Julien Prévieux et ses lettres de non-motivation

Alors que Jean-Marc Ayrault vient d'annoncer qu'en matière de chômage, "remonter la pente sera difficile", Émilie Laystary a eu envie de vous présenter le travail de l'artiste Julien Prévieux.

Julien Prévieux et ses lettres de non-motivation

On en a beaucoup parlé il y a quelques années, mais je souhaitais le présenter aujourd’hui à ceux de nos lecteurs qui ne le connaissent pas encore : Julien Prévieux, artiste contemporain français, envoie depuis l’an 2000 des lettres de non-motivation aux boîtes les moins scrupuleuses. Une démarche artistique cynique qui ne cesse de se réactualiser chaque année, à mesure que le marché du travail se précarise.

En effet, n’avez-vous jamais souri devant une offre d’emploi tellement mal payé qu’on se demanderait bien volontiers si le rédacteur de l’annonce lui-même proposerait le poste à sa descendance ? Ce genre d’offre d’emploi aussi méticuleusement rédigée qu’évidemment esclavagiste (au sens post-moderne du terme) ? Devant cette profusion d’offres de plus en plus misérables, Julien Prévieux a décidé de prendre sa plume pour répondre aux boîtes en question par des lettres de… non-motivation. Le résultat est aussi caustique que bien senti, les lettres de Julien Prévieux étant de vraies perles d’humour et de cynisme.

Pour comprendre l’oeuvre, le mieux reste d’aller voir par soi-même. Voici quelques exemples de lettres envoyées par l’artiste :

Argumentées sur le mode du refus, ces lettres agissent comme autant de témoins d’un marché du travail en déliquescence. Julien Prévieux y déploie, non sans rire, la preuve qu’il refuse de participer à un système économique aliénant.

Pour consulter plus de lettres de non-motivation, c’est par ici !

 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 15 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Gochugaru
    Gochugaru, Le 9 septembre 2012 à 16h32

    Moi aussi ça me met plutôt mal à l'aise. Bien sûr que j'ai eu envie de répondre ça des dizaines de fois, sauf que je ne peux pas me faire ficher à vie.
    Et j'ai été obligée de faire des boulots pourris où j'étais traitée comme de la merde pour un salaire pas top, parce que j'ai besoin de sous. Mes parents font la même chose, ils sont payés une misère, mais il faut bien manger quoi.
    Alors il a bien de la chance de pouvoir s'amuser à envoyer ce genre de lettre mais... ça fait un peu "inconscient" de sa chance je trouve.

Lire l'intégralité des 15 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)