Les écrivains prix Nobel : Sigrid Undset

Vigdis la farouche est un roman de Sigrid Undset inspiré par les sagas médiévales islandaises que la Norvégienne a traduites dans sa langue avant de rédiger ce roman. L’action en effet se passe au Moyen Age, en Norvège cependant, où une jeune femme, Vigdis, subit les avances d’un homme amoureux d’elle, Viga Ljot, qu’elle rejette […]

Les écrivains prix Nobel : Sigrid Undset

Vigdis la farouche est un roman de Sigrid Undset inspiré par les sagas médiévales islandaises que la Norvégienne a traduites dans sa langue avant de rédiger ce roman.

L’action en effet se passe au Moyen Age, en Norvège cependant, où une jeune femme, Vigdis, subit les avances d’un homme amoureux d’elle, Viga Ljot, qu’elle rejette sans arrêt. Le jeune homme, marin islandais, la viole. C’est ainsi que Vigdis tombe enceinte et, neuf mois plus tard, abandonne son enfant au bord d’une rivière.

Ce n’est pas là que se termine le roman, fort en rebondissements cela dit peu surprenants et en retours en arrière sur différents personnages, notamment Viga Ljot, qui malgré la séparation et le temps ne cesse de penser à son amour pour Vigdis. Celle-ci d’ailleurs, bien qu’ayant fuit, ne l’oublie pas non plus, et garde l’espoir de se venger de lui et de ce qu’il lui a fait.

L’action de Vigdis la farouche est clairement peu originale. Histoire d’amour tragique – car en réalité Vigdis aussi aime Ljot – peu émouvante, rédigée d’une façon qui d’ailleurs ne surprend pas le moins du monde non plus. Certes c’est une traduction, pourtant elle nous permet sûrement de noter que Sigrid Undset ne s’inspire pas uniquement de l’intrigue de ces sagas et en retrace le décor même d’une façon plutôt plate. Il ne semble pas y avoir d’originalité dans son récit, jamais il ne s’arrête longuement sur des détails pouvant être poétiques ou même avoir un intérêt secondaire. Le narrateur se borne aux faits. Parfois même sont introduits des récits faits par des personnages du roman au sujet du Christ… voilà qui est bien peu amusant.

En fin de compte, l’intérêt de Vigdis la farouche, car il y en a un, est ailleurs que dans tous ces critères généraux. Il réside plutôt dans le personnage de Vigdis, jeune femme qui, comme le titre l’indique, ne se laisse pas faire. Et c’est ce personnage et ses actions qui sont plus saisissants et intéressants que tout le reste. Car ce roman rédigé en 1909, s’il ne témoigne pas d’un féminisme exacerbé chez l’écrivain, manifeste au moins de l’originalité sur ce plan, dans la mesure où le personnage de Vigdis n’est pas commun, d’autant plus quand on considère que l’action a lieu au Moyen Age.

Il faut certainement se plonger dans d’autres écrits de Sigrid Undset pour comprendre la motivation qui a pu pousser à lui accorder le prix Nobel, "principially for her powerful descriptions of Northern life during the Middle Ages". Il est probable que la lecture de Vigdis la farouche n’en permette qu’un tableau si plat qu’on passe tout à fait à côté.

Il y aura donc à voir du côté de ses autres écrits traduits en français : la saga "Christine Lavransdatter", en trois tomes – La couronne, La maîtresse de Husaby et La croix –, Jenny, Printemps, et L’âge heureux (recueil de nouvelles).

Vigdis la farouche,
aux éditions Stock

Pour plus d’informations, voir la page du site NobelPrize.org qui lui est consacrée – en anglais.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre au seul commentaire !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Swetloulwa
    Swetloulwa, Le 26 septembre 2007 à 0h09

    vigdis la farouche est un roman vraiment fabumleux plein d`emotion et de passion je ne me lasse pas de lire et le relire encors et encors personnellement j`adore

Aller sur le forum pour lire le seul commentaire

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)