Les Chroniques intempestives et subjectives, Pierre Givodan

Pierre Givodan, peintre poète, et critique d’art écrit régulièrement pour artpointfrance.org, ici, Chantal Vieuille, éditrice, propose une sélection de ces chroniques, qu’elle agence d’une nouvelle manière. Il y a quelques jours, je parlais du livre de Christiane Paul comme d’un concentré d’histoire de l’art, bourré d’exemples, idéal pour les débutants. Ici, le public visé n’est […]

Les Chroniques intempestives et subjectives, Pierre Givodan

Pierre Givodan, peintre poète, et critique d’art écrit régulièrement pour artpointfrance.org, ici, Chantal Vieuille, éditrice, propose une sélection de ces chroniques, qu’elle agence d’une nouvelle manière.

Il y a quelques jours, je parlais du livre de Christiane Paul comme d’un concentré d’histoire de l’art, bourré d’exemples, idéal pour les débutants.
Ici, le public visé n’est clairement pas le même.
Pierre Givodan s’adresse à un lecteur familier d’Adorno, de Deleuze, d’Agamben et de bien d’autres. On peut évidemment tenter la lecture sans ces connaissances, cependant, il parait difficile de saisir les enjeux du recueil sans connaitre les principes fondateurs sur lesquels il se base.

Passé ce stade, on se laisse vite porter par la passion de Givodan pour ceux qu’il évoque : de Camus à Coltrane en passant par Matisse et Klee, on passe de la littérature à la musique, de la philosophie à l’art, presque « du coq à l’âne », mais toujours avec l’enthousiasme comme fil conducteur.
Givodan présente ses « maîtres » à la lumières des philosophes d’hier et de la société d’aujourd’hui. On se surprend à redécouvrir des artistes que l’on pensait connaitre par coeur à force de name dropping. On comprend mieux certaines démarches, et, par la même occasion, certaines créations contemporaines croisées ces derniers mois s’éclairent également.

Cependant, il arrive aussi que Pierre Givodan n’aime pas. Il est déçu, révolté, exaspéré, mais il ne cite qu’à demi mot. Parfois dommage. Même si une « liste noire de l’art » aurait été malvenue, on regrette parfois l’absence d’exemples qui faciliteraient la confrontation entre les idées de l’auteur et celles du lecteur.
Cependant, on devine qu’il s’insurge contre un art coupé de toutes références, contre un art mondain qui flirte avec la tendance, le conservatisme ou le pouvoir. Il aime la nouveauté, prône la tolérance face à ce que l’on ne comprend pas encore. Il invite à juger « de manière éclairée » : à voir ce qui entoure la création, ce qui la précède, ce qui la suit, sans s’arrêter à la simple forme ou au style.
Difficile de ne pas être d’accord.

Le livre est dense, les chroniques sont courtes mais chacune développe une idée qui pourrait s’étendre sur des centaines de pages. Les chroniques de Pierre Givodan s’adressent à un lectorat qui veut réfléchir sur des choses qui ne lui sont pas inconnues, qui veut approfondir ses connaissances ou ses opinions sur la création, ou simplement, découvrir les états d’âmes et les pensées d’un artiste.
Amatrice d’art, de littérature ou de philosophie, je ne peux que t’inviter à tenter la lecture…

« Chroniques intempestives et subjectives à propos de l’art »
Éditions Complicités, 17€

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 2 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Moossye
    Moossye, Le 20 février 2009 à 11h47

    de rien !

    Tu vas être contente, avec Sosopi, on va vous préparer une jolie liste de lectures :P

Lire l'intégralité des 2 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)