Et si Londres, c’était la Syrie ? Le court-métrage choc de Save the Children

Par  |  | 11 Commentaires

L’organisation Save the Children frappe un grand coup avec un très court-métrage, qui transpose en moins de 2 minutes les évènements en Syrie… à Londres. Préparez-vous à avoir le souffle coupé.

Et si Londres, c’était la Syrie ? Le court-métrage choc de Save the Children

Si on transposait ces conflits qui nous paraissent si lointains pour les ramener à nos portes, est-ce que la réalité nous frapperait en pleine figure ? C’est ce que s’est dit l’Alliance Internationale Save the Children en voulant sensibiliser aux massacres qui ont lieu en Syrie depuis environ trois ans. Et si c’était Londres qui était ravagée par la guerre ?

Cette technique de renversement de situation, le « et si c’était nous ? », c’est loin d’être nouveau. Souvenez-vous de Majorité opprimée, le court-métrage signé Éléonore Pourriat qui inversait les rôles entre hommes et femmes pour provoquer l’empathie et la prise de conscience. Mais elle est terriblement efficace, parce c’est chaque fois comme une baffe dans ta gueule.

On le sait, pourtant, que la Syrie est déchirée par une terrible guerre civile qui fait de nombreux morts. Dont plus de 6 000 enfants. Et voilà que cette vidéo agit comme un piqûre de rappel — comme si montrer une petite fille londonienne traversant les mêmes épreuves horribles que des milliers d’enfants syriens rendait la guerre plus proche, et ainsi, plus réelle. Claire, concise, efficace, son format ne la rend que plus efficace en allant droit au but.

« Ce n’est pas parce que ça n’arrive pas ici que ça n’arrive pas du tout. »

« La Science-fiction peut-elle pousser les gens à aider les enfants de vrais pays ravagés par la guerre ? », s’interroge io9. J’avoue me poser la même question. Cette manière de faire est-elle vraiment efficace pour en appeler à l’empathie des gens, ou est-ce que ça peut paraître moralisateur ? J’ai tendance à penser que provoquer un choc pareil ne peut pas décemment laisser indifférent, et que c’est le plus important.

Parce que c’est vrai, non ? Ça pourrait être nous.

Sarah Bocelli

Sarah Bocelli, a.k.a Botcheloute, vient du sud, mais elle n'est pas dangereuse. Elle aime la fantasy, les pâtes et les lolcats, et si elle écrit sur des sujets très divers, c'est une monomaniaque de la blague qui aura votre peau au 36ème "hé, tu connais l'histoire du pingouin qui respire par le cul ?" de la soirée. (Un jour il s'assoit et il meurt.)

Tous ses articles

Commentaires
Forum (11) Facebook ()
  • Fenotte
    Fenotte, Le 7 mars 2014 à 13h57

    J'ai lu aussi cet article du Monde hier, j'ai eu du mal à aller au bout tellement c'est horrible. Et en effet, c'est pas nouveau mais on en parle pas trop (pourquoi?).

    Ce qui m'a le plus choquée c'est la double peine infligée à ces femmes... La peine du viol et des violences diverses et variées, puis la peine de la réaction de leurs familles. C'est peut-être même encore pire que le viol initial... Se faire condamner par sa propre famille parce qu'on a été victime d'horreurs, c'est juste inimaginable.

    Pour en revenir au sujet, en fait, la seule vraie différence entre la petite fille anglaise et la petite fille syrienne... C'est sa couleur de peau. Et ça me dérange un peu qu'on se sente obligés, pour faire comprendre aux occidentaux l'horreur de la guerre, de leur montrer ce que ça serait avec une petite fille occidentale. Je crois que j'aurais été tout aussi marquée par la vidéo si elle avait été exactement la même, mais dans un cadre syrien et avec une petite syrienne.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!