Mademoiselle, le classique déculotté de la semaine pour briller en société

Par  |  | 4 Commentaires

En 2016, Mademoiselle a émoustillé le monde à coups de murmures et d'accessoires érotiques. Kalindi met à l'honneur le chef-d'oeuvre en 3 parties de Park Chan-wook dans son « classique de la semaine ».

Mademoiselle, le classique déculotté de la semaine pour briller en société

2016 a été une très belle année cinéma. Elle a signé l’entrée au box-office de films vraiment somptueux, parmi lesquels Toni Erdmann, Premier contact, The Wailing, et Dernier Train pour Busan.

affiche film mademoiselle

Quelques jours avant sa sortie, Mademoiselle était déjà sur toutes lèvres. Personne ne l’avait vue, mais tout le monde en parlait.

Qui était-elle, cette jeune femme au dos droit et à la nuque raide, qui se tenait muette devant un paravent ? Qu’allait-elle faire dans ce clair-obscur, et devant tous ces hommes ? Était-ce bien elle, Mademoiselle ?

Le mystère s’est levé doucement, au travers de presque trois heures de film. Étape par étape, Mademoiselle a d’abord dévoilé ses intentions, avant de livrer son intimité…

Boules de geisha, étreintes laiteuses et tension haletante, il est l’heure de d’entrouvrir le kimono en soie de Mademoiselle.

Mademoiselle, de quoi ça parle ?

Sookee est une toute jeune femme qui vient d’être engagée comme servante d’Hideko, une riche japonaise. Celle-ci vit coupée du monde, recluse dans un château majestueux, sous la coupe d’un oncle tyrannique et lubrique.

Mais Sookee n’est pas la simple servante qu’elle prétend être.

Aidée par un escroc patenté qui se fait passer pour un conte japonais, elle a d’autres plans pour Hideko…

Attention, ceci n’est que le synopsis de base.

Je ne peux pas t’en révéler plus car Mademoiselle se découpe en 3 parties, qui chacune à leur tour révèlent des morceaux du plan de Sookee. Un plan largement influencé par sa rencontre avec Hideko.

Mademoiselle n’est pas celle que vous croyez…

Mademoiselle est l’adaptation d’un roman britannique

Mademoiselle n’est pas née aux confins de la Corée, dans les années 30, comme tu pourrai le croire. Elle a pris vie en 2002 sous la plume de la britannique Sarah Waters.

Lim Seung-yong, le producteur du film, a découvert le roman Du bout des doigts (Fingersmithgrâce à sa femme, qui le lui a fait lire.

Il l’a immédiatement placé entre les mains du cinéaste Park Chan-wook, déjà connu pour avoir créé quelques merveilles dont la version originale de Old Boy (n’hésitez pas à ne JAMAIS regarder la version américaine) et Thirst, ceci est mon sang

Le réalisateur a été immédiatement séduit par l’oeuvre, par son style nerveux et sensuel, et s’est lancé dans l’aventure qu’on connait aujourd’hui.

Mademoiselle, une actrice désirée

Kim Tae-Ri, qui campe Sookee, n’avait qu’une toute petite expérience dans puisqu’elle n’avait jamais fait de cinéma et ne s’était illustrée qu’au théâtre.

Cependant, elle a tapé dans l’oeil de Park Chan-wook qui l’a choisie parmi plus de 1500 candidates.

Une prouesse qui lui a ouvert la voie à une vraie carrière dans le cinéma, car elle n’a depuis pas cessé de tourner.

Elle a désormais plusieurs longs-métrages à son actif, comme 1987: When the Day Comes, Mr. Sunshine et Little Forest (qui sortira cette année).

Mademoiselle, un remaniement total du cadre spatio-temporel

Si le cinéaste a conservé l’intrigue principale du roman, il a toutefois changé radicalement le lieu et l’époque auxquels les événements se déroulent.

Le film se situe en effet dans les années 30 en Corée, en pleine colonisation japonaise. Quant au bouquin, il prend place à Londres en 1860.

AUCUN RAPPORT les gars. Autant dire que ça change tout ! L’époque et les cultures propres à un lieu donnent au récit un ancrage, une direction, une ambiance. 

Je n’ai, pour ma part, pas lu le bouquin mais j’imagine combien il doit du coup différer du film. D’ailleurs, premier truc que je fais tout à l’heure en sortant du taf : me procurer le roman en question.

