicaine ; la première vient d’une famille pauvre de Chicago, la seconde est ancienne pom-pom girl, héritière du troisième plus grand distributeur de bière des Etats-Unis… mais toutes deux postulent au même poste : celui de First lady… Portraits de Michelle Obama et Cindy McCain. […]

Michelle Obama/Cindy McCain, candidates au titre de First lady

L’une est brune, l’autre blonde ; l’une est démocrate, l’autre républicaine ; la première vient d’une famille pauvre de Chicago, la seconde est ancienne pom-pom girl, héritière du troisième plus grand distributeur de bière des Etats-Unis… mais toutes deux postulent au même poste : celui de First lady… Portraits de Michelle Obama et Cindy McCain.

Le rôle de la première dame aux USA

Aux Etats-Unis, la première dame est bien plus que la femme du Président, elle joue un rôle presque aussi important que celui de son mari.
Si le terme de First lady n’est pas officiel, il est utilisé par tous les Présidents, leur administration et les commentateurs politiques pour désigner la femme du chef de l’Etat depuis 1877.
Tout au long du XXe siècle et au gré des personnalités, le rôle de la First lady a évolué : elle aura été tantôt un personnage politique à part entière, tantôt cantonnée à un rôle plus traditionnel de représentation.
Dans l’histoire politique américaine, deux conceptions du rôle de First lady s’opposent, le duel dans lequel s’affrontent Cindy McCain et Michelle Obama semble pleinement correspondre à ce shéma.

Michelle Obama/Cindy McCain, deux femmes pour une seule place

Les deux femmes sont glamours. Aujourd’hui, elles posent pour les couvertures des magazines féminins, et sont en passe de devenir des véritables icônes dans la société américaine. C’est pourtant la seule similitude que l’on peut établir entre elles.
L’opposition entre les deux femmes a commencé en février dernier. Suite à l’emballement populaire autour de son mari, Michelle Obama s’est dite fière de son pays pour la première fois. A l’étonnement général, c’est Cindy McCain qui a été la première a rebondir : « Il n’y a pas un jour où je ne suis pas fière de mon pays », s’exclamait-elle dans les médias dans les heures suivantes. La course à la place de First lady était lancée…

Depuis, Cindy McCain s’est faite plus discrète, elle n’a joué qu’un rôle mineur dans la campagne pour la nomination de son mari comme candidat du Parti républicain, se laissant voler le rôle de « femme du camp républicain » par Sarah Palin.
Mariée à John McCain depuis presque 30 ans, malgrés leurs 17 ans de différence d’âge, Cindy McCain est un soutien moral mais aussi financier très très important pour son mari (pour l’année 2006, son salaire est estimé à 6 millions de dollars). Malgré ce rôle privilégié, elle a restreint ses discours publics au minimum.

Au contraire, dans le camp démocrate, la popularité de Michelle Obama n’a cessé d’augmenter. Dans les rues de New York, elle s’affiche désormais aux côtés de son mari sur les t-shirts, les pins ou les posters en l’honneur du Parti démocrate. Son intervention lors de l’ouverture de la convention démocrate de Denver a été remarquée par tous, l’installe dans l’effort politique de son mari pour atteindre la maison blanche.

Pour beaucoup de commentateurs politiques, le rôle des deux femmes dans la campagne de leur mari préfigure leur façon de concevoir leur rôle de First lady.

Deux conceptions du rôle de First lady

Au fil des présidences, le rôle de la First lady a évolué. Aujourd’hui, l’histoire et les personnalités de ces femmes de Présidents permettent de dégager deux grandes conceptions du rôle. Michelle Obama et Cindy McCain semblent répondre à cette typologie.

A 54 ans, Cindy McCain s’inscrit dans une conception traditionnelle du rôle. Dans le sillage de Nancy Reagan ou de Laura Bush, Cindy McCain se propose d’incarner un rôle très conventionnel de maîtresse de maison et de représentation auprès du Président. Elle l’a déjà annoncé à plusieurs reprises : elle n’occupera pas de place politique dans l’administration de son mari. Déjà à la tête de plusieurs organisations humanitaires, elle continuera de se consacrer à ses missions, sans intervenir dans la politique du Président.

A l’opposé, Michelle Obama s’inscrit déjà dans le modèle mis en place par Jackie Kennedy puis par Hillary Clinton. Louée pour sa grâce et son talent politique, cette brillante avocate, diplômée de Princeton et d’Harvard, a marqué des points lors de son discours pendant la convention démocrate à Denver. L’attend un rôle définitivement plus politique, qui correspond aussi à la manière dont le couple Barack/Michelle Obama s’est construit. En effet, c’est alors qu’ils étaient tous deux employés de la même boîte d’avocats que le couple s’est rencontré, posant ainsi les bases d’une relation où Michelle n’avait pas à se définir comme « la femme de… ».
Avec un investissement auprès de son mari clairement plus actif, Michelle Obama fait partie de la stratégie de campagne du sénateur de l’Illinois. Pour les militants du camp démocrate, Michelle n’est pas seulement la femme de leur candidat mais est désormais considérée comme une force à part entière. Dans le QG Bed Stuy pour Obama, les responsables vont même jusqu’à demander l’utilisation de l’image de Michelle pour palier à l’engouement qui entoure la nomination de Sarah Palin dans le camp républicain.

L’écart de conception du rôle de Première dame qui sépare Michelle Obama et Cindy McCain est sûrement aussi important que celui qui sépare la politique de leurs maris respectifs.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 7 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Melle-elle
    Melle-elle, Le 4 novembre 2008 à 22h29

    très bon article! très intéressant ! merci beaucoup. personnellement; je suis contente que la femme d'un président "s'immisce" dans les affaires politiques. même si ce n'est pas pour elle que l'on vote - c'est certain - je pense que c'est tout de même important d'avoir une first lady qui s'intéresse et participe activement au lieu de rester un beau sourire toutes dents dehors aux côtés du président.

Lire l'intégralité des 7 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)