Journal (pas intime) d’une expat’ stagiaire à Paris #3

Par  |  | 4 Commentaires

Tifaine a débarqué à Paris en juillet. Elle a décidé de vous faire part de ses galères quotidiennes, et attention spoiler : il y en a.

Journal (pas intime) d’une expat’ stagiaire à Paris #3

Salut bande de cornichons.

C’est la troisième fois qu’on se retrouve pour ce journal pas si intime. Ça commence à en faire, des rendez-vous.

Le week-end dernier, j’étais rentrée en Lorraine où j’avais pu renouer avec mes racines natales. Ce week-end, je suis retournée à Lille, ma terre de coeur.

Ce qui m’avait le plus manqué ? L’architecture…

Le BROC.

L’histoire…

La KAASTEL.

Les gens…

Non vraiment, les gens. Les entités du Nord sont formidables.

Je me rappelle quand je suis revenue de Paris après mon déménagement, je me baladais et j’observais les personnes se marrer en terrasse. Je me suis dit : « c’est la chaleur humaine, elle est là ».

Attention, je ne dis pas que la chaleur humaine n’existe pas à Paris.

Au contraire, elle est tellement présente qu’à chaque fois que je prends le métro, je ne sais pas si c’est ma transpiration ou celle de mon voisin qui coule sur mon front.

Probablement un peu des deux.

Et ce jour était tranquille.

Bref, je me suis vraiment ressourcée dans le Nord.

À part quand, à 6h du mat’, des meufs déchirées sont venues chanter Wonderwall et Serre-moi de Tryo juste en dessous du balcon, et que mon copain est délicatement sorti leur dire : « WOOOH IL EST 3H, VOUS POUVEZ PAS ALLER CHANTER AILLEURS ?! »

« C’était bien. Mais il est 6h. » « Quoi ?! J’ai raté le match de boxe ?!! »

Oui. Ton réveil a sonné 3 fois. Tu ne l’a pas entendu, mais moi si.

Sur ce, c’est l’heure du débrief’ !

Lundi 21 août

06h30 : Je me réveille sur un agréable chant de cigales. En vrai c’est juste le compteur électrique qui déconne, mais j’ai décidé que c’était des cigales.

Bonjour Marseille.

07h : Une odeur de bœuf bourguignon se répand déjà dans la rue. Les gars, je veux bien être tolérante, mais quitte à faire un barbuc’ au petit dèj’, autant être original•e et partir sur un couscous.

PS : maintenant que j’ai un nouveau portable, j’ai décidé d’être prudente. Je joue donc la carte de la sécu et utilise une coque de téléphone :

J’ai jamais dit qu’elle devait être ouf.

07h40 : Les vacances sont officiellement terminées. Le métro commence à être rempli. Quand la voix imitant celle du GPS (aucune personnalité) balance « Bonne Nouvelle », je réponds : « Tu m’étonnes ».

(C’est là que je descends, pour celles et ceux qui auraient pas capté la blague.)

12h : Je pars au Carrefour City faire des emplettes. Plus précisément : une pomme.

Évidemment, je tombe sur le combo « Mémé Team #Courseslemidi »/vendeuse