Les 5 livres préférés de… Leïla Brunel !

« Les 5 livres préférés de… », c’est une rubrique qui vous présente cinq ouvrages phares d’une madmoiZelle : qu’ils aient changé sa vie, marqué son enfance ou l’aient sauvée d’un trajet ennuyeux, voici les bouquins qu’elle ne pourra jamais oublier !

Les 5 livres préférés de… Leïla Brunel !

Filles de lune, d’Elisabeth Tremblay

Enfin un livre où le plus grand pouvoir revient aux femmes ! Ça fait plaisir.

C’est l’histoire d’une femme de 25 ans (eh non, le personnage principal n’est pas une adolescente, ça change !), Naila, qui, perdue après la mort de son mari et de sa fille, va rénover la maison familiale avec sa grand-tante Hilda, qui est à présent sa seule famille.

Elle découvre alors dans le grenier des livres parlant de mondes étranges et se rend compte qu’elle appartient à l’un d’eux. Elle apprend également qu’elle est une Fille de Lune, une personne qui peut passer d’un monde à l’autre, et qu’elle a un grand rôle à jouer dans cet univers qui s’autodétruit. Ce titre se transmet de mère en fille, et dans cet autre monde, elle va d’ailleurs rencontrer plusieurs de ses aïeules au cours de son périple.

Elle y rencontrera aussi de nombreuses créatures fantastiques, et des personnes qui veulent plus ou moins (mais plutôt moins) son bien.

Filles de Lune est une série écrite par une Québécoise nommée Elisabeth Tremblay que j’ai dévoré et que je dévore encore puisqu’elle est toujours en cours ! Si vous aimez le genre, je vous la conseille vivement.

Le Pacte des Marchombres, de Pierre Bottero

Pierre Bottero est un auteur français qui devrait être plus connu. Le Pacte des Marchombres est une trilogie basée sur l’histoire d’une orpheline, Ellana, que l’on va voir grandir et évoluer de la petite enfance à l’âge adulte.

Rejoignant la guilde secrète des Marchombres (non, ce n’est pas une secte ! Enfin, je crois…) et recherchant les traces de ses aïeux, elle va rencontrer de nombreuses personnes et être confrontée à de nombreux sentiments, tels que l’amour, l’amitié, la liberté, la loyauté…

Ce n’est pas tant l’histoire qui est importante, mais l’ambiance et l’écriture de ce livre qui vous transportent dans un monde fantastique, qui vous font prendre goût à la philosophie de l’auteur qui exprime l’atteinte de la liberté suprême, la recherche de soi et l’ascension vers son moi profond. Tout ceci sur fond d’histoire pour adolescent-e-s et une prophétie qui crée des tentions entre les différents camps :

« Lorsque les Douze disparaîtront, et que l’élève dépassera le Maître, le Chevaucheur de brume le libérera de ses chaînes. Six passeront et le collier du Un sera brisé. Les Douze reviendront alors, d’abord dix, puis deux qui ouvriront le passage vers la Grande Dévoreuse. L’élève s’y risquera et son enfant tiendra dans ses mains le sort des Fils du Chaos et l’avenir des hommes. »

On retrouve ce personnage dans une autre de ses (nombreuses) œuvres, La quête d’Ewilan. Tous ses livres s’entrecroisent, ils se déroulent tous dans un même monde. Après avoir lu Le Pacte des Marchombres, vous vous sentirez apaisé-e-s et confiant-e-s en l’avenir (en tout cas c’est ce que j’ai ressenti) !

Djinn, de Miralles et Dufaux

Oui, je sais ! C’est une bande dessinée, pas un livre… Mais à la base, je suis une fan de BD… Et puis, il y a du texte dedans, zut alors ! Je vous assure que ça peut rentrer dans la catégorie « livres préférés ». De toute façon, je ne pouvais pas me permettre de ne pas en parler, donc faites avec ! Na !

Pourquoi ? Parce que cette bande dessinée m’a fait prendre conscience de mon corps et de ma sexualité. En fait, c’est l’histoire d’une jeune femme, Kim Nelson, qui retrace la vie de sa grand-mère, Jade, la favorite du harem du sultan Murati d’Istanbul, afin de trouver un trésor.

On suit les deux histoires, celle de Jade et celle de Kim, qui se déroulent en parallèle. Jade était une arme de guerre plus puissante qu’une armée entière grâce à sa capacité à charmer un homme comme une femme sans jamais éprouver une once d’amour.

Le sultan l’envoie « combattre » ses ennemis anglais en envoûtant la femme d’un diplomate. À force de péripéties, alors qu’elle ne pouvait le ressentir, elle finit par éprouver de l’amour dans les bras de ce diplomate anglais… et de sa femme.

