Les 5 livres préférés de… Johann Gambolputty !

« Les 5 livres préférés de… », c’est une rubrique qui vous présente cinq ouvrages phares d’une madmoiZelle : qu’ils aient changé sa vie, marqué son enfance ou l’aient sauvée d’un trajet ennuyeux, voici les bouquins qu’elle ne pourra jamais oublier !

Les 5 livres préférés de… Johann Gambolputty !

Devine qui vient mourir ce soir ?, de Ben Elton

C’est vraiment un des bouquins que j’offre et conseille le plus souvent tant il est devenu culte pour moi. Pour résumer l’histoire vite fait, c’est une télé-réalité bateau avec des candidats stéréotypés et prise de tête au possible (le hippie, la nymphomane, le beau gosse…) qui cohabitent dans la joie et les engueulades, et au milieu de tout ça, il y a un meurtre. Qui ? Quand ? Pourquoi ? Mais surtout, le plus important dans tout ça : qui couchera avec qui ? Un inspecteur un peu vieux jeu et désabusé par toute cette imbécillité ambiante mène l’enquête dans les studios, autrement dit chez magouilles et compagnie. C’est très drôle, c’est cruel, c’est ironique, c’est aussi un parfait reflet de la réalité, mais ça n’oublie pas d’être une enquête policière très bien ficelée. Gageons que, comme moi, vous ne trouverez pas le coupable.

American Psycho, de Bret Easton Ellis

Patrick Bateman est beau, Patrick Bateman est riche, Patrick Bateman est un buisnessman, Patrick Bateman fait un combat de « J’ai la plus belle carte de visite » avec ses amis, Patrick Bateman couche avec des prostituées. Et Patrick Bateman tue de sang-froid, de toutes les manières possibles et surtout les plus horribles. Je suis quelqu’un qui ne supporte pas les films d’horreur, et lire des livres un peu trash, c’est un peu ma manière à moi de trouver le frisson. De plus, l’écriture d’Ellis est un régal pour moi, comme cette succession de descriptions interminables, surtout quand elles concernent l’appartement du héros, saturé de marques et de produits de luxe. C’est un roman coup de poing, dense, immersif, mais aussi une critique acerbe et juste de l’Amérique des golden-boy torturés et désespérés derrière toute leur réussite. À lire (avec le cœur bien accroché tout de même, j’ai eu du mal à le finir pour être parfaitement honnête.)

Wilt 1 : Comment se sortir d’une poupée gonflable et de beaucoup d’autres ennuis encore, de Tom Sharpe

Dans mon grand amour pour les écrivains anglais, pour l’humour absurde et pour les successions de quiproquos déjantés, le titre, la couverture et le résumé m’avaient totalement parlé. Ainsi donc, j’ai rencontré l’écriture de Tom Sharpe, et il est devenu l’un de mes auteurs favoris. L’histoire, c’est celle d’Henry Wilt, un quadragénaire désabusé, partageant son temps entre son travail de professeur et sa femme. Et entre ses élèves qui se fichent de ses cours et sa femme qui passe son temps à le critiquer, Wilt en a marre, vraiment marre. Tellement marre qu’un soir, il décide de supprimer son épouse. Mais rien ne se passera comme prévu, et notre pauvre héros va se retrouver embarqué dans un tourbillon d’évènements tous plus loufoques les uns que les autres. C’est vraiment l’un des romans les plus drôles qu’il m’ait été donné de lire : c’est jubilatoire, osé, rafraîchissant, une bonne bouffée d’air frais en somme. Bien sûr, quand on a aimé le premier volume, il ne faut surtout pas se priver de lire les trois tomes suivants, qui sont dans la même veine (je mettrai personnellement un bémol sur le quatrième qui m’a moins emballée.)

Le Zèbre, d’Alexandre Jardin

Il est le second livre que j’offre à toute occasion, tant il m’a touchée en plein cœur. C’est l’histoire d’un homme fou d’amour, Gaspard Sauvage, le fameux « zèbre » du titre, qui ne veut pas croire à la mort de son mariage. Ainsi, après quinze ans de vie commune, il décide de conquérir sa femme de nouveau, et il ne reculera devant aucun moyen. J’ai couvert mes agendas de lycée de citations de ce bouquin, il transpire les sentiments, le bonheur, il donne envie d’aimer, il est on ne peut plus émouvant et doux-amer à la fois, parce qu’on y parle aussi de la tristesse d’un homme presque désespéré de voir que la passion décline, et ça donne à réfléchir.

Sacrées Sorcières, de Roald Dahl

Je finis avec un peu de littérature jeunesse, peut-être mon préféré de Roald Dahl, suivi de très très près par Matilda. Il raconte l’histoire d’un jeune garçon, renseigné par sa grand-mère sur la vraie nature des sorcières : elles ne possèdent ni balais volants, ni capes ni chapeaux, mais sont bien plus dangereuses car elles se cachent sous l’apparence de femmes ordinaires afin de capturer les enfants et les manger ! Quand notre pauvre héros se retrouve par hasard au milieu d’un congrès de sorcières, il ne peut lui arriver que des ennuis… Que dire ? C’est original et fantaisiste, un peu effrayant aussi, drôle bien souvent, il y règne une ambiance de conte un peu cruel que l’on a envie de lire à ses enfants, le tout est relevé des superbes illustrations de Quentin Blake… Un incontournable, en somme.

Tu veux aussi partager tes livres préférés ? Envoie la liste de tes cinq bouquins favoris, avec des photos si tu le souhaites, à mymy(at)madmoizelle.com !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 5 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Lèlène972
    Lèlène972, Le 21 mai 2013 à 0h32

    Je suis une grande fan d'Alexandre Jardin. Et les livres de Roald Dahl ont accompagné mon enfance :)

Lire l'intégralité des 5 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)