Le tigre et la neige

De : Roberto BenigniAvec : Roberto Benigni, Nicoletta Braschi, Jean Reno… Sorti le : 14 décembre 2005 Attilo (Roberto Benigni) ne voit pas le monde comme les autres. Ou du moins ne le raconte-t-il pas de la même façon que les autres. Il faut dire que le métier d’Attilo, c’est la poésie. Le jour, il […]

De : Roberto Benigni
Avec : Roberto Benigni, Nicoletta Braschi, Jean Reno…
Sorti le : 14 décembre 2005

Attilo (Roberto Benigni) ne voit pas le monde comme les autres. Ou du moins ne le raconte-t-il pas de la même façon que les autres. Il faut dire que le métier d’Attilo, c’est la poésie.

Le jour, il l’écrit, il l’enseigne et il la sème dans sa vie et celle des autres. Par exemple, dans le quotidien de ses deux ados de filles, qui avec un papa pareil, ne savent jamais trop ce qui les attend. La nuit – toutes les nuits – , il rêve que la « femme de sa vie » lui déclame des vers au pied d’un autel échappé d’un tableau, dans une robe de mariée immaculée, avec Tom Waits en orchestre de luxe.

Cette femme, d’ailleurs, elle existe. Même qu’elle s’appelle Vittoria (Nicoletta Braschi). Même qu’Attilo la connaît. Même que Fouad (Jean Reno), un poète irakien ami d’Attilo, la connaît aussi. Sauf qu’un jour, la belle, partie en Irak pour un reportage sur Fouad, est victime d’un grave accident. Alors Attilo, le gaffeur-rêveur, part en Irak pour la retrouver…

Conte d’hiver

Dans les rayonnages des vide-grenier, on tombe parfois sur un objet insolite. Ca fait gling ici et ploc là. Si on tripote un bitoniau, des choses surprenantes se prodiuisent. Ca fait sourire, ça intrigue… On aurait bien du mal à le définir, mais on a qu’une envie : l’emporter, puis le garder précieusement. Parmi la tripotée de films qui sortent chaque semaine, Le Tigre et la Neige et ses allures de conte d’hiver produit un peu cet effet-là.

Un orteil dans l’actualité (la guerre en Irak, les manifs pour la paix etc.) et le reste dans l’imaginaire, le film suit le personnage d’Attilo dans son voyage complètement fou. En temps de guerre, quand il n’y a plus ni repères ni règles, son côté rêveur, son optimisme presque désespéré, bref tout ce qui constitue pour lui un handicap en temps de paix, semblent devenir sa plus grande force. C’est ce décalage permanent entre le poète et la réalité qui fait rire dans certaines scènes et verser sa larmiche dans d’autres. C’est aussi ça qui donne au film son caractère un peu irréel, comme sorti des pages d’un conte pour adultes. Avec peut-être, en filigrane, au-delà de l’histoire d’amour, la question suivante : quelle place peut bien avoir un artiste dans son monde, en particulier quand ce monde part en vrille ?

:: Le site officiel du film

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 14 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Klimty
    Klimty, Le 8 janvier 2006 à 11h48

    Ice
    irai le voir. Benigni est le seul qui m'ait jamais fait pleuré devant un film....
    Comment tu fais? T'as vu la vie est belle? moi , y'a rien à faire , je vois ce film, je pleure.

    Le tigre et la neige faut aussi que je fonce.... en plus y'a Jean Reno. Lui je l'adore comme acteur.:P

Lire l'intégralité des 14 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)