Maryam Mirzakhani, première femme à recevoir la médaille Fields

Maryam Mirzakhani, une Iranienne enseignant les mathématiques à la prestigieuse université de Stanford aux États-Unis, est la toute première femme à recevoir la médaille Fields, la plus haute distinction dans son domaine !

Tous les quatre ans depuis 1936, la médaille Fields récompense les chercheurs en mathématiques de 40 ans ou moins, et les lauréats 2014 ont été annoncés hier. Grande nouvelle : pour la toute première fois, une femme en fait partie !

Née à Téhéran, en Iran, en 1977, Maryam Mirzakhani y a étudié au lycée Farzanegan, spécialement conçu pour les jeunes filles surdouées. Déjà en 1994, à seulement 21 ans, elle était la première Iranienne à obtenir une médaille d’or aux Olympiades Internationales de Mathématiques, avant de devenir numéro un mondial l’année suivante.

Après de brillantes études en Iran, Maryam a obtenu un doctorat en mathématiques à Harvard en 2004. Depuis 2008, elle enseigne à la prestigieuse université américaine de Stanford, tout en continuant ses recherches.

En 2008, la talentueuse chercheuse déclarait :

« Je ne pense pas que tout le monde devrait devenir mathématicien, mais je pense que beaucoup d’étudiant-e-s ne laissent pas vraiment leur chance aux maths. Au collège, j’étais mauvaise en maths, pendant plusieurs années ; cette discipline ne m’intéressait tout simplement pas. Je me rends bien compte qu’à moins d’être passionné-e, les maths peuvent paraître absurdes et compliqués. La beauté des mathématiques ne se révèle qu’aux plus patient-e-s. »

Curtis McMullen, de l’université d’Harvard, lauréat lui aussi de la médaille Fields, sous la direction duquel Maryam a mené son doctorat, ne tarit pas d’éloges :

« L’accomplissement le plus important de Maryam est probablement son travail sur les dynamiques. » Beaucoup de problèmes dans les dynamiques, comme le problème des mécaniques célestes à trois corps (par exemple les interactions entre le soleil, la lune et la Terre) n’ont pas de solution mathématique exacte. Mizarkhani a découvert que dans des systèmes dynamiques évoluant de façon à tordre et étirer leurs formes, les trajectoires des systèmes sont « forcées de suivre les lois de l’algèbre ».

Il ajoute que les accomplissements de Mirzakhani « combinent une grande capacité à résoudre des problèmes, une vision mathématique ambitieuse et une aisance dans de nombreuses disciplines, ce qui est rare à notre époque qui requiert souvent une grande spécialisation ».

Bravo donc à Maryam pour avoir décroché ce qu’on appelle souvent le « Nobel des maths », et espérons voir toujours plus de femmes dignes des plus grandes récompenses scientifiques dans les années à venir !

Bravo également aux trois autres lauréats de l’année : Artur Avila, Manjul Bhargava et Martin Hairer.

Pour aller plus loin…

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 10 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Lady Stardust
    Lady Stardust, Le 14 août 2014 à 1h18

    Merci @mymy et @hawley pour votre réponse.

    Effectivement, c'est dommage.

Lire l'intégralité des 10 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)