Mélusine, emblème de… Starbucks ! — Bonus Pause culotte

Le saviez-vous ? La sirène à double queue de poisson que vous voyez sur le logo Starbucks est une mélusine. Si vous faites partie des bon-ne-s élèves et que vous avez bien lu l’article sur la fée Mélusine, vous allez aussitôt me rétorquer « Mais enfin, tu racontes n’importe quoi, Mélusine est une fée maudite, et elle a une queue de serpent, pas deux queues de poissons comme une sirène qui aurait abusé sur le symbole phallique ! ».

pause-culotte-melusine-starbucks

Vous avez raison, et pourtant, on appelle bien cette étrange sirène qui tient ses deux queues dans chaque main « une » mélusine ! Il s’agit d’un symbole héraldique, c’est-à-dire une de ces illustrations que l’on peut retrouver sur un blason et qui a une signification spécifique.

pause-culotte-melusine-2

Mais le symbole de la mélusine est assez rare, par rapport à celui de la sirène classique. Cette dernière, représentée sur l’écu avec un peigne et un miroir, symbolise la vanité, la volupté et/ou l’éloquence. Quant à la mélusine, rien n’est sûr quant à sa signification ! Elle pourrait symboliser la fécondité, mais le fait qu’on l’appelle une mélusine (ou merlusine) en référence à la légende de la fée maudite semble être un abus de langage.

Alors, pourquoi les cafés Starbucks ont-ils choisi ce symbole pour leur logo ? Apparemment, la mélusine, seins nus et toutes queues dressées, était supposée évoquer la séduction. Un peu comme les pubs aujourd’hui qui présentent le simple fait de boire du café comme super glamour, avec des couples qui dansent ou de belles demoiselles qui boivent leur tasse en poussant des soupirs lascifs. What else?

pause-culotte-starbucks-logo

Mais on parle moins de la raison pour laquelle Starbucks a rapidement changé son premier logo. Celui-ci, qui montrait la sirène à deux queues dans son intégralité, avait été jugé un peu trop… « suggestif », avec ses deux queues écartées comme ça.

Alors la sirène à deux queues, oui, mais elle se les met ailleurs, merci. Y en a qui boivent leur café, ici !