Pourquoi Le 5ème Élément est toujours mon film préféré, 20 ans après sa sortie

Par  |  | 4 Commentaires

Le 5ème Élément a 20 ans, et ça ne nous rajeunit pas. Mais ce petit chef-d'œuvre mêlant action, humour et science-fiction n'a pas pris une ride !

Pourquoi Le 5ème Élément est toujours mon film préféré, 20 ans après sa sortie

À la liste des coups de vieux inattendus que nous assène la vie, je peux à présent ajouter ce chiffre : Le 5ème Élément a 20 ans.

20 ans que Korben Dallas a enfilé son marcel orange, 20 ans que Leeloo a articulé « MUL-TI-PASS », 20 ans que Jean-Baptiste Emmanuel Zorg a poussé le concept de la raie sur le côté un peu trop loin, 20 ans que Ruby Rhod s’est fait le prêtre du « green ».

Et en 2017, Le 5ème Élément est toujours mon film préféré. Par nostalgie envers la VHS que j’ai usée jusqu’à la corde, mais pas seulement. Ça reste à mon sens la meilleure comédie d’action du monde entier, et voici pourquoi !

Le futur délirant du 5ème Élément

Si je préfère Le 5ème Élément à d’autres comédies d’action comme Rush Hour ou The Other Guys, c’est en partie à cause de mon amour profond pour la science-fiction.

Bruce Willis dans une course-poursuite en voiture, c’est cool. Bruce Willis dans une course-poursuite en voiture VOLANTE, c’est super green !

Bruce Willis dans une course-poursuite en voiture volante avec du raï en bande-son : perfection

Trop souvent, en 2017, le futur qu’on nous propose au cinéma est froid, glacial, totalitaire, tout en nuances de gris. Le reflet d’une époque pessimiste, probablement.

À lire aussi : Atlas, le robot du futur (qui fait un peu flipper)

Il y a 20 ans, dans le futur, tout le monde se sapait en Jean-Paul Gaultier fluo, se déplaçait en volant et partait en vacances dans d’autres systèmes solaires. Les aliens faisaient de l’opéra et les poulets rôtis cuisaient en un clin d’oeil.

Alors oui, il y a dans Le 5ème Élément des flics à la gâchette facile, des guerres interstellaires et une menace planant sur toute forme de vie dans l’univers… mais bordel, ça empêche pas de s’amuser, d’avoir des cheveux orange vif et d’écouter du Cheb Khaled !

L’humour décapant du 5ème Élément

Luc Besson n’est pas forcément reconnu comme LE mec qui fait des films marrants. Devant Léon ou Nikita, c’est bof la rigolade. Mais Le 5ème Élément est à mourir de rire !

Je ne compte plus les punchlines que je connais par cœur, surtout dans la version française de très grande qualité (bon, là je suis peu objective, j’ai grandi avec).

À lire aussi : Top 10 de mes doubleurs français favoris

Dans Léon, Gary Oldman interprétait un méchant complètement barge, instable et terrifiant. Dans Le 5ème Élément, il incarne un méchant complètement barge, instable et très marrant.

Quasiment tous les personnages ont droit à une dose d’humour, du Président très pince-sans-rire au trublion Ruby Rhod. Ça donne au film un rythme parfait et permet de le citer à l’infini !

À lire aussi : Ces oeuvres meilleures en V.F. qu’en V.O.

La jolie morale du 5ème Élément

Vous vous souvenez quand Interstellar est sorti et que tout le monde s’est moqué du monologue déclamé par Anne Hathaway, sur l’amour comme force permettant de sauver l’humanité ?

Bah pouet-pouet camembert les rageux, j’ai envie de dire.

Le 5ème Élément est fleur bleue, et il n’en a pas honte. Pour sauver l’humanité, il faut que Korben Dallas, avec son sale caractère et ses muscles et ses blessures et sa pudeur, avoue à Leeloo qu’il l’aime. Que tout n’est pas mauvais dans ce monde.

Et il le fait, il prouve que l’amour existe encore, boum, victoire des gentil•les sur le Mal absolu, avec un baiser passionné. Le 5ème Élément assume à 100% l’aspect un peu gnangnan de son scénario, et ça dans un monde de films sombres et torturés, ça fait DU BIEN !

À lire aussi : Que nous révèle le succès d’Hunger Games et autres dystopies « pour ados » ?

Pour ces raisons et bien plus encore, je n’ai pas honte de déclarer que Le 5ème Élément est le meilleur film de sa catégorie, et je mets un point d’honneur à le revoir tous les ans. Les rageux vont maigrir.

À lire aussi : Six films d’action des 90s qui ont bercé mon enfance


Mymy

Mymy, entre deux bouquins qu'elle chronique parfois en vidéos, est la rédac-chef adjointe/correctrice/community manager de madmoiZelle. Elle aime rester chez elle, les chatons mignons, la raclette du dimanche et les séries télé avec des retournements de situation dedans.

Tous ses articles

Voici le dernier commentaire
  • Shigurette
    Shigurette, Le 8 mai 2017 à 15h41

    @Neverland90 j'avais vu cette vidéo et elle m'a permis de mettre le doigt sur ce qui me gênait dans ce film (que j'aime beaucoup au demeurant). En plus de la conclusion est amatonormative (dans le sens que l'amour romantique est la forme d'amour supérieure). ça aurait été sympa effectivement de sauver le monde par l'amour mais sous toutes ces formes que uniquement romantique (et en plus entre juste les deux personnages principaux).

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!