Menteurs et mythos, mode d’emploi

Rexona nous le dit souvent, le monde moderne, ça schlingue l’embrouille. On se sent seules en top noir alors que le dress code c’était blanc, on se ruine à passer ses vacances en France pour ne pas culpabiliser et on travaille assis, position responsable du tassement de vertèbres nous privant de passer notre retraite tranquille […]

Menteurs et mythos, mode d’emploi

Rexona nous le dit souvent, le monde moderne, ça schlingue l’embrouille. On se sent seules en top noir alors que le dress code c’était blanc, on se ruine à passer ses vacances en France pour ne pas culpabiliser et on travaille assis, position responsable du tassement de vertèbres nous privant de passer notre retraite tranquille en couches comme dans une pub Tena. Mais pire encore que les tracas d’aujourd’hui, il y a un fléau sempiternel qui, comme son nom l’indique, est toujours là pour nous sucrer un peu du bon temps de la vie, j’ai nommé, les menteurs. Et plus précisément, les mauvais menteurs…
(et là j’entends l’assistance, composée de seins et/ ou de fringues tendance, se rassembler en une masse compacte). Et je me sens comme un prédicateur en guinguette. [Yiihah].

Comme toute espèce humaine, le menteur a procréé, et certains croisements hasardeux ont donné naissance à de nouvelles sortes de menteurs, qui ne sont ni habiles ni nobles. Ceux-ci se sont petit à petit accaparés la génétique, et aujourd’hui, seuls quelques rares specimens de menteurs pur sang subsistent, exemple : Omar Harfouche. Les autres se partagent les coeurs sensibles et constituent leur catalogue de salmigondis dans de mauvaises séries qu’ils visionnent sur le câble, avant de les resservir, au gré de leurs besoins, in the real life. Résultat, on slalome entre la réalité et Sunset Beach, mais n’est pas Ben (le jumeau fou et parfois prêtre) qui veut, et le problème du mytho, souvent, c’est son manque cruel de coordination. Il s’emberlificote dans son auge de balivernes et là, il se fait coincer par nous, les Ghost Buster du mytho.

Pour faire face à la multiplication du specimen, apprenons à détecter le mytho, pour le neutraliser et s’en défaire à tout jamais. Après ça, je te parie une piècette que ta vie ne sera plus que luxe, Häagen Dazs et volupté, sista…Voici une liste des raisons que peut évoquer l’animal, et qui devront te mettre la puce à l’oreille :

ATTENTION, LES AFFIRMATIONS SUIVANTES SONT DES MENSONGES

– sa mère s’est faite opérer de l’appendicite
– il était en garde à vue
– il a du emmener un copain à Barcelone
– il a percuté un sanglier et a du démarcher toutes les compagnies d’assurance afin qu’elles prennent l’incident en charge a posteriori (il n’avait pas pris la peine de s’assurer avant cela)
– on lui a proposé d’effectuer une journée test dans la marine, il a accepté et rentre tout juste de Djibouti

Le mytho ne fait pas dans la dentelle bretonne, c’est d’ailleurs un des facteurs qui le mènera à sa perte. Dans sa vie, rien n’est simplement « normal », puisqu’il évolue dans une suite d’univers hostiles ou démesurément propices. Par exemple, s’il ne t’a pas appelée, ça n’est pas qu’il t’avait oubliée, ou que son portable était en rade, non ! C’est simplement qu’il lui est arrivé (dans sa tête) un truc abracadabrant l’empêchant de faire signe de vie, de téléphoner, d’envoyer une balise argos, une colombe ou un copain. Le menteur est le pro du salto. La pirouette, c’est son gagne-pain, ce qu’il doit soigner sous peine de se faire jeter. Voici une conversation subtilement articulée par un menteur. Démonstration :

Ici, nous avons eu affaire à un vieux menteur rôdé. Il aurait pu dire que c’était la grève à la station MIR que tu aurais quand même bien voulu le croire. Et pourquoi ? Parce qu’il a en « interne » des qualités transversales non négligeables, tels que les yeux de Johnny Hallyday, un zizou maniable comme une Passat Blue motion, des plans pour contrefaçons pas chères, ou pis encore ! Tout cela à la fois. Quels que soient les arguments qu’utilise le zouave pour te garder sous son joug, ça ne peut pas durer. Une belle jeune fille comme toi ne doit pas se faire tant de mouron, même si c’est pour le garçon à la peau la plus douce de l’univers entier. Il est temps de passer à la vitesse supérieure (à dire tout haut, avec la bouche pincée et le regard perçant l’horizon, si possible les bras un peu décollés du corps).

La neutralisation du menteur se fait en deux temps. Déjà, il faut admettre que tu t’es fait rouler dans la farine de sarrasin. Dans le détail, ça veut dire digérer que celui censé être ton mec à toi seule s’est fait tourner avec des tiers personnes, que tu as peut-être dans ton répertoire en ce moment. Ca veut dire aussi que tous ses amis savent qui tu es, alors qu’ils te servent leurs bridges dès qu’ils te voient arriver. Mais ça ne fait rien, Florent Pagny a dit « ce qui ne tue pas rend plus fort », alors on va se mijoter une remise sur pieds aux petits oignons, pour que tu ne pleures pas trop longtemps.

Le second temps commence par une confrontation. Il faut t’y être préparée, parce qu’à son habitude, ton mytho va essayer de te fumer. Mais tututu, pas cette fois. Tu seras armée, si tu agis comme suit lors de la confrontation :

1- Se munir a-bso-lu-ment d’un regard afro-américain anti éclaboussures. Je saiiiis, je me répète, mais c’est une Ex-calibur moderne dont on aurait tort de se passer. Ne pas lâcher le regard, et par pitié, ne pas pleurer. C’est lui qui devrait se répandre en larmes de honte !
Démonstration parfaite du regard afro-américain à partir de 1’25.

2- Ecourter la conversation avant qu’il n’essaie de t’inventer une nouvelle pneumonie exotique le forçant à annuler votre week-end en amoureux. Prétexte un rendez-vous, idéalement avec un homme beau comme un Trianon, ou a défaut demande à ton cousin Jean-Louis de te bipper à 16h30. (on fait ce qu’on peut)

3- J’ai gardé la crème pour la fin : il s’agit d’une mise en scène maison, testée des dizaines de fois (oui des dizaines, comment crois-tu que j’ai pu faire un article entier sur les menteurs ?!) et approuvée par Sensodyne. Poste-toi de quart profil, prête à partir, et juste avant de te casser pour l’éternité, retourne-toi vers lui et balance ceci :

« Ah, encore une chose, pour ton avenir : les prochaines fois que tu mens, mens BIEN ».

Tu peux appuyer sur le « mens bien » en parlant avec les mains, mais pas trop sinon ça fait Enrico Macias « le mendiant de l’amour ».

Ton pedzouille sera figé sur place, et avec un peu de chance, il pleurera. Et toi tu iras sainement goûter la convalescence post-menteur, une vie qui te paraîtra bien fade au début, mais tellement plus confortable !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 11 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Happy-Cetacean
    Happy-Cetacean, Le 31 août 2008 à 16h20

    Regard afro é-no-rme :XD:

Lire l'intégralité des 11 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)