Lesley Gore, chanteuse féministe (« You Don’t Own Me »), est décédée

La féministe et chanteuse américaine Lesley Gore vient de s'éteindre aux États-Unis, à l'âge de 68 ans.

Lesley Gore avait 68 ans, lorsqu’elle est décédée d’un cancer du poumon, ce 16 février à Manhattan. Cette chanteuse américaine était particulièrement connue pour ses deux hits des années 1960, alors qu’elle était encore ado : It’s My Party, et You Don’t Own Me (« Tu ne me possèdes pas »), un titre dans lequel une jeune femme prend la parole et son indépendance. Il était devenu un étendard de la chanson féministe, car considéré comme ayant encouragé le mouvement de libération des femmes aux États-Unis.

À lire aussi : 4 classiques de la chanson féministe

Selon le New York Times, Lesley Gore avait déclaré au Minneapolis Star Tribune à propos de la chanson :

« Quand je l’ai entendue pour la première fois, j’ai pensé qu’elle avait des qualités humanistes importantes. En vieillissant, le féminisme est devenu, encore plus, une partie de ma vie et une partie de notre conscience collective, et j’ai pu voir pourquoi les gens l’utilisaient comme un hymne féministe. Peu importe votre âge : que vous ayez 16 ou 116 ans, il n’y a rien de plus merveilleux que de se tenir sur la scène, dans une attitude de défi, et de chanter « Ne me dis pas ce que je dois faire ». »

En 2012, Lesley Gore avait repris son célèbre hit avec Lena Dunham et Tavi Gevinson, mais aussi des chanteuses comme Kate Nash et Sia pour soutenir la candidature de Barack Obama qui se présentait pour la deuxième fois aux élections présidentielles auxÉEtats-Unis.

À lire aussi : Lesley Gore, Lena Dunham et Tavi Gevinson chantent pour les femmes

Lesley Gore avait été repérée par le producteur Quincy Jones alors qu’elle n’avait 16 ans, et avait poursuivi ses études de littérature anglaise et américaine tout en menant sa carrière. Elle s’était engagée politiquement, pour la campagne présidentielle de Robert Kennedy en 1968, et avait écrit une chanson pour le film Fame. Elle avait aussi affirmé publiquement son homosexualité, à une époque où le coming-out était loin d’être facile, comme elle l’avait expliqué au site AfterEllen :

« L’époque était différente, donc, vous savez, j’ai juste essayé de vivre aussi normalement qu’il est humainement possible. Mais aussi honnêtement qu’il est humainement possible. »

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 4 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • MementoMori
    MementoMori, Le 25 février 2015 à 3h19

    @Flynn @Solstice @Ai Haibara @Euki je reviens expliquer plus précisément mes propos.

    Evidemment je ne pense pas littéralement ce que j'ai dit et je ne souhaite la mort de personne. La formulation était maladroite. Elle se voulait humoristique pour dire qu'avec la mort de Lesley Gore (que j'aimais beaucoup), le monde avait perdu une personne très engagée, aux idées progressistes, en opposant par contraste une personnalité qui je trouve, ressasse le "c'était mieux avant" et qui se réclame des idées un peu moins progressistes que celles de Lesley Gore.

    Je m'excuse si mes propos ont choqué certaines d'entre vous.

Lire l'intégralité des 4 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)