L’Opéra de Berlin revient sur sa décision et privilégie la liberté d’expression au principe de précaution

Lorsque l’Opéra de Berlin avait décidé il y a quelques semaines d’annuler la représentation de l’opéra de Mozart Idoménée par craintes de représailles islamiques (la mise en scène prévoyait que figurent les têtes décapitées de Jésus, Mahomet et Bouddha dans la scène finale), cette position avait suscité un tollé dans le monde artistique et politique […]

Lorsque l’Opéra de Berlin avait décidé il y a quelques semaines d’annuler la représentation de l’opéra de Mozart Idoménée par craintes de représailles islamiques (la mise en scène prévoyait que figurent les têtes décapitées de Jésus, Mahomet et Bouddha dans la scène finale), cette position avait suscité un tollé dans le monde artistique et politique européen.

Les défenseurs de la liberté d’expression ont finalement eu raison des porte-paroles du principe de précaution, et l’oeuvre devrait être jouée à deux occasions au mois de décembre, a priori sans modification de la mise en scène.

Après l’affaire des caricatures danoises de Mahomet, l’Europe ne sait plus trop sur quel pied danser. Et toi, tu ferais quoi, si tu étais Reine de l’Europe ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 4 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Mademoiselle Coco
    Mademoiselle Coco, Le 5 novembre 2006 à 21h02

    En même temps, c'est la police de Berlin qui avait demandé à l'origine cette auto-censure pour des raisons de sécurité parce qu'ils craignaient vraiment des attentats... D'un côté, je trouve ça inadmissible de se faire menacer et de se laisser intimider et de ne même plus pouvoir faire respecter la liberté d'expression dans les pays occidentalisés. De l'autre, quand on voit les réactions de violence qu'ont entraînées les caricatures danoises... je comprends que les berlinois n'aient pas envie de se faire sauter dans le métro à cause d'un opéra...

    Il y a une moitié de moi qui s'insurge, et une autre moitié qui se dit que c'est con d'attirer la merde...

Lire l'intégralité des 4 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)