4 loses du premier rendez-vous à relativiser

C'est l'été et il semblerait que nombreux sont ceux qui ont envie de se mettre tout nu avec autrui. Pour ce faire, il existe une étape quasi-incontournable : le premier rendez-vous. C'est stressant, alors SPP se charge de vous faire relativiser sur les potentiels fails.

4 loses du premier rendez-vous à relativiser

Je suis partisane du « tout doit se faire naturellement et de préférence, vite ». Ce n’est pas tant que je n’ai pas aimé prendre mon temps pour laisser la complicité s’installer dans mes relations passées, mais disons que j’ai plutôt toujours été du genre à vouloir éviter de voir s’installer le malaise en tête à tête avec un être convoité.

De base, donc, je serai plutôt du genre à conseiller aux célibataires de rencontrer les personnes avec qui elles passeront quelques heures, jours, semaines, mois, années dans des soirées. C’est plus simple, parce qu’il n’y a pas de crainte à avoir, qu’on est généralement bien entourés et qu’il y a plusieurs échappatoires en cas d’inconfort.

Mais les choses sont mal faites et, parfois, il faut bien se forcer à accepter d’aller boulotter un burger en compagnie de quelqu’un qu’éventuellement, tu pourrais bien aimer. Le premier rendez-vous étant une mine de fails en puissance, je me propose de t’aider à moins stresser si tu es toi aussi touchée par les hormones qui chauffent comme ta cuisse au soleil dès que l’été point.

Le morceau de bouffe dans les dents

À chaque fois que j’ai eu une conversation relative à un premier rendez-vous, cette angoisse est venue en préambule : « non mais t’imagine, je parle, je parle, je souris et je me rends compte après coup que j’ai un morceau de persil entre les dents ».

Qu’on s’avoue tout : moi aussi j’ai eu peur de ça, il fut un temps, avant de me foutre un taquet derrière la tête. De toute façon, à moins de se mettre de la pâte à modeler dans chaque interstice dentaire avant de partir ou de commander un bol de riz nature, je vois difficilement comment on pourrait éviter ce genre de non-évènements. Et puis surtout, au final, c’est même plutôt bon pour la suite, ce genre de loses. Pourquoi ?

Parce que si un mec ou une fille te prend de haut parce que tu as un bout de salade entre les chicots, c’est qu’il vaut mieux fuir. Ça m’est arrivé une fois, UNE FOIS. Je n’ai pas couru pour m’éloigner de lui et quelques jours après, il me faisait une réflexion immonde et premier degré sur mes cuisses. Tiquer devant de la nourriture dans les dents est donc devenu pour moi un signe. Le signe des gens à ne pas recontacter, même si c’est la dernière personne sur Terre et que je suis coincée sans papier aux toilettes.

Surtout, dis-toi que ça pourrait être pire : à la place d’une feuille de menthe entre les incisives, tu pourrais avoir « des excréments » sur le front, comme Roy dans la séquence de The IT Crowd qui suit :

Les blancs dans les conversations

Il paraît qu’il y a rien de pire que de se retrouver en face de quelqu’un, pendant un premier rendez-vous, et de n’avoir rien à se dire à un moment donné. Alors soit mon entourage et moi-même nous y sommes tous pris comme des dindes marchant sur des oeufs (les leurs, aux dindes (c’est triste (pleurons))), soit ça arrivera forcément.

Moi je pense qu’il y a pire, comme situation. Il y a la mort, déjà, et la pénurie de glaces chez Franprix. Dis-toi, pour ne pas avoir peur de ne rien avoir à dire, qu’il y a des côtés positifs au manque d’inspiration. Du genre :

  • C’est une pause pendant laquelle tu es sûre que tu ne te prendras pas de jet de nourriture dans l’oeil, malencontreux résultat d’un postillon,
  • Ça laisse davantage d’occasions d’aller vider ta vessie (parce qu’en pleine discussion, on n’a parfois du mal à dire « pouce »),
  • Ça permet de s’habituer à la suite de la relation, s’il y en a une : quand tu joueras à Crash Bandicoot et qu’il ou elle lira à côté de toi, tu n’auras pas forcément envie de parler,
  • Ça te laisse le temps de préparer mentalement ta liste de courses à faire pour le lendemain.

La conversation n’est pas une partie de ping-pong, et nous ne sommes pas des ballons-sauteurs. En ce sens, non, nous ne pouvons pas rebondir sur tout ce que dira l’autre. C’est humain.

La note

Le pire moment d’un premier rendez-vous, c’est définitivement l’addition. Que faire ? Faut-il se proposer de payer, alors qu’on a le compte en banque qui fait des spasmes ? Faut-il partager, et si oui comment ? Faut-il laisser l’autre payer et se sentir redevable de quelque chose ?

Eh bah quoiqu’il arrive, on s’en cogne. Parce que si l’autre paye, tu n’es redevable de rien, jamais : c’est son problème et si tu n’as rien envie de faire, tu ne fais rien, c’est tout. Et je vois mal comment quelqu’un de bien civilisé pourrait te demander si t’as trop mangé ou encore de la place pour te mettre un truc en bouche.

À la limite, ça te fera une anecdote à raconter après ta fuite en roulant des yeux.

Quand il te propose sa saucisse alors que tu es vegan.

La capote qui tombe du sac

Nos sacs sont grands, on peut mettre plein de choses dedans. Peut-être bien qu’avant ton rendez-vous, tu vas hésiter à glisser à l’intérieur un préservatif ou une digue dentaire de peur que l’autre le voit et ne comprenne que tu envisages d’envisager des trucs. Car oui, il est probable qu’en cherchant, je sais pas, un stylo, ton portable, un slip propre, tu feras choir sur la table cette vaillante protection. Ça arrive tous les samedi soirs quelque part dans le monde depuis que la Terre a commencé à tourner (à peu près).

Qu’importe ! Que notre vie soit rock’n’roll ! Qu’on en sorte plusieurs, qu’on joue aux cartes avec, qu’on les lance en l’air, les laissant retomber sur nous en plissant le nez et en secouant le visage comme si c’était l’eau de la douche qui venait lécher notre peau à la place.

Alors au moment de préparer ton sac, pense à ce sage proverbe : mieux vaut avoir de quoi se protéger d’un herpès* quand on ne risque rien, que de ne rien avoir pour se protéger quand on risque l’herpès*.

(*ou autre, bien évidemment, mais c’est déjà un très long proverbe).

Quoiqu’il en soit, si occasion tu as de manger ou boire des coups en tête à tête avec un mec ou une fille qui t’intéresse et que tu intéresses en retour, destresse. Et je ne t’autorise à hyperventiler que si la personne en face de toi te lance, l’air de rien…

Parce que ça, c’est grave.

Et toi, quelles sont les pires loses que tu as vécu lors d’un premier rendez-vous, que tu aies réussi à les gérer ou non ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 7 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Greentenzin
    Greentenzin, Le 21 septembre 2014 à 15h23

    mmm lose 1 er rdv: il a draguouillé devant moi la nana qui tenait la galerie d'art que nous étions en train de visiter   Top  classe.  :facepalm::bomb:

    Pour le coup, j ai du mal a positives le truc

Lire l'intégralité des 7 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)