Maly Thomas-Maxime Hamou : 2017, la confusion entre séduction et agression enfin dépassée ?

Par  |  | 17 Commentaires

Maxime Hamou, joueur de tennis français, a agressé sexuellement — pardon, « embrassé de force » la journaliste Maly Thomas. Les réactions, dont celles de la victime, sonnent-elles enfin le glas de la confusion entre harcèlement et séduction ?

Maly Thomas-Maxime Hamou : 2017, la confusion entre séduction et agression enfin dépassée ?

La scène se passe dans l’émission Avantage Leconte, ce lundi 29 mai 2017. On est à Roland Garros, on débrief le premier lundi du tournoi.

Maxime Hamou, tennisman français de 21 ans, a été éliminé, mais il prend plutôt bien sa sortie. Maly Thomas vient l’interviewer en direct. Le sportif, visiblement très sûr de lui, se sent complètement autorisé à attraper la journaliste, l’embrasser dans le cou, et ce malgré l’attitude très très peu consentante de cette dernière. Voyez plutôt.

Maxime Hamou interviewé en direct par Maly Thomas

« En mode séducteur », pour décrire les tentatives forcées de Maxime Hamou, qui embrasse à plusieurs reprises la journaliste alors qu’elle tente de se dégager de son emprise : on est sur un cas d’école de confusion entre harcèlement et séduction…

Le comportement du joueur est parfaitement intolérable. En plateau, c’est la franche rigolade ! Ça n’a pas l’air d’offusquer Henri Leconte, ni ses invités, de voir leur journaliste sur le terrain être agressée de la sorte.

À lire aussi : Deuxième médaille d’or du sexisme consécutive pour les commentateurs des Jeux Olympiques

Embrasser de force et/ou par surprise, c’est une agression sexuelle

Souvenez-vous, octobre 2013, Guillaume Pley publie une vidéo « comment choper une fille en 3 questions ». Sa technique miracle ? Embrasser par surprise, ou en forçant un peu.

Du génie, à cela près que ce procédé relève précisément d’une agression sexuelle aux termes du code pénal. Ce n’est donc pas à reproduire dans la rue, avec des inconnues, surtout pas sans leur consentement.

En 2013, notre article avait soulevé le débat, mais l’incompréhension était manifeste du côté de Guillaume Pley et de son employeur, NRJ.

Trois ans et demi plus tard, les mêmes causes ne produisent plus les mêmes effets. 


Brut résume l’affaire dans une vidéo efficace

La Fédération Française de Tennis retire son accréditation à Maxime Hamou

Sur BuzzFeed, Marie Kirschen compile les diverses réactions suscitées par cette séquence. Je vous livre mon top 4 :

4. Les gens qui requalifient l’approche « séduction » en harcèlement ou agression sexuelle : merci 2017.

3. La ministre des Sports, Laura Flessel, qui condamne la banalisation de tels actes.

2. Celle de la Fédération Française de Tennis, qui annonce dans un communiqué :

  • avoir retiré son accréditation à Maxime Hamou : étant éliminé, il ne participe plus au tournoi, il n’a plus de raison d’y mettre les pieds.
  • avoir « saisi la Commission des litiges pour acte répréhensible »

Eurosport a également tweeté des regrets pour cette séquence, survenue en direct. Mais le meilleur est à venir…

1. Maly Thomas : « Si ce n’était pas du direct, je lui aurais collé une droite »

Le clou du spectacle à mes yeux, c’est encore la réaction de la journaliste elle-même. Le Huffington Post a interviewé Maly Thomas, laquelle n’a pas pris de gants pour exprimer son ressenti :

« C’était franchement désagréable.

Si ce n’était pas du direct, je lui aurais collé une droite »

Bien que je sois contre l’usage de la violence par principe, je comprends totalement la réaction de Maly Thomas. Et si au lieu de se marrer, autour d’elle, des gens étaient intervenus pour maîtriser le joueur, elle n’aurait pas besoin d’avoir recours à la violence physique pour avoir la paix.

