Tous ces malaises vécus quand j’avais honte de mes poils

Par  |  | 69 Commentaires

Les poils c'est tabou, on en viendra tous à bout... Disent-ils ! Avant, Anouk pensait comme ça, et elle a vécu plein d'anecdotes bien pourries...

Tous ces malaises vécus quand j’avais honte de mes poils

Question poils, je suis des ces gens qui disent que chacun fait ce qu’il ou elle veut, mais qui a longtemps eu (un peu) honte de ses poils. Pour autant, je ne les trouve ni moches, ni jolis : je m’en fiche. J’ai surtout bien souvent la flemme de m’épiler.

J’ai 22 ans et cela fait près de 10 ans que rasoirs, cire à épiler et autres objets du démons font partie de ma vie. Je suis la bien heureuse détenante de gênes alliant peau très pâle et cheveux très bruns. Je sais que c’est la société/le patriarcat/le mal, mais il y a ce mais : je ne suis pas encore au stade ou je m’assume pleinement.

Une chose est certaine : avant, c’était pire. Et oui, même en tant que rédactrice feel good, je ne suis pas toujours au top de la forme. Voici donc les situations de merde que j’ai vécues à cause de cette shame de mes propres poils.

big-ete-nique-complexes

M’arracher un morceau de peau… et me retrouver avec une vilaine cicatrice

Des fois, à la pause dej, on parle de caca, d’autres fois on parle de moustache. Perso, si je ne fais rien, je deviens le sosie de Magnum. Jean-Monique m’a expliqué qu’elle décolorait. Moi je n’aime pas trop, parce que les dernières fois que je l’ai fait, ça virait jaune urine et que je n’étais pas prête à affronter la société avec une barre de pipi au dessus de ma bouche.

ron ronComment je me voyais dans le passé

Du coup je préfère m’épiler. Ça fait mal un bon coup et puis ça va. J’avais entendu des légendes urbaines atroces mais je m’étais dit :

Lol, de toute manière ça n’arrive qu’aux autres !

Vendredi soir dernier, je me prépare à aller me dorer la pilule en Espagne pour un petit week-end de princesse. Dernier détail : épiler la stache-mou. Première bande, ça va. Deuxième, ça tire plus que d’hab mais je ne m’inquiète pas, vais me coucher et met mon réveille à 6h du matin pour prendre mon avion.

Et là, c’est le drame. Sur l’oreiller : des taches de sang. La deuxième bande avait épilé un peu plus que mes poils. Elle avait également arraché ma peau.

Depuis, je sais qu’on a beau dire, mais Ron Swanson reste bien plus sexy que double-face.

À lire aussi : Conseils pour atténuer ou épiler sa moustache

Refuser de pécho (alors que dans ma culotte, c’est le niagara)

Je suis une femme de principe. Comprenez : je m’en tape le coquillard de savoir si je couche le premier ou le douzième soir. En revanche, je le fais juste quand j’ai envie.

Mais quand j’étais plus jeune, j’avais surtout peur qu’à la dernière minute, le garçon me dise :

Ah… Euh… En fait tu ne me plais pas, dégage…

Spoil alert : ce n’est jamais arrivé.

Je voulais être PAR-FAITE comme je le lisais dans les magazines. Mon obsession : être chauve de partout à en rendre jaloux un caillou. Le résultat : je refusais de faire quoi que ce soit de sexuel sinon.

alien beurkMy body is ready

Jusqu’au jour où un garçon m’a demandé pourquoi je ne voulais pas, que je lui ai répondu que j’étais pas épilée… Et qu’il a explosé de rire, me rassurant en expliquant qu’il s’en fichait totalement.

Maintenant, des fois j’ai des poils, des fois pas. Je suis d’avis que si par hasard il arrive que je tombe sur un sombre connard qui me rejette pour cette raison… C’est à lui de s’ouvrir l’esprit et non à moi de manier le rasoir !

À lire aussi : Épilation du maillot : comment s’épiler le frifri ?

Pécho dans le noir

Autre version de la meuf complexée par ses poils : faire du cul, certes, mais surtout pas trop en lumière. Ce n’était pas alors mes formes ou ma grimace orgasmique qui me faisaient complexer. Non, plutôt l’idée que mon amant se rende compte que j’ai trois poils au bidou… Et deux autres autour des tétons.

Faut arrêter le mystère, je vous le dis. À chaque fois que j’ai fait une soirée un peu éméchée avec des copines et qu’est venue la thématique « POIL », l’une d’elle finit par lâcher un peu honteuse..

Non mais moi c’est pire… J’ai des poils autour des tétons !

janicePlaît-il ?

Et les autres chuchotent dans la gêne la plus totale : « Moi aussi ».

Oui parce qu’en fait beaucoup (la plupart ?) de filles en ont…. Et c’est normal. NORMAL. Plutôt que de le planquer, si on sensibilisait le reste de la planète à ce fait ?

