Les meilleurs génériques de séries télé #1

Que seraient les séries télé sans leurs emblématiques génériques ? Elles seraient moins bien, voilà. C'est pourquoi Jack Parker rend hommage à ces quelques dizaines de secondes qui ont marqué tant de spectateurs.

Les meilleurs génériques de séries télé #1

Parfois, alors qu’il me semble avoir fait le tour de pas mal de séries, je me surprends à imaginer de nouveaux stratagèmes pour vous pousser à en essayer d’autres, à vous lancer dans de nouvelles aventures et à perdre un temps précieux devant votre écran. C’est ainsi qu’est née cette nouvelle série d’articles qui débute aujourd’hui et qui fait le tour des meilleurs génériques de séries. Toutes les séries abordées vous sont chaudement recommandées par votre fervente servitrice-teuse-teure-tresse et leurs génériques ne sont qu’un petit avant-goût de ce qui vous attend.

Attention, ces articles pourraient également vous pousser à recommencer des séries que vous connaissez par coeur à cause d’une vague de nostalgie provoquées par ces vidéos. Que ce soit par leur beauté, leur symbolique ou leur statut culte, ces génériques sortent de l’ordinaire et marquent autant que les séries dont ils font l’ouverture.

Les génériques ne sont absolument pas classés par ordre de qualité, et si vous ne voyez pas votre préféré dans la liste, sachez qu’il y a de grandes chances pour qu’il apparaisse au prochain numéro.

Allez, go.

True Blood

Je ne pouvais pas décement entamer cette série d’articles sans passer par le générique de True Blood qui est aussi bon qu’il est long (c’est vous dire). True Blood est une série qui offre un nouveau regard sur le mythe des vampires, ne tombant ni dans l’univers gothique du Dracula et ses potes, ni dans les histoires d’amour et d’adolescents façon Buffy ou Twilight (l’un de ces deux derniers exemples mérite l’autodafé, sauras-tu deviner lequel ?). Au lieu de ça, l’action est transposée dans un futur pas très lointain dans lequel les vampires vivent au grand jour (enfin, façon de parler) et boivent du sang synthétisé pour éviter de s’en prendre aux humains. L’action se déroule au fin fond de la Louisiane, dans un petit bled paumé où esprits ouverts se mêlent aux cerveaux étriqués.

Le résultat est drôle, sanglant, violent, bestial, à la limite du porno, et terriblement addictif pour ceux qui se laissent prendre au jeu. Et on prend toujours un malin plaisir à retrouver ce générique, sublimé par la chanson Bad Things de Jace Everett. Bonus : le making-of du générique.

https//www.youtube.com/watch?v=JhiYpW4JhlQ

Dexter

Alors que nous nous préparons psychologiquement à dire adieu pour toujours à notre tueur en série/justicier/père dévoué mais absent/frère modèle pour toujours, revisitions un peu le générique de la série. Construit pour nous offrir un joli portrait du héros à la double-vie, il nous plonge dans son quotidien – ou plutôt, son petit rituel du matin – en offrant une multitude de clins d’oeil à son activité nocturne (le zigouillage en série).

Il ne faut jamais se fier aux apparences, tout ça tout ça quoi. Et si Dexter a l’air tout mignon en se faisant des oeufs au bacon, rappelez-vous toujours qu’ils sont sûrement là pour combler un appétit creusé par une longue nuit de poursuites et de boucherie. Youpi !

Flight of the Conchords

On sort des génériques dégoulinants de ketchup pour passer à une série encore trop méconnue mais si drôle, si intelligente, si brillante, que tout le monde devrait s’y mettre TOUT DE SUITE. Arrêtez de lire, allez mater les deux uniques saisons et revenez plus tard.

Flight of the Conchords était une série créée et menée par les deux humoristes/musiciens néo-zélandais Bret McKenzie et Jemaine Clement, dérivée des représentations qu’ils donnaient sur scène et à la radio. Dans la série, diffusée sur HBO, ils incarnent leurs propres rôles – bien qu’un peu modifiés. Bret et Jemaine débarquent à New York pour faire carrière dans la musique mais se heurtent à de nombreux obstacles que leur naïveté rend difficiles à éviter. Ils sont « aidés » par un manager, Murray (Rhys Darby), complètement à côté de la plaque et stalkés par leur unique fan, Mel (Kristen Schaal), qui ferait tout pour passer ne serait-ce que 3 secondes à leurs côtés.

Au final, ils ne percent pas vraiment, cumulent les galères et les emmerdes, se font agresser, larguer, renvoyer – et ponctuent le tout de chansons à crever de rire, interprétés avec un flegme destabilisant qui rend la chose encore plus délicieuse.

Le générique de la première saison présente aussi bien la série que les personnages en un temps record, et a le pouvoir de rendre heureux tous ceux qui succombent au charme de Flight of the Conchords.

Twin Peaks

Twin Peaks est une série brillante, géniale, mais pas marrante du tout (enfin si, par moments, elle sait très bien l’être). La série suit l’enquête menée pour retrouver l’assassin d’une jeune lycéenne de la ville de Twin Peaks – y a donc plus réjouissant comme thème, sans compter qu’il s’agit d’une création de David Lynch et qu’elle apporte donc sa dose de glauque à chaque épisode. À part quand on regarde les épisodes pour la 16ème fois (comme c’est mon cas en ce moment, pour tout vous avouer), elle ne fait pas partie des programmes feel-good qui mettent de bonne humeur et nous permettent de passer une douce nuit paisible.

Certains épisodes mettent clairement mal à l’aise, l’univers de la série est morose, macabre et déprimant, mais saupoudré de petits moments tendres et marrants qui rendent le tout totalement supportable (et génial, mais ça je l’ai déjà dit). Le contraste entre le contenu de la série et son générique, monté comme un générique de téléfilm du dimanche, est donc parfaitement déstabilisant et devient, une fois qu’on sait à peu près à quoi s’attendre, légèrement angoissant.

Et c’est ce qui le rend génial. J’ai dit que cette série était géniale ou pas encore ? Je sais plus. En tout cas, Twin Peaks c’est vraiment génial.

X-Files

Dans la série « les génériques qui te ramènent quinze ans en arrière dès la première note », voici le générique d’X-Files qui a terrorisé toute une génération. Plus que le contenu des épisodes, ce sont ces 40 secondes qui ont généré des poussées d’angoisse chez les plus impressionnables d’entre nous. Encore aujourd’hui, la bande-son suffit à faire remonter des visions cauchemardesques qui parlent à tout le monde.

Pour ce qui est de l’imagerie, elle est clairement en accord avec la musique – super inquiétante. On ne sait jamais trop à quoi on a affaire, ce qu’on regarde, ce que signifient ces images qui défilent – pas grand-chose n’a de sens en dehors de la première vision de l’OVNI (et encore, le montage en zoom-saccadé-coupé-décalé est vachement flippant, mine de rien).

Et un générique qui provoque autant, voire plus sur la longueur, de réactions que la série qu’il illustre, c’est forcément un générique réussi.

C’est la fin de ce premier épisode, rendez-vous donc très vite pour la suite de la sélection !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 64 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Coline-machet
    Coline-machet, Le 24 décembre 2013 à 4h10

    Jack Parker,

    Récemment je viens de tomber sur le générique d'une des nouvelles séries de la CW, 'Reign' et je trouve le générique pas trop mal (avec les Lumineers pour la musique, donc bon .. voila quoi!) et j'ai repensée à cette discussion sur le forum des Madz alors je viens partager ma trouvaille, enjoy :

Lire l'intégralité des 64 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)