La journée mondiale de lutte contre l’homophobie, la biphobie et la transphobie

2013, l'année du mariage pour tous en France. Bonne nouvelle ? Bien évidemment ! Mais ça ne règle pas tout. Aujourd'hui, le 17 mai, c'est la neuvième Journée mondiale de lutte contre l'homophobie, la biphobie et la transphobie.

Une chose est sûre : l’homosexualité fut au centre de l’actualité cette année. Au fil des débats sur le mariage pour tous, les esprits se sont échauffés et si la loi est passée, ce ne fut pas sans douleur du côté de beaucoup d’homosexuel-le-s qui ont dû affronter, pendant des mois, les opinions, voire les insultes, de ceux et celles qui refusaient de les voir convoler en juste noces.

La transphobie, beaucoup moins médiatisée, existe parfois au sein même des associations féministes et/ou LGBT (Lesbiennes, Bi, Gay, et… Trans, officiellement). La transsexualité est un sujet à l’heure actuelle encore tabou, méconnu et souffrant de nombreuses idées reçues. Pourtant, il suffit pour mieux comprendre de donner la paroles aux principaux et principales concerné-e-s, les transgenres et transsexuel-le-s : pour ce faire, rendez-vous sur la Veille Permanente Transgenres et Transsexualité !

De nombreux évènements sont organisés pour sensibiliser le public. Citons notamment, à Paris, le Concert pour Tous (avec Mika) qui aura lieu le mardi 21 mai (et c’est gratuit !). À Lyon, aujourd’hui, de 10h à 20h, vous pouvez retrouver les auteurs du Projet 17 mai en dédicace place Sathonay (plus d’infos ici). Tous les évènements sont regroupés sur le site de SOS Homophobie !

Enfin, rappelons que chacun-e peut lutter contre l’homophobie, la transphobie et toutes les autres discriminations à son échelle, via le respect de l’autre, la tolérance et la curiosité qui permet souvent de remettre en question les idées reçues qu’on peut avoir. Aimez-vous les un-e-s les autres, vous verrez, ça ira mieux !

Pour aller plus loin…

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 9 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • GreyA
    GreyA, Le 18 mai 2013 à 16h36

    J'ai trouvé un exemple de lesbophobie doublé de fétichisation (mot bizarre) du lesbianisme !

    Ca ressemble à ça (et encore, c'est pas trop fort) :

    [​IMG]

    Je pense qu'on croit à tort que les lesbiennes sont plus acceptées que les gays alors que la discrimination est souvent différente. Les lesbiennes font plus souvent l'objet d'homophobie bienveillantes, mais sont aussi très souvent occultées (exemple con : le porno gay existe, le porno lesbien est hétéro).

    Pour ma part, j'ai vécu de l'homophobie bienveillante dans ma jeunesse, on m'a dit de faire attention à ne pas ressembler à une lesbienne, de ne pas trop laisser mes copines me tenir la main ou m'enlacer pour ne pas passer pour une lesbienne, etc.

    Bref, ça partait de l'idée que "faut pas faire fuir les garçons", et c'est le genre de truc qu'on accepte un peu sans bronché parce qu'on considère que notre entourage pense juste à nous, mais c'est clairement homophobe au final.


    Pour en revenir à la journée, j'ai été très déçue que ce soit, pour moi, la journée de l'homophobie et non de la lutte contre l'homophobie. Cette année, encore plus que les autres, on a vu des homophobes pleurer parce qu'ils sont stigmatisés, des hétérosexuels pleurer parce qu'on ne parle que d'homophobie, que ça commence à les saouler et que c'est pour ça que le monde devient homophobe et des gens considérer que détester les homophobes c'est comparable à être homophobe.

    Bref, depuis quelques mois, je sature vraiment avec tous les stigmats qui trainent autour des minorités sexuelles et je craque.

    La lutte est loin d'être finie.

    EDIT : Ah ! Oui ! Et les gens pensent que la transphobie est une invention récente visant à marginaliser les cisgenres, d'ailleurs, cisgenre est une insulte pour eux.

Lire l'intégralité des 9 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)