L’Instant Putassier #16 – Sweet Sixteen, de MTV

Nom d’un gros caca d’œil infectieux, j’ai bien l’impression que la génération qui nous suit est moisie de l’intérieur, pourrie jusqu’à la moelle et surgavée de teen movies de mauvaise qualité où la qualité du scénario est proportionnellement inverse au rendu léché de l’image. Il existe sur Terre un programme encore plus honteux que Next […]

L’Instant Putassier #16 – Sweet Sixteen, de MTV

Nom d’un gros caca d’œil infectieux, j’ai bien l’impression que la génération qui nous suit est moisie de l’intérieur, pourrie jusqu’à la moelle et surgavée de teen movies de mauvaise qualité où la qualité du scénario est proportionnellement inverse au rendu léché de l’image.

Il existe sur Terre un programme encore plus honteux que Next et autres émissions basées sur le roulage de pelle intensif et accessoirement ridicule. Un programme pour adolescentes mal dans leur peau et avide de gloire, sorte de Capital pour gosses de riches. Un programme dont le générique est chanté par Hilary Duff et dont le principe est relativement simple : comment faire de mon enfant le pire connard jamais engendré ?

Toutes les semaines passe sur MTV My Sweet Sixteen. A la base américaine (les nouvelles saisons se passent également en Grande-Bretagne), l’émission se sert du prétexte d’un anniversaire incontournable Outre-Atlantique (avoir 16 ans est une étape importante aux Etats-Unis, tout comme fêter ses 21 ans) pour filmer les soirées organisées pour l’occasion par des ados richissimes pour qui la valeur de l’argent est une chose aussi ennuyeuse que lire un traité sur les Finances Publiques de 1978 à 1994 (pour eux, acheter un donut doit coûter quoi ? 10 dollars ?).

Le déroulement des évènements est systématiquement identique, à peu de choses près : la fille ou le mec de 16 ans, insupportable et à l’ego surdimensionné, décide de lancer une fête en hurlant partout où elle/il passe que l’argent n’a pas d’importance. Papa-Maman suivent tels deux petits chiens bien dressés par leur progéniture qu’ils vénèrent (« nous avons crée un enfant intelligent, sublime, et populaire ») et crachent les billets verts comme s’il s’agissait de confettis. Un drame pendant la fête a souvent lieu (des mecs essayent de se taper l’incruste, la robe a un faux pli, l’ado choyé(e) a un spot qui commence à lui pousser sur le front…) mais heureusement tout est bien qui finit bien puisque la soirée se clôture avec la remise du cadeau : c’est généralement un gros hummer aux vitres teintées, voire une BMW dont le prix pourrait sortir de la dette un pays africain.

Exemple, où Shanell revient sur son sweet sixteen sur le thème des Oscars, et où elle va jusqu’en Italie se faire faire des chaussures sur mesure – notez qu’au moment où l’organisatrice de la soirée lui demande quel est le budget, elle répond « quoi ? je n’ai pas de budget ! » :


Pour voir la vidéo, ça se passe sur le site de MTV. Clique sur l’écran pour y arriver.

Un autre exemple d’épisode où une adolescente engueule littéralement sa mère parce que celle-ci lui offre sa voiture quelques heures en avance, au lieu de la lui amener sur un tapis rouge le soir de la fête (regardez à partir de la moitié de la vidéo, pas avant) :


Pour voir la vidéo, ça se passe sur le site de MTV. Clique sur l’écran pour y arriver.

Je vous passe celui où une rousse diabolique demande à son père de divorcer parce que sa belle-mère veut mettre une robe de la même couleur qu’elle, ou d’une petite crevette pleine de haine qui regarde sa mère droit dans les yeux pour lui dire « c’est moi la star de la soirée, pas toi », prête à lui foutre un coup de boule.

Evidemment, dans un pays où être couvert de signes ostentatoires de richesse est perçu comme une réussite sociale assumée et donc méritée, ces jeunes filles sont généralement très populaires dans leur lycée. Sans compter que la plupart de leurs potes de classe veulent absolument être invités à la « soirée du siècle » rien que parce que parfois, My Chemical Romance ou Rihanna ont été payés pour venir chanter une chanson. Du coup, les invitations sont toujours lancées en grandes pompes, avec petits fours et déguisements. Et tout le monde en redemande, les commentaires de fin de soirées sont toujours identiques « oh Zaza est tellement géniale, elle est fabuleuse, c’était la meilleure soirée de ma vie » (en même temps normal, tu as 16 ans, heureusement que c’est la meilleure soirée de ta vie).

Personnellement, si à cet âge-là on m’avait donné absolument tout ce que je désirais, il est probable qu’aujourd’hui vous n’auriez pas entendu parler de moi (j’aurais fini obèse et alcoolique au fond d’un jacuzzi quelque part dans l’Ohio).

La prochaine fois je vous raconterai comment les mecs qui écoutent de la musique sur leur portable en activant la fonction haut-parleur me donne envie de leur insérer leur nokia dans le trou d’balle.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 28 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Newie
    Newie, Le 9 août 2009 à 20h40

    J'aime bien cette émission quand j'ai rien à faire que de regarder la télé et si au pire y a que ça. Le pire c'est qu'elle pleure pour des robes à 10 000$ hyper moches qui ressemble plus a de vieilles robes de mariée. Pour ajouter, je suis contente d'être pauvre car cela m'apprend les vrais valeurs de la vie et la valeur de l'argent.


    P.S : cela ne m'empêche pas de rêver de faire du shopping sans forcément regardé le prix.

Lire l'intégralité des 28 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)