« Keith Haring, the political line » : l’expo à ne pas manquer

Pondu par Marie.Charlotte le 20 juin 2013     

Le Musée d’Art Moderne de Paris et le Centquatre présentent du 19 avril au 18 août une rétrospective consacrée à l’oeuvre politique de Keith Haring. Et ça vaut vraiment le détour.

Keith Haring, vous le connaissez forcément : ses petits bonshommes sont partout. Mais si ses design m’étaient familiers, j’ignorais tout de l’engagement politique de cet artiste.

« Keith Haring, the political line » : lexpo à ne pas manquer KeithHaring1

Disons-le d’entrée, question musées et a fortiori musées d’art moderne, je suis une inconditionnelle des visites guidées. Privée d’explication, je suis rapidement frustrée, complexée par mon ignorance. Et l’art moderne nécessite à mes yeux souvent beaucoup d’explications (car je suis très ignorante).

C’est donc non sans une certaine appréhension que je me suis lancée dans la première salle, en solitaire, sans érudit pour me souffler à l’oreille la bonne interprétation. D’emblée je fus surprise : sur les 4 premières oeuvres, 3 n’ont pas de titre. Ce sera le cas pour la majorité des oeuvres exposées.

Passé l’étonnement, je me suis immédiatement décomplexée. L’auteur n’a pas nommé ses oeuvres. Il n’a pas souhaité m’indiquer le message qu’il veut faire passer. Il me laisse le soin d’interpréter son oeuvre, d’y découvrir moi-même le message, selon ce qui me touche, ce qui me parle, ce qui me choque. Il le dit lui-même :

« Je peins des tableaux qui découlent de mes propres recherches. Je laisse à d’autres le soin de les déchiffrer, de comprendre leurs symboles et leurs implications. Je ne suis que l’intermédiaire. »

Le cheminement de l’exposition emmène le spectateur à travers les principaux thèmes de l’engagement politique de Keith Haring : l’individu contre l’État, le capitalisme, les oeuvres dans l’espace public, la religion, les médias de masse, le racisme, l’écologie (anti-nucléaire et apocalypse), ses dernières oeuvres (sexe, sida et mort).

Au centre, l’individu

L’indépendance des individus, la revendication des libertés individuelles et le respect des individualités sont des thèmes centraux de l’oeuvre de Haring. L’État y est représenté sous la forme d’un chien aboyant (Barking Dog). La religion est un homme portant une croix.

L’artiste dénonce la violence commise contre les individus au nom de leurs croyances, de leur différence, de tout ce qui touche à leur individualité. Il est tout aussi sévère envers « les moutons », ceux qui renient ou abdiquent leur propre individualité pour se fondre dans le groupe :

« Je suis moi. Je vous ressemble peut-être, mais si vous regardez mieux, vous verrez que je ne suis en rien comme vous. Je suis très différent. »

Il attaque toutes les formes de domination de la pensée, tous les organismes qui dépossèdent les individus de leur indépendance intellectuelle : l’État, la religion, les médias de masse. De même, le capitalisme, en tant qu’idéologie dominatrice, est également ciblé par l’artiste.

« Keith Haring, the political line » : lexpo à ne pas manquer Untitled 1985 mind 1024x680

Keith Haring, Untitled, 25 septembre 1985. Glenstone. © Keith Haring Foundation

L’art comme canal de communication

Haring ne considérait pas l’art comme un mode d’expression politique en soi. Pour lui, c’était un moyen d’entrer en communication avec le public, les individus.

Au début des années 1980, Keith Haring va investir le métro new-yorkais. Il dessine à la craie sur des panneaux noirs, emplacements réservés normalement à la publicité. C’est l’occasion pour lui de rencontrer les passants, d’échanger avec eux, de voir leur réaction. C’est l’époque où il écume les boîtes de nuit. Toute cette période est ravivée dans une salle aux murs noirs, dans laquelle on vous passe la musique que Haring avait l’habitude d’écouter.