À lire aussi : Je suis une ninja au quotidien (à cause du harcèlement de rue)

2017, fin de la confusion harcèlement/agression et séduction ?!

Excellente nouvelle que ces réactions spontanées et très nombreuses à dénoncer cette séquence qui, il y a quelques années encore, passait sans problème pour une bonne blague.

Pas besoin de remonter il y a dix ans. En 2014, ce même genre de scène suscitait la colère de celles qui n’en peuvent plus de servir de cible mouvante dans l’espace public. Mais une colère encore partiellement incomprise, par celles et ceux qui ne vivent pas ces agressions.

À lire aussi : Ma colère (face au sexisme) et moi, de la noyade à la délivrance

Le voir en direct à la télévision, voir que ça fait marrer le type super insistant et les types témoins depuis le plateau, c’est une synthèse assez percutante du fossé qui persiste à ce niveau dans notre société.

D’un côté, une bonne blague qui fait bien marrer, de l’autre, la victime de cette séquence qui aurait bien « collé une droite » pour écourter cette agression…

Sur Twitter, Cécile Duflot, qui a tweeté la séquence mardi 30 mai en début d’après midi, s’est également fendue d’un thread très pédagogique, pour commenter les réactions de la journaliste en direct, celle des témoins, mais aussi les réponses qu’elle a reçues à son tweet initial.

Elle termine sur cette note encourageante :

« Si on réagit vigoureusement et collectivement, ça finira par s’arrêter »

Effectivement, en 2017, le progrès est tangible. On avance dans la bonne direction ! De là à dire que toute la France est féministe, ne nous emballons pas. Sur C8, Julien Courbet commente la séquence dans l’émission de Cyril HanounaTouche Pas à Mon Poste.

Sans réelle surprise, ce n’est pas l’intervention la plus pertinente à signaler. En effet, selon le chroniqueur, si Maxime Hamou était ivre au moment des faits, il ne faudrait pas faire tout « un débat sur le sexisme » à partir de cet incident.

Je crois au contraire que ce débat a déjà eu lieu, et que la séquence Hamou-Maly suscite finalement assez peu de discussions. La prochaine étape, espérons-le, serait une réaction encore plus ferme vis-à-vis de ce genre de comportements. 

À lire aussi : Le harcèlement de rue, de la peur à la colère… puis à l’espoir

8 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Clemence Bodoc

Anciennement Marie.Charlotte, Clémence Bodoc a été jeune cadre dynamique dans une autre vie, avant de rejoindre la Team madmoiZelle. Elle s’intéresse à l’actualité et à l’écologie, aime la politique et les débats de société. Grande fan de sport (mais surtout à la télévision), et de cinéma (mais seulement en VO), son nom de scout est dinde gloussante azurée. Elle ne mord pas mais elle rit très fort.


Tous ses articles

Commentaires
  • TrustMe I'm a (al)chemist
    TrustMe I'm a (al)chemist, Le 2 juin 2017 à 12h42

    Dans l'émission de France Inter "La bande originale", il recevait aujourd'hui Fabrice Santoro, tennisman français.
    La journaliste Leïla Kaddour-Boudadi a parlé de cette agression.
    Et Nagui a tenu à dire que Maxime Hamou était jeune et alcoolisé.
    Elle lui a cloué le bec en lui disant que ce n'était pas un contre-argument valide.
    Vraiment merci Madame Leïla Kaddour-Boudadi, vous relevez toujours le niveau (comme d'habitude d'ailleurs) :clap:.
    Monsieur Nagui Fam, mon mépris pour vous augmente chaque jour (> affaire Cyril Hanouna) :facepalm:.

    La consommation d'alcool et l'état d'ébriété d'une personne lors d'une agression est toujours un FACTEUR AGGRAVANT POUR LE COUPABLE (pas pour la victime). Que ce soit la victime ou le coupable qui soit ivre, c'est TOUJOURS le coupable qui est responsable de ces actes, il faut vraiment que les gens comprennent. C'est fatiguant d'avoir à le répéter.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!