Pourquoi certaines femmes n’aiment pas les femmes ?

Il y a des femmes qui n'aiment pas les femmes, et qui le font savoir. Les Brutes reviennent sur ce phénomène avec beaucoup de pédagogie.

Pourquoi certaines femmes n’aiment pas les femmes ?

« Il y a des filles qui n’aiment pas les filles. » C’est par ce constat que démarre le nouvel épisode des Brutes, présenté par deux journalistes québécoises, Lili Boisvert et Judith Lussier.

À travers leurs vidéos, les Brutes dénoncent le sexisme ordinaire et les travers de la société patriarcale, tout en expliquant les origines de ce sexisme. Elles avaient notamment montré pourquoi « le masculin l’emporte sur le féminin » est une règle nulle.

Cette fois-ci, c’est donc au girl-on-girl hate et aux femmes anti-féministes qu’elles s’attaquent, et comme toujours, leur discours est très pédagogique (si tu veux l’envoyer à tes potes qui n’aiment pas les filles… JDCJDR).

À lire aussi : « Femmes contre le féminisme » : décryptage d’un paradoxe

« Ces femmes qui n’aiment pas les femmes », par Les Brutes

Le sexisme bienveillant

Résultat, les Brutes pointent plusieurs difficultés. En commençant par les femmes qui apprécient le sexisme bienveillant. Qu’est-ce c’est ? En gros, c’est la galanterie (mais ça ne s’y réduit pas).

Pourquoi certaines attitudes a priori positives sont en réalité du sexisme ? La question était abordée dans notre article Messieurs, l’égalité ne se fera pas sans vous. Permets-moi de t’en citer un passage.

« Si vous ne tenez la porte qu’aux femmes, vous êtes peut-être galant vis-à-vis des femmes, mais vous êtes un mufle vis-à-vis de tous les autres.

Les femmes ont besoin d’être respectées en tant qu’individus, pas d’être secourues en tant que princesses sans défense. »

Il se trouve que oui, certaines femmes aiment qu’on leur tienne la porte, qu’on paie l’addition au restaurant et ainsi de suite.

Elles ont la sensation que le féminisme cherche à éradiquer ces comportements (alors qu’il vise juste à élargir la courtoisie et la bienveillance à l’ensemble de la société). Elles regardent donc ce mouvement d’un œil suspicieux.

À lire aussi : Quinze mauvaises raisons de ne pas être féministe

Les femmes qui sont racistes et conservatrices

Parmi les votes recensés en faveur du président Trump lors des élections présidentielles américaines, il y a un nombre surprenant de votes de femmes.

À lire aussi : Pourquoi voter pour Trump ? Les Américains répondent sur Reddit

Surprenant, parce que les propos sexistes de Donald Trump devraient rebuter beaucoup d’entre elles. Sauf si celles-ci sont plus racistes qu’elles ne sont féministes, comme l’explique la vidéo : quand on n’a pas soi-même l’expérience d’une discrimination, il peut être difficile d’en mesurer l’étendue et l’impact sur la vie des autres.

C’est bien précisément la raison pour laquelle tant de femmes témoignent du sexisme ordinaire qu’elles subissent : pour montrer aux hommes, qui ne le subissent pas sous la même forme, que ce ne sont pas là des phénomènes isolés, mais bien un problème systémique.

À lire aussi : Paye Ta Shnek en a « marre d’être une femme » et le fait savoir sur Facebook

Les Brutes démontrent ici le concept d’intersectionnalité : il est possible de subir différentes discriminations (par exemple en étant une femme noire : racisme + sexisme) et de vouloir donc lutter contre les discriminations dans leur ensemble.

Il existe également des femmes qui sont conservatrices. De la même façon qu’il y a des femmes qui ne veulent pas que la société évolue pour faire disparaître le sexisme bienveillant, certaines n’aiment pas voir que d’autres femmes refusent de se plier aux mêmes règles qu’elles.

Et en la matière, l’exemple de l’épilation cité par les Brutes me paraît très parlant.

big-malaise-poils-epilation

La féminité méprisée et l’individualisme payant

Enfin, comme la féminité est méprisée dans notre société patriarcale, prétendre ne pas être une « vraie fille », ça peut être une bonne manière de se valoriser. Du coup, je comprends tout à fait que ce soit la stratégie adoptée par beaucoup de femmes (coucou mon moi de 16 ans).

Mais, car il y a un mais, comme l’expliquent les Brutes :

« Il ne faut pas baisser les bras par rapport au féminisme et à la solidarité féminine. Parce que d’un point de vue collectif, là c’est profitable.

Le féminisme, ce n’est pas pour que la condition d’une femme s’améliore, c’est pour que la condition de l’ensemble des femmes s’améliore. Et ça c’est pour l’épanouissement de toute la société. »

Tout est dit… Et toi est-ce que tu as déjà fait l’expérience du girl-on-girl hate ?

À lire aussi : Amies et alliées féministes, et si on arrêtait de se tirer dans les pattes ?

Chloé P.


Tous ses articles

Commentaires
  • Saff
    Saff, Le 28 juillet 2017 à 10h36

    C'est vrai que j'ai pas mal vécu ce problème :

    Spoiler: Je raconte ma life
    Tout ça pour dire que malheureusement mon vécu fait que quand je vois une fille belle et bien lookée je suis toujours méfiante vis-à-vis d'elle car c'est l'archétype du genre de filles qui m'a fait vivre un enfer à l'adolescence. Je suis donc coupable du girl hate girl...
    J'en suis consciente donc j'essaie d'y remédier mais c'est dur ^^

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!