Le poker…

Je suis perdue. Que le diable emporte mon âme. J’ai fini par céder à l’appel du vice et de la débauche. Les antres sombres et enfumés des tripots n’ont plus de secret pour moi depuis que je suis devenue… la reine du poker. Bon, ça, c’était pour vous faire une intro un peu mélodramatique, poser […]

Le poker…

Je suis perdue. Que le diable emporte mon âme. J’ai fini par céder à l’appel du vice et de la débauche. Les antres sombres et enfumés des tripots n’ont plus de secret pour moi depuis que je suis devenue… la reine du poker.

Bon, ça, c’était pour vous faire une intro un peu mélodramatique, poser l’ambiance, tout ca tout ça. Parce que là, j’ai l’air de faire ma grande routarde du jeu, la fille qui a tout vu, tout fait, et que même Patrick Bruel n’impressionne plus. Mais à bien y regarder, c’était pas gagné d’avance, cette vaste blague.

Déjà, quand on m’a dit « on se fait une soirée tranquille chez moi, viens avec une bouteille et un peu d’argent », j’ai flairé l’arnaque direct. Du coup, hyper méfiante, j’ai demandé si y’avait un Chippendale dans l’histoire, auquel cas, les gars, vous déconnez grave, on devait garder cette idée pour l’enterrement de vie de jeune fille. Mais on m’a répondu « t’es con ou quoi, on se fait un poker ».

Ah. Vu sous cet angle, évidemment…

J’ai ravalé mes vagues espoirs de spectacle torride et fini par me pointer chez l’amie en question. Les garçons étaient déjà en train de s’affairer comme des abeilles autour d’un mââââgnifique tapis de jeu vert sombre, à compter les jetons, à les mettre en petite pile, et de se demander combien on mise au départ. A voir leurs tronches hyper concentrées, ça avait pas l’air d’être la grande déconnade du siècle, ce truc dont tout le monde parle tant.

Et je n’avais encore rien vu. Quand l’un d’eux a commencé à nous expliquer les règles du jeu, j’ai soudain arrêté de ricaner bêtement comme une oie. « Là, t’es grosse blinde », « on peut se recaver qu’une seule fois », « ça dépend du kicker », « je checke », « regarde le flop »… Non mais attendez, qu’est-ce que c’est que ce bordel ? Je comprends que dalle à ce que vous racontez, les mecs, là. Franchement, on pourrait pas jouer au Kemss, plutôt ? Comme au collège ?

Apparemment, non, on ne pouvait pas. J’ai donc dû me farcir l’apprentissage de toutes les combinaisons possibles et de leur ordre de valeur, bouffer du « check » et du « je me couche » à toutes les sauces, gonfler tout le monde en demandant pour la quinzième fois si « les jetons rouges, ça vaut 50 ou 100, déjà ? », et me faire royalement plumer sur toutes les parties.

Mais franchement, j’ai adoré. J’ai adoré ce mélange de hasard, de bluff et de stratégie. J’ai adoré les petits coups de stress devant mes cartes en pensant tout bas « il va sortir, ce putain de full, oui ou merde ? ». J’ai adoré tripoter mes piles de jetons dans tous les sens. J’ai adoré annoncer « tapis », juste pour la flambe.

C’est fou ce que le temps peut passer vite, quand on joue à perdre de l’argent avec ses propres copains. Copains qui, entre vous et moi, ont quand même flairé le bon filon pour nous pervertir et nous dépouiller (et ça s’appelle des potes, ça ?).

La soirée a pris fin quand l’un d’eux a lancé la brillante idée d’un strip-poker. La blague. Je suis joueuse, mais pas complètement conne. Je vais quand même attendre de maîtriser un peu mieux les règles du jeu avant de me risquer à finir en soutif devant tout le monde. (Et puis j’avais pas mis ma plus belle culotte aussi, mais ça, vous le gardez pour vous).

Je me suis donc éclipsée pour rejoindre mon lit douillet, non sans un dernier jeu de mot absolument somptueux : « sans moi les gars, je me couche ». Haha. Que je suis drôle.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 14 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Mimirabelle
    Mimirabelle, Le 4 septembre 2007 à 19h07

    Moi aussi j'ai été recrutée par des petits malins qui s'imaginaient qu'ils allaient plumer la gentille pigeonne... Sauf qu'il parait que je suis une grande malade. Comme je ne sais pas bien jouer et bien j'ose tous les coups les plus tordus. Je bluffe comme une débile. Ma tactique préférée? Le tapis à presque toutes les parties: de ce fait j'effraie tous mes adversaires et je ramasse les mises...
    J'suis une grande malade...!!!!!!!!!! Attention, Mimirabelle est dans la place: Patrick (Bruel pour les non initiées...), prépares toi!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Désolée, j'ai un peu craqué...

Lire l'intégralité des 14 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)