Un artiste résolument engagé

La simplicité de ses visuels nous ferait presque oublier la gravité des sujets abordés. Avec ces bonshommes anonymes, indifférenciés, au design emprunté aux codes de la BD, Keith Haring rend la violence de ses tableaux supportable, presque esthétique.

« Keith Haring, the political line » : lexpo à ne pas manquer Untitled 1982 State control 1024x807

Keith Haring, Untitled, 1982. Bvb collection Genève. © Keith Haring Foundation

Il s’engage avec virulence contre le racisme et contre l’apartheid.  En 1985, Michael Stewart, un artiste de rue âgé de 25 ans, meurt des suites de violence policière. Ce fait-divers tragique a beaucoup touché Haring. Il consacre à l’apartheid, au racisme et à la mort de Stewart un des rares tableaux représentant un visage expressif :

« Keith Haring, the political line » : lexpo à ne pas manquer Michael Stewart USA for Africa 1985 1024x826

 Keith Haring, Michael Stewart – USA for Africa, 1985. Collection Lindemann, Miami Beach © Keith Haring Foundation

Le dernier combat

Keith Haring est homosexuel, il l’assume pleinement. La sexualité est très présente dans ses oeuvres. Plusieurs de ses amis sont atteints du Sida. La prévention est encore quasi-inexistante. En 1988, il apprend qu’il est lui aussi séropositif.

La dernière salle est consacrée à cette ultime partie de son oeuvre, dans laquelle il dénonce le silence des autorités au sujet de l’épidémie. Le tableau Silence = Death est sans doute l’oeuvre qui m’a le plus touchée de toute la visite. Peut être pour tout le symbole qu’elle porte, pour sa dimension universelle et (malheureusement) intemporelle. Je vous laisse la découvrir.

Keith Haring meurt de maladie le 16 février 1990 à New York, à l’âge de 32 ans.

Je ne suis pas allée au Centquatre, où l’exposition continue. Mais je ne manquerai pas d’y faire un tour.

« Keith Haring, the political line » : lexpo à ne pas manquer The Tree of Monkeys 1984 1024x1016

Keith Haring, The Tree of Monkeys, 1984. Courtesy Fondazione Orsi. © Keith Haring Foundation

Ça vous a plu ? Partagez !

40 BIG UP
 

Cet article a été pondu par Marie.Charlotte - Tous ses articles

Marie.Charlotte a été jeune cadre dynamique pendant 3 ans avant de rejoindre la team MadmoiZelle. Elle aime les débats politiques et de société, les séries américaines et le sport (mais surtout à la télé). Elle est toujours à la recherche de jeunes professionnelles dans tous les secteurs, n'hésite pas à la contacter si tu souhaites témoigner !

Plus de Marie.Charlotte sur le web :

Tous les articles Actu en France, Arts & Expos et aussi Culture
Les autres papiers parlant de , , , , , ,

Les 3 dernières réactions à cet article sur le forum

Il n'y a pas beaucoup de réactions, viens participer sur le forum !
Identifie-toi ou clique ici pour t'inscrire, c'est gratuit !

  1. MissCoincoinMissCoincoin

    Le 20 juin 2013 à 18:33

    Vue il y a un mois … Très bonne expo

    Violent, intense, hypersensible… visionnaire aussi …  j'y serai restée des heures pour tenter de décrypter ses oeuvres…

    Cheminement au gré de ses révoltes, du métro à sa consécration, la dernière partie sera l'ultime, la révolte contre la maladie, contre la mort…  toute la colère qui l'habite se ressent, les tableaux beaucoup sont plus "sombres"…

    Enfin voila, si vous ne l'avez pas encore vue, courrez-y…
  2. MargottonMargotton

    Le 20 juin 2013 à 20:02

    Vue aussi lors du 1er week-end et j'ai adoré ! L'expo est très bien faite, ni trop courte, ni trop longue et on y apprend plein de choses… :)

Il n'y a pas beaucoup de réactions, viens participer sur le forum !
Identifie-toi ou clique ici pour t'inscrire, c'est gratuit !