Le PS au bord de la crise de nerfs

En offrant la première place à la motion soutenue par Ségolène Royal, les militants socialistes ont déjoué tous les pronostics et donné un nouvel élan à la guerre des chefs qui secoue le parti. Forte de sa victoire, la rivale malheureuse de Nicolas Sarkozy affirme que ce résultat lui donne « une légitimité pour diriger le […]

Le PS au bord de la crise de nerfs

En offrant la première place à la motion soutenue par Ségolène Royal, les militants socialistes ont déjoué tous les pronostics et donné un nouvel élan à la guerre des chefs qui secoue le parti.

Forte de sa victoire, la rivale malheureuse de Nicolas Sarkozy affirme que ce résultat lui donne « une légitimité pour diriger le PS ».

Perspective qui n’enchante aucun de ses concurrents. Battu alors qu’il faisait figure de favori, Bertrand Delanoë dit qu’il n’est pas question pour lui et ses amis de travailler avec ceux qui prônent une alliance au centre (Modem). Comprenez Royal et ses partisans.

Forte de ses 25% (score qu’elle n’attendait pas) Martine Aubry s’affiche comme la possible rassembleuse des « Tout Sauf Ségolène ». Un créneau que lui dispute Benoît Hamon, le jeune chef de file de l’aile gauche du PS propulsé sur le devant de la scène par 19% des militants.

Le congrès du parti qui se tiendra du 14 au 16 novembre prochain à Reims s’annonce donc particulièrement rude.

Jean-Luc Mélenchon et Marc Dolez, deux figures de la gauche du PS, ont fait savoir dès aujourd’hui qu’ils quittent le parti pour fonder leur propre mouvement.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 22 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Madmoizelle N
    Madmoizelle N, Le 2 décembre 2008 à 12h11

    Manon_manette;877732
    Ségolène, tais toi ... Mais vraiment tais toi ... Son intervention au JT de TF1 était vraiment pitoyable.
    Elle dit d'abord que ce n'est pas deux femmes qu'il faut élire mais un projet, puis elle finit ( majestueusement ) son intervention par : de toute façon c'est moi qui ait gagné.
    En fait j'ai l'impression que plus elle parle, plus elle s'enfonce. Elle devient pitoyable.

Lire l'intégralité des 22 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)