Sa descendante, en retraçant la vie de la mystérieuse Jade, cherche à entrer dans ce même harem en passant les rituels initiatiques qui finiront par en faire, à son tour, une femme qui n’éprouve pas de sentiments. Il y a plusieurs cycles se déroulant dans des pays différents tels que la Turquie, des pays d’Afrique Noire et l’Inde et se focalisant au fur et à mesure sur l’histoire de Jade, la Djinn.

En une phrase, c’est le passé et le présent qui s’affrontent, se rencontrent, et s’accordent sur un fond de sentiments, de sensualité et de sexualité, ainsi qu’une quête insatiable du pouvoir ultime.

Femmes qui courent avec les loups, de Clarissa Pinkola Estès

Ce livre est écrit par une psychanalyste mexicaine, mais qui a grandi dans une famille d’origine hongroise aux États-Unis (c’est un petit peu compliqué tout ça !), très talentueuse, qui nous décortique les morales des contes de notre enfance afin de comprendre la psyché féminine.

Elle explique grâce à ces interprétations, qu’en chaque femme il y a une « femme sauvage » qui cherche à s’exprimer. Cette « nature sauvage » dénuée de toute culture, éducation, et donc contraintes et freins est le moi profond que l’on recherche.

Un exemple d’une de ses interprétations : Barbe Bleue. D’après elle, Barbe Bleue représenterait le « prédateur naturel » qu’il y a en chacune de nous. Vous savez, celui qui nous dit sans cesse « une femme ça ne fait pas ça, une femme doit être gentille et douce, une femme ne peut pas se permettre de faire les mêmes choses qu’un homme », ou « t’as trop de défauts ma petite, c’est normal que personne ne t’aime ! ».

Et donc ce prédateur naturel va prendre le contrôle de votre mental, représenté par le mariage de Barbe Bleue avec la jeune femme naïve, l’opprimant en lui donnant un semblant de liberté (en lui donnant les clés de toutes les portes) mais en empêchant bien évidemment sa victime d’accéder à la plus importante des pièces (le petit cabinet secret) qui représente son moi profond, sa nature sauvage.

Sa curiosité naturelle, que l’on peut aussi nommer « instinct » va lui permettre de découvrir qu’elle avance dans la mauvaise direction. Les corps morts et les tas d’ossements représentent ses rêves brisés, ainsi que ses désirs, ses envies et ses projets non réalisés ou même pris en compte. Le sang sur la clé ne peut s’effacer car elle est à présent consciente de sa souffrance et elle ne peut le cacher au prédateur.

Cependant, elle trouve un stratagème afin d’avoir assez de temps pour faire resurgir la femme sauvage qui est en elle et obtenir les armes qu’il lui faut pour combattre le prédateur. Et enfin, le négatif (Barbe Bleue) se transforme en un élément positif (ici, l’argent), ce qui est le principe de vie/mort/vie — qui signifie que lorsque quelque chose meurt ou se termine, il renaît sous une autre forme, plus positive, qui permet d’avancer et d’évoluer. J’espère trouver un jour cette femme sauvage qui est en moi, et je sens que je m’en approche…

Prémonition, de Lisa Jane Smith

Prémonition est une trilogie, éditée en 1994, qui m’a accompagné toute mon adolescence. C’est une histoire pour midinettes (un triangle amoureux avec un beau ténébreux mystérieux et un grand blond tout doux, qu’allez-vous choisir mesdemoizelles ?) mais pleine de rebondissements.

C’est l’histoire d’une adolescente prénommée Kaitlyn qui possède un pouvoir de prémonition : tout ce qu’elle dessine devient réalité. Pour la science, elle est invitée à entrer dans un établissement spécialisé pour personnes aux capacités psychiques hors du commun. Cet institut est censé leur permettre de maîtriser et développer leurs pouvoirs.

Elle se retrouve, donc, avec quatre autres jeunes, à tester ses pouvoirs. Cependant, après qu’une expérience a lié leurs cinq esprits et qu’ils s’entendent à présent penser, le club des cinq moderne se rend compte que quelque chose cloche avec cet institut, et ils sont prêts à tout pour découvrir la supercherie.

C’est un livre très prenant, voire envoûtant, à dévorer en une nuit, si possible !

Tu veux aussi partager tes livres préférés ? Envoie la liste de tes cinq bouquins favoris, avec des photos si tu le souhaites, à mymy(at)madmoizelle.com !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 8 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Fever45
    Fever45, Le 26 novembre 2013 à 18h17

    Tu as raison de mettre Djinn dans la catégorie livre, même si c'est une BD!! l'histoire est très prenante et les dessins sont juste magnifiques!! J'ai eu un vrai coup de coeur quand j'ai commencé la série!!
       Et tout comme toi, grâce à cette BD, je me suis rendu compte de la sensualité que peut avoir mon corps!!
        Je recommande cette BD à tout le monde!!

Lire l'intégralité des 8 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)