À lire aussi : Nique tes complexes et participe à la Seinte Fresque !

Porter des pantalons alors qu’il fait 30 degrés

L’été de mes 12 ans, une amie de mon âge m’a dit le plus naturellement du monde :

Faut vraiment que tu fasses quelque chose pour tes jambes, là tu ressembles à une guenon !

À partir de ce jour-là, je suis passée du côté obscur. J’ai compris alors qu’aux yeux de beaucoup, mes jambes sont jolies, mais seulement sans poils. C’est du n’importe quoi, entendons-le bien. Mais pendant des années, par jour de forte chaleur, si je n’avais pas eu le temps de m’occuper de ma pilosité… Je préférais la cacher.

sereinitéEt tout allait : pas bien

Oui, j’avais un certain problème vis-à-vis du regard des autres et de la société. Du coup il m’a semblé le plus naturel du monde de porter des pantalons et faire le sauna de l’entre-jambe plutôt que d’avoir la teu-hon. De qui, de quoi, pourquoi ? Je ne me posais pas ces questions.

Aujourd’hui, je sors tranquillou dans la rue avec mes jambes pas franchement lisses et fraîches. Rien à foutre, la société n’a qu’à être prête pour moi.

Me faire shamer par beaucoup trop de gens

La pire situation que j’aie connue due à ma gêne des poils a été celle de me faire moquer à un âge où j’en n’avais pas besoin. Bisous ici à tous ces gens :

  • Celui qui m’a dit que ma moustache, elle était jaune et fallait que je la rase (en riant grassement)
  • Celle qui m’a dit qu’avec mes poils on pourrait faire des lianes
  • Celles et ceux que j’ai entendu toute ma vie durant se moquer du crin de mes semblables

Avoir des poils, c’est humain. Ce n’est pas à moi de torturer mes poils. C’est aux autres de faire évoluer leur pensée !

Et vous, quel est votre rapport à vos poils ?

À lire aussi : Test — Quel poil es-tu ?

big-complexe-poils-plage

 

À lire aussi : L’épilation, est-ce vraiment plus « hygiénique » ?

 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!

Anouk Perry

Anouk est rédactrice Sexe, Société et Feel Good ! Sa devise dans la vie ? YOLO. Si elle a l'air d'avoir un balai dans le cul, ne vous inquiétez pas. Il s'agit en fait d'un aspirateur.

Tous ses articles

Voici le dernier commentaire
  • Lilalouna
    Lilalouna, Le 17 avril 2017 à 0h26

    Cet article me parle tellement ! J'étais justement en train de penser qu'il fallait que je m'épile le cou car cela commence à se voir (et oui je suis vernis ! cuisse, orteils, doigts, ventre, bras, bas du dos, joue, lèvre, menton, quelques poils au dessus de la poitrine, genre comme sur la poitrine des hommes...)

    Je suis brune, poils bien noir et épais, ma seul chance est que je n'ai pas la peau trop blanche et je bronze très facilement donc mes poils blondissent un peu après...Deuxième chance ma famille est tolérante et personne ne m'a jamais fait de remarque, malgré le fait que je sois plus poilu que mes frères...Je tiens tout ça de mon père, ma mère n'a quasi pas de poils, rien ne se voit chez elle, mais du coup elle n'a pas pu me conseiller et c'est plutôt tabou d'ailleurs car on n'en a que très peu parlé (c'est moi qui lui donne des conseils maintenant qu'elle en a qui pousse sur le visage avec la vieillesse).

    Je pense que j'ai commencé pour faire comme tout le monde. Je me rappel du jour où j'ai pris le rasoir de ma mère et que je l'ai passé sur ma jambe pour essayé, une fois une fois un coup fait j'ai dû terminé. Ma mère en constatant a juste dis "tu t'es rasé", moi "oui" et c'est tout. J'ai quand même beaucoup souffert de mes poils à l'adolescence jusqu'à que je trouve ma "routine", sans compter l'acné et un notamment un nez pas digne des standards qui m'ont valu pas mal de remarques et un mal être...

    J'ai longtemps tout fait à l’épilateur électrique (pince à épiler/cire sur le visage et rasoir sur aisselle/maillot), depuis 2 ans j'ai acheté un appareil à lumière pulsé assez efficace et malgré l'investissement, cela m'a permis de revivre et mieux m'accepter sans subir la corvée des poils toutes les semaines. Je tiens maintanant 1 à 2/3 mois suivant les zones et ils sont plus fin/clair, j'accepte donc les repousses et je peux sortir sans me poser de question sur mon "état" et pour le reste (ventre notamment que je n'ai jamais touché...) je l'accepte beaucoup mieux et me dis que cela fait partis de moi et qu'il n'y a que les cons qui vont me faire chier avec.

LA MADBOX DE JUILLET

  • 8 cadeaux personnalisés
  • par la rédac
  • 18.90€
  • Sans engagement