La rentrée, joies et peines

Une fois de plus, cette année encore, les journaux télévisés ont été remplis pendant quelques minutes d’images poignantes d’enfants en larmes, accrochés à leur mère, rentrant à la maternelle comme on rentre au bagne, pour 15 ans : le premier jour d’école. Avec un brin de nostalgie, j’ai repensé à mon premier jour d’école. Pas […]

Une fois de plus, cette année encore, les journaux télévisés ont été remplis pendant quelques minutes d’images poignantes d’enfants en larmes, accrochés à leur mère, rentrant à la maternelle comme on rentre au bagne, pour 15 ans : le premier jour d’école.

Avec un brin de nostalgie, j’ai repensé à mon premier jour d’école. Pas au vrai premier, en réalité, je ne m’en souviens pas (comme quoi, ça ne doit pas être si traumatisant que ça, malgré les larmes de crocodile qui roulent sur les joues). Mais aux « premiers jours » suivants, les rentrées d’après, qui suivaient un rituel immuable.

Quelques jours avant la rentrée, ma mère emmenait ses filles chéries remplir leurs armoires après avoir encore grappillé quelques centimètres durant l’été. Parfois, au moment des étapes importantes de la vie – entrée au CP, passage au collège – on changeait aussi de cartable, le grand jeu.

La veille de la rentrée, on voulait mettre toutes nos nouvelles fringues, les unes sur les autres s’il le fallait. Il fallait être la plus jolie de la cour de récré. Qand on préparait tout, le moment des choix cornéliens était arrivé : dans les cheveux, noeud rose ou chouchou vert ? Aux pieds : sandales dorées de l’été ou nouvelles Kickers multicolores ? Tout ça faisait partie du charme aussi.

Le jour de la rentrée, avant de partir, on faisait des photos pour garder en mémoire nos exploits de beauté… et pour que Maman puisse chaque année « Qu’est-ce que vous avez grandi encore ! ». La dernière photo prise, je crois qu’elle date de ma rentrée en Seconde. Après j’ai dû arrêter de grandir, on a arrêté.

Pourtant, je continue à aimer la rentrée. Vous allez vous dire que je suis bizarre, à aimer le temps pourri et maintenant à défendre même la journée où tout recommence comme l’année d’avant. Mais justement, la rentrée, c’est bien plus que ça.

1. Il ne faut jamais perdre les bonnes habitudes de l’enfance : pourquoi ne pas continuer à prendre la rentrée comme prétexte pour changer de sac, de tenue, de coiffure et être la plus jolie de la fac ? Ce n’est pas parce qu’une rentrée en 2ème année de BTS est moins importante symboliquement que le premier jour en 6ème qu’il ne faut pas en profiter pour l’utiliser comme alibi vestimentaire. Tous les prétextes sont bons pour aller fouiner dans les magasins.

2. La rentrée, c’est le retour du potiron. Je sais que cet argument sera de peu de poids pour nombre d’entre vous. Mais pour une monomaniaque du potiron comme moi, cette perspective est réjouissante. D’ailleurs, ce matin, j’ai vu mon premier potiron de la saison sur l’étal de mon marché, et cette vision m’a regonflée à bloc pour les 6 mois qui viennent. Après la saison des potirons, je me mettrais aux framboises, mais en attendant, je profite. Et tu devrais goûter aussi.

3. Que tu aies déjà repris les cours ou non, il n’est jamais trop tard pour suivre les excellentissimes conseils de Nathalie Serbin qui ne permettent pas seulement de se remonter le moral, mais aussi d’utiliser vraiment la rentrée comme un tremplin pour mieux vivre l’année qui vient.

4. Pour te shooter à l’optimisme le matin, rappelle-toi aussi que la rentrée, c’est l’occasion de revoir toutes ses copines et de retourner prendre des cafés sans fin avec le beau blond du 4ème rang. Tout ce qui nous a manqué pendant les vacances en fait.

5. Quand on dit « rentrée », on ne parle pas uniquement du retour aux cours, mais aussi de la rentrée littéraire, commentée par Super-Euca. Tous ces chouettes bouquins à aller dévorer tant qu’on n’a pas encore trop de boulot devraient te faire reprendre foi en les vertus du mois de septembre, non ?

6. Et il ne faut pas oublier l’essentiel : le plaisir de chaque début d’année, c’est l’achat d’un nouvel agenda tout beau tout propre. De mon temps, il n’y en avait vraiment pas de folichons, alors j’étais devenue la reine de la customisation d’agenda à partir de tas de petites choses découpées dans les magazines tout au long de l’été. Mais toi, petite chanceuse, tu n’es pas née à l’âge de pierre. C’est pour ça que tu vas avoir la joie de glisser l’agenda Racontage de vie dans ton sac cette année !

Alors, après tant de bonnes nouvelles, qui n’a toujours pas envie de retourner sur les bancs de l’école ? :-)

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 17 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Blodeuwez
    Blodeuwez, Le 27 août 2007 à 17h54

    J'adorai la rentrée quand j'étais en primaire/collège/lycée. Nouvelle classe, nouveaux profs, en bref plein de gens que tu vas apprendre à connaitre tout au long de l'année, une occasion de se faire des amis ou même juste des connaissances.
    Et puis ô merveille les courses pour acheter les nouvelles fournitures, j'adorai choisir mon classeur, mes stylos, mes cahiers.... et quand j'étais en primaire mon cartable & ma trousse.
    Maintenant à la fac, c'est toujours les même personnes, les profs connaitront jamais ton prénom pour la plupart & les courses pour les fournitures se limiteront à de nouvelles copies doubles grand format... C'est triste...

Lire l'intégralité des 17 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)