« Le jour où tout a basculé », ou le WTF télévisé

« Le jour où tout a basculé » est un programme de « scripted reality » diffusé en début d'après-midi. Alfrédette a testé pour vous ce grand moment de WTF sur petit écran.

« Le jour où tout a basculé », ou le WTF télévisé

Il y a peu, une farce de Rémi Gaillard, notre maître a tous, a fait grand bruit : le joyeux drille a piégé Confessions Intimes, montrant au grand public les combines dont usent et abusent ces programmes pour appâter le chaland. Mais depuis quelque temps, d’autres émissions envahissent nos petits écrans tels de pernicieux cafards : j’ai nommé les programmes de « scripted reality ». Le concept ? À partir de « sujets de société » tout à fait réalistes (au choix : je suis sous l’emprise d’un gourou, nos enfants s’aiment, je suis amoureuse de l’assassin de ma soeur, mon fils de 16 ans est alcoolique), la production paie (mal) des acteurs pour incarner de risibles caricatures névrosées.

Par devoir journalistique*, j’ai donc voulu voir de mes propres yeux ce grand moment du Septième Art* : munie de pop-corn et d’une trousse de premiers secours** ; j’ai donc bravé les mille périls d’un épisode du Jour où tout a basculé. C’est parti Jackie.

*Lorsque la petite étoile tu verras, ton second degré en grand tu ouvriras.

** On ne sait jamais, ma bonne dame.

13h00 : Mon séant et moi-même sommes confortablement vautrés sur le canapé devant Le jour où tout a basculé : enceinte sans le savoir. Le générique me fait penser à une chanson de Mireille Mathieu sous amphétamines. Tu veux suivre l’aventure avec moi ? C’est parti.

http://youtu.be/lMKS4dzz0Ak

13h01 : Une voix suave annonce le programme des réjouissances. Chantal est en couple avec Jean-Luc*, mais ce dernier est stérile. Chantal, en plein déni de grossesse, va accoucher : paniqué, Jean-Luc (que nous appellerons JeanJean pour plus de concision) appelle la police et dit quelque chose comme « Je vous appelle pour vous dire que ma femme a enlevé un enfant ». À cet instant, je pressens que les vingt minutes à venir vont être longues. Très longues.

*Mais qui a trouvé ces prénoms ? Qui ?

13h03 : Nathalie Fellonneau, avocate qui semble avoir utilisé tout le budget de la prod en litres de fond de teint, nous rappelle qu’« une femme peut avoir une grossesse sans prendre un seul gramme », que « l’enfant qu’elle va mettre au monde va être parfaitement normal » et que « c’est extraordinaire », avec des papillons de lumière dans les mirettes.

13h05 : Après cette merveilleuse leçon de sciences naturelles, on nous présente Laure et JeanJean en train de prendre le petit déjeuner. La protagoniste a changé de nom entre le générique et la première minute du programme sans que cela ne choque personne – après tout, où est le problème ? Dorénavant, vous ne m’appellerez plus Alfrédette, mais Radégonde. Voilà.

13h06 : JeanJean, le mâle dominant, part pour 3 jours de séminaire. Laure nous rappelle combien il est parfait, pressentant que « tout cela est bien trop beau pour durer ». A côté de tels dialogues, toute pièce de Corneille ressemble à un cantique de Booba.

13h08 : Jeanjean étant parti, Laure rejoint Muriel, sa bestah. Elle est foudroyée par une terrible douleur abdominale (illustrée par un effet de flou que même mon petit cousin trouverait cliché), mais Mumu a une explication : Laure « somatise parce que son mec est parti ». C’est bien connu, dès qu’il n’y a plus d’homme à la maison, nos corps de faibles femmes craquent.

13h10 : Alors que Laure fait une petite sieste, elle se réveille d’un coup en poussant des cris dignes d’une mauvaise production pour adultes. En perdant les eaux, elle se rend ENFIN compte de la situation. Appelle-t-elle les pompiers, JeanJean, Mac Gyver ? Que nenni. Le bébé arrive, et « comme un robot, elle attrape la paire de ciseaux qui se trouve sur la table de nuit pour couper le cordon ». Une paire de ciseaux de cuisine. Sur une table de nuit. Le réalisme est à son comble.

13h11 : Alors qu’elle vient supposément d’accoucher (d’un bébé qui ne crie pas, et que nous ne verrons d’ailleurs pas – la prod n’avait sans doute pas les moyens), Laure se dit que, finalement, un bébé qui ne bouge pas, c’est pas si mal. Puis elle se rend soudain à la raison, et se met à sangloter sur fond de violons et de filtre sépia. Soudain, par on ne sait quel miracle, son bébé sort de son inertie et se met à pleurer. Dix minutes après sa naissance. Réalisme, quand tu nous tiens.

13h13 : Tout va bien chez Laure. Elle ne va pas chez le médecin, et se contente de laver les draps. Être logique, non. Être propre, oui.

13h14 : Mumu, la bestah de Laure, débarque chez elle. Surprise d’y trouver un bébé encore tout fripé et plein de viscères, elle interroge Laure, qui invente des mythos aussi crédibles que le retour de Cahuzac en politique.

13h16 : Mumu a cafté, et JeanJean débarque. Ce dernier est incrédule (« elle peut pas être enceinte, elle avait juste pris quelques rondeurs – cinquante-deux kilos quoi »).

13h18 : Au bord des larmes, JeanJean se confie à Mumu dans une voiture (encore une fois, la prod doit manquer de budget). La mort dans l’âme, JeanJean appelle la maréchaussée, persuadée que Laure a kidnappé le bébé.

13h20 : Deux policiers et une psy débarquent, lui confisquant le marmot. Laure se lance dans de pathétiques gémissements, en hurlant « rendez-moi mon bébéééééééé ». C’est censé être triste, mais son personnage est si mal interprété que ça devient comique.

13h22 : Convaincue par les explications larmoyantes de Laure, la psy décide de lui rendre le bébé – ou plutôt la poupée moche qui fait office de bébé. Aucun examen médical n’aura été exigé, elle la croit sur parole, tranquille. Elle va à l’hôpital et JeanJean la prend dans ses bras, tout fiérot qu’il est.

13h24 : Après quelques jours d’hospitalisation, Laure et son bébé vont très bien, Mumu est promue marraine, tout le monde il est beau, tout le monde il est content, le ciel est bleu et les petits zoziaux chantent. Pour un peu, on se croirait dans un épisode de Plus belle la vie.

Moralité : le déni de grossesse, c’est über cool, et tant que tu as des ciseaux de cuisine sur ta table de chevet, tu peux avoir un bébé qui ne ressemble pas à une courge radioactive tout en rentrant dans ton 34. Elle est pas belle la vie ?

Tu as déjà regardé Le jour où tout a basculé ? Tu as un épisode favori ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 29 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Mizuji
    Mizuji, Le 7 janvier 2014 à 0h17

    Reste un problème : Si JeanJean est stérile, de qui est le bébé ?

Lire l'intégralité des 29 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)