Mademoiselle devait se faire en 3D

Park Chan-wook aime faire les choses en grand. Alors quand le projet n’en était encore qu’au stade de balbutiements, son créateur imaginait le filmer en 3D, pour donner plus d’ampleur au produit final, et étoffer le point de vue de chacun des personnages.

Faute de moyens, il devra abandonner l’idée. 

Toutefois, le réalisateur rebondit aussi vite que l’éclair et livre un travail superbe qui a ébloui le festival de Cannes en 2016.

Mademoiselle et moi

Alors, voilà la partie « on s’en fout » de l’article. Celle où je vais te donner mon avis. 

Mademoiselle a enchanté plusieurs de mes soirées. La première fois, elle m’a surprise. La seconde, elle m’a touchée. La troisième, elle m’a émoustillée.

Je ne t’en ai pas encore parlé d’ailleurs, car je garde le meilleur pour la fin, mais Mademoiselle est hautement érotique.

Chaque jour, lors de sa sortie, je recueillais des témoignages d’amis qui tous avaient été un peu bouleversés par des scènes très suggestives, véritables appels au désir.  

Un de mes potes a fait l’erreur notoire d’aller le voir avec ses parents. LA GÊNE !

Voir un film érotique entouré des gens qui t’ont donné la vie = pire chose.

Bref, tout autour de moi, les discussions battaient leur plein. La sensualité et l’ingéniosité de Mademoiselle faisaient l’unanimité dans mon cercle d’amis.

À tour de rôle nous l’avons aimé. Parfois même en même temps. Au fond d’une salle de cinéma ou au fond d’un lit. Nous sommes beaucoup désormais à l’avoir cajolé et plus si affinités. 

Parce que Mademoiselle, c’est un thriller, certes, mais c’est surtout une histoire d’amour enivrante, ici pour délier nos langues et nos fantasmes…

À lire aussi : Elephant, le classique tristement actuel de la semaine pour briller en société !

Valeur : + de 35€
18.90€ + 4€ de livraison

Commentaires
  • Linckane
    Linckane, Le 11 mars 2018 à 22h06

    Quand j'ai vu que Park Chan Wook avait sorti un nouveau film (j'avais été bluffé par Old Boy, bien que d'ambiance malsaine) j'ai tout de suite voulu le voir donc j'y ai trainer mes amies mais je m'attendais pas du tout à y trouver un film érotique :rire:
    Sur allociné je l'avais vu catégorisé "Genres Drame, Romance, Thriller" donc pas d'érotique à vu de nez, je me suis retrouvée bien surprise et mes amies aussi. On savait que dans la salle ça devait lever des slips et mouiller des culottes !
    Pour ma part ça a en effet titillé mes sens (bien qu'hétéro qui ne fantasme pas particulièrement sur les femmes), mon amie (bisexuelle) aussi et la 3e... "Franchement les meufs non j'aime trop la bite" :rire:, bon pas sur elle !
    Au delà de ça j'ai trouvé le film génial et le retournement de situation complètement inattendu, là aussi j'ai été bluffée !

    Et on en parle de la bande son ? :loveeyes:

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!

Gestion des cookies

Partages sur les réseaux sociaux

Grâce à ces cookies, nos articles peuvent être directement partagé sur les réseaux sociaux via des boutons de partages. Ces cookies sont gérés par l'éditeur de chaque réseau social.

Facebook, Twitter, Pinterest, Whatsapp
facebook
twitter
pinterest
whatsapp

Mesures d'audience

Nous mesurons les visites de manière anonyme sur les différents articles pour comprendre les intérêts de nos lectrices.

_ga, _gaq, _gid,
_ga, _gaq, _gid
cb

Stream

Nous faisons parfois des lives sur Youtube ou Facebook. On utilise ce cookie pour ne pas afficher les streams si tu ne souhaites pas les voir sur le site.

hideStream

Publicitaires

Ces cookies sont déposés par Smart AdServer et DFP, les outils que nous utilisons pour afficher des publicités sur le site. Ces publicités servent au financement de madmoiZelle et sa rédaction.

smartadserver, doubleclick
smartadserver
doubleclick

Close your account?

Your account will be closed and all data will be permanently deleted and cannot be recovered. Are you sure?