8 leçons que j’ai tirées de mes voyages

Après presqu'un an de voyage, Pauline s'est rendu compte d'à quel point cela avait été formateur et constructif. Elle vous livre donc les huit leçons que les voyages apprennent le mieux !

8 leçons que j’ai tirées de mes voyages

Véritable école de vie, le voyage est une excellente façon d’approfondir et de mettre en pratique de nombreuses compétences que l’on nous inculque depuis l’enfance.

Après avoir passé trois ans sur les bancs de la fac à vivre ma petite vie étudiante rythmée par les cours, les jeudi soirs et la routine, j’ai décidé de m’envoler, seule, pour l’Australie afin de vivre mon aventure kangouresque et de me confronter à l’inconnu.

Avant de partir, j’avais lu quelques articles sur ces personnes qui revenaient changées de certaines excursions. J’étais très curieuse de savoir en quoi partir pouvait nous faire changer de vision. Aujourd’hui, après dix mois en Australie, je réalise à quel point le voyage peut être formateur et constructif pour les jeunes adultes que nous sommes.

Voici ma liste non-exhaustive des huit leçons que le voyage vous apprendra bien mieux que n’importe quelle fac !

big-preparer-voyage-etranger

L’indépendance

Si je ne devais en retenir qu’une seule, ce serait celle-là.

J’ai toujours été plus ou moins de nature indépendante, mais le voyage a vraiment permis d’affirmer ma capacité à me débrouiller par moi-même. Par des situations incongrues, des petites galères ou tout autres imprévus, tu vas apprendre à être autonome, à suivre tes choix et à te faire confiance.

big-vaincre-timidite

La prise de décision

Mieux que les livres 3 minutes par jour pour savoir prendre des décisions importantes, le voyage met tous ses adeptes dans des situations qui les forcent à prendre et à assumer des décisions plus ou moins importantes. En suivant quelque chose qui s’appelle ton instinct ou même simplement tes envies ou tes goûts, tu vas devoir trancher, en permanence, sur ces choix qui traceront ta route !

big-conseils-pratiques-voyages

L’adaptation

Le meilleur pote de voyage, c’est l’imprévu, et quand il arrive, il vaut mieux avoir un plan B sous le bras.

Plus de place dans l’auberge ? Plus de sous pour finir la semaine ? Au beau milieu du désert, ta voiture ne démarre plus ? Pas de panique car tu trouveras toujours un plan B, que tu sois face à toi-même ou entouré•e de gens. L’adaptation est une compétence que le voyageur aiguise tout au long de son aventure !

La remise en question

Je ne sais pas si c’est l’effet voyage, rédemption ou « chemin de croix », mais depuis que je suis en Australie, j’essaie de rester au maximum ouverte et vigilante quant aux « erreurs » que je peux faire. Le fait de rencontrer beaucoup de gens, tous très différents, a tendance à me mettre dans une mouvance d’auto-critique.

Lorsque les choses ne se sont pas bien passées avec telle ou telle personne, j’essaie de penser au problème dans sa globalité. Pourquoi en est-on arrivé là ? Qu’est-ce que j’aurais pu améliorer dans mon comportement ? Qu’est-ce qu’au contraire j’aurais dû éviter ?

Une fois ces erreurs définies, j’essaye d’en être totalement consciente afin de ne plus les reproduire à l’avenir.

À lire aussi : Comment s’excuser après des propos discriminatoires ?

Le positivisme, ou apprendre à relativiser

En voyage, tu rencontreras toujours moins chanceux que toi ! Tu entendras toujours des histoires comme quoi quelqu’un s’est fait voler son van avec toutes ses affaires à l’intérieur, ou qu’un•e autre a perdu son passeport ou s’est fait pirater son compte bancaire…

Du coup, cette communauté de « galérien•nes » t’aide à relativiser et à te dire que ce n’est pas la fin du monde : après tout une amende de $100 ça saoule mais ça aurait pu être pire !

Être bien dans ses baskets

Quand tu voyages avec un•e partenaire, tu essayes toujours d’être de bonne humeur, d’être sympa, pour que la relation, et du coup le voyage, se passe bien. Eh bien, quand tu voyages en solo, c’est pareil : tu te rends rapidement compte que ton mental peut être ton pire comme ton meilleur ami.

Du coup, tu as tendance à être sympa avec toi-même afin de garder une atmosphère interne joyeuse et détendue.

big-replay-voyager-seule-podcast

L’apprentissage et la réussite

Le voyage a cette grosse tendance à te mettre dans une vibe de positif et de réussite, notamment par les efforts et les progrès que tu te vois faire.

Je pense par exemple à la langue. Les progrès ne se voient, certes, que sur plusieurs mois, mais ils sont absolument flagrants ! Entre tes différents jobs, tes rencontres et tes situations improbables tu commences à sérieusement à cumuler une liste non négligeable d’expériences et donc d’apprentissage.

big-anglais-arreter-complexe

La confiance en soi

Bien évidemment, toutes ces compétences énumérées depuis le début de cet article vont également te permettre de booster ta confiance en toi.

Quand tu voyages, c’est un peu comme si tu vivais pleins de micro-vies : tu accumules les expériences, les rencontres et les rebondissements… tu commences sérieusement en avoir sous le capot ! À ça, tu ajoutes tes réussites et le fait que tu as su te débrouiller par toi-même depuis le début… et PAF, ça a fait de la confiance en soi !

Par conséquent, je pense qu’on devrait tous prendre une année sabbatique à 20 ans pour voyager et revenir riche de ces enseignements. Donc si tu hésites encore à franchir le pas de crainte de ne pas être assez aventurier•e ou indépendant•e, ne réfléchis plus et fonce, tu apprendras tout là-bas !

big-voyager-travailler-pas-cher

– Vous pouvez en savoir plus sur le voyage de Pauline sur son blog !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 2 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Nekhbet
    Nekhbet, Le 9 septembre 2016 à 8h54

    Je suis d'accord avec les leçons de l'article. Par contre la fin est categorique pour moi. "Tous prendre une année sabbatique à 20 ans" :
    je pense que tous les voyages de la vie sont formateurs; les voyages avec notre famille, ou avec des amis, peu importe l'âge. On remarquera que les personnes qui ont beaucoup voyagé ne se disent pas ok, c'est fait, j'arrête. Mais il y a toujours cette envie de repartir à la découverte d'autres horizons.
    J'aimerai aussi rajouter que ces leçons de vie sont aussi apprises selon les schémas de vie qu'on emprunte (pas seulement en voyage au bout du monde). Bon, la fin de l'article me donne l'impression que si tu n'as pas fait d' année sabbatique, ben tu n'experimenteras pas les leçons citées dans l'article. Là je ne suis pas d'accord.

Lire l'intégralité des 2 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)