Marc Lévy : la couverture de son prochain livre

La couverture du prochain livre de Marc Lévy, Un sentiment plus fort que la peur, vient d'être dévoilée par lui-même sur Twitter. Ça a drôlement inspiré la rédac.

Màj le 25 janvier de la même année – Nous venons de recevoir le VRAI résumé de Un sentiment plus fort que la peur. Bon, on n’était pas forcément très loin mais un peu quand même. Le voilà, donc :

« Dans l’épave d’un avion emprisonné sous les glaces du mont Blanc, Suzie Baker retrouve le document qui pourrait rendre justice à sa famille accusée de haute trahison. Mais cette découverte compromettante réveille les réseaux parallèles des services secrets américains.

Entraîné par l’énigmatique et fascinante Suzie Baker, Andrew Stilman, grand reporter au New York Times, mène une enquête devenue indispensable à la survie de la jeune femme.

Traqués, manipulés, Suzie et Andrew devront déjouer pièges et illusions jusqu’à toucher du doigt l’un des secrets les mieux gardés de notre temps.

Des personnages qui vous collent à la peau, un suspense haletant…
Avec ce nouveau roman, Marc Levy cisèle une histoire d’une modernité surprenante. »

J’espère quand même qu’il y aura une scène de fesses dans la neige.

Le 16 janvier 2013 – Pas plus tard qu’il y a deux heures, Marc Lévy, l’auteur à la barbe de huit jours, le favori de P. Trollette, a publié sur Twitter la couverture de son prochain roman. Une oeuvre dont le titre nous promet monts et merveilles (HAHA, monts et merveilles parce qu’il y a des montagnes eh) (sauf à Alfrédette qui y voit une référence à l’affiche de Un sentiment plus fort que la France Forte) :

Le pitch imaginé par la rédac…

« Mais ce sentiment serait-ce… Serait-ce le froid ?, demanda-t-elle, les yeux rivés sur l’horizon.
Non Jacqueline. Ce sentiment, c’est l’amour, répondit-il en la dévorant de ses yeux couleur acier. »

Un sentiment plus fort que la peur. Si ça envoie pas du bois de sapin, je m’appelle plus Sophie-Pierre Pernaut.

Forcément, nous, on nous montre des montagnes, de la neige, on nous balance un titre vendeur qui sonne comme une invitation au rêve, ça nous inspire.

De quoi pourrait parler Un sentiment plus fort que la peur ?

Alors direct, comme ça, du tac au tac, on a commencé à s’imaginer à la place de l’auteur qui fait frétiller des culottes. Pardon Marc, ne sois pas offensé : jamais nous ne pourrions prétendre pouvoir te remplacer (d’autant plus qu’à titre personnel, j’ai physiquement peu de succès avec les ménagères de moins de 50 ans qui fantasment sur tes yeux délicieux). Une membre de la rédaction anonyme dont le pseudo commence par Ann et finit par Lise en a d’ailleurs déjà imaginé le résumé :

« Ce roman, c’est l’histoire d’un homme. Alpiniste, brisé, il a tout perdu sur le Mont Blanc, laissant les cadavres de sa femme et de ses enfants sous une avalanche de neige. Depuis, il a peur du blanc. De la neige. De l’immensité du paysage. Puis il la voit, elle. Jeune guide de montagne, elle va lui faire redécouvrir un sentiment qu’il pensait perdu depuis ce terrible jour de janvier 95. Il va découvrir que par-delà la montagne, il y a l’amour. Ce sentiment plus fort que la peur. »

Conquise, mon regard s’est alors perdu sur l’immensité à travers la fenêtre de la rédaction et les contours des personnages se sont dessinés dans mon esprit : lui, Jean, 1m85, la carrure athlétique, la barbe fournie de l’homme un peu négligé depuis le drame qui l’a frappé. Elle, Françoise, le sein ferme et rebondi, la voix grave et mélodieuse, aussi joyeuse que son compagnon de route est taciturne. Un couple complémentaire malgré leurs différends. Un couple très vite fusionnel…

« Tandis qu’il déshabillait Françoise dans les cimes enneigés, Jean observait le ciel, si beau en cette matinée d’hiver. Le contact de la neige sur leurs corps brûlants n’avait aucun effet sur lui. Il touchait la peau douce de Françoise, et cela lui réchauffait le coeur comme un rayon de soleil passant à travers les volets par un doux matin d’été. »

Mais parce qu’on ne peut compter sur personne, parce que l’amour est un sentiment plus fort que la peur mais que l’amour fait peur, Flo, probablement effrayée à l’idée de se laisser aller au romantisme, a débarqué avec ses gros sabots, mettant fin à mes rêveries :

« Il déversa son jus d’amour sur son doux visage comme une avalanche sur la montagne. »

Et toi, es-tu enthousiasmée par le prochain roman de Marc qui devrait sortir au printemps ? (Non parce qu’on rigole on rigole, mais on juge pas hein).

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 41 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • WednesdayA
    WednesdayA, Le 28 janvier 2013 à 13h43

    Désolée, mais moi, lire "Marc Lévy" et "auteur" dans la même phrase, ça me fout de l' urticaire . Allez savoir pourquoi ... ;)

Lire l'intégralité des 41 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)