Une mannequin poste une photo de ses vergetures sur Facebook pour décomplexer les mères

Robyn Lawley, la mannequin australienne, a posté une photo de ses vergetures sur Facebook pour aider les femmes à décomplexer.

Robyn Lawley, une mannequin australienne, a posté sur Facebook une photo d’elle montrant clairement les vergetures sur le bas de son ventre. Elle se déclare fière de ces marques et encourage toutes les mères, notamment les nouvelles mères, à aimer leur corps tel qu’il est. Voyez par vous-même.

« Concernant mes vergetures je savais qu’elles allaient apparaître et tandis qu’elles blanchissent lentement (comme toutes mes autres vergetures), j’ai pensé que je pourrais les immortaliser. Parce que ce sont des rayures de tigre carrément badass. Et que je les ai gagnées.

On passe un temps fou à mettre une incroyable pression sur les femmes pour qu’elles se concentrent sur leurs défauts, à tel point qu’elles oublient (vous oubliez) comme elles sont (vous êtes) réellement belles. Qu’ils aillent se faire foutre, on s’en fout, soyez vous-même, soyez bruyant•e, soyez fièr•e. Et concentrez vos efforts sur des aptitudes qui se basent plus sur votre physique à vous.

Quant à toutes celles qui se sentent mal dans leur corps, surtout après un bébé, vous êtes une guerrière, vous avez créé une vie en vous, ce n’est pas un petit exploit. »

À lire aussi : Help ! J’ai des vergetures !

Robyn Lawley, qui a aujourd’hui 26 ans, a été la première mannequin « plus-size » à poser pour Sports Illustrated. Elle a décidé de poster cette photo de ses vergetures en réponse à des articles parus l’an dernier, qui l’accusaient faussement d’envisager un avortement pour éviter les vergetures. Elle a donc donné naissance à sa fille Ripley en février.

À lire aussi : Des photos d’une mannequin plus-size suscitent la controverse

La mannequin termine son post Facebook en expliquant qu’elle est pro-choix :

« Je serai toujours pro-choix. Personne n’aime se faire avorter mais si vous n’êtes pas préparée, vous ne devriez pas être jugée pour votre décision d’y recourir. […] Nous sommes en 2015, il est urgent que les femmes se sentent autorisées à prendre le pouvoir sur leur corps et leur esprit. On ne devrait pas leur retirer leurs droits et leurs choix. J’aime ma fille, j’aime aussi mes droits fondamentaux. »

À lire aussi : Ce que mon avortement m’a appris — Témoignage

Un post bien inspirant, en somme !

 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 38 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • TrustMe I'm a (al)chemist
    TrustMe I'm a (al)chemist, Le 27 octobre 2015 à 14h47

    Je dirais même plus : AIMONS-NOUS... AIMONS-NOUS VIVANTS !!!

Lire l'intégralité des 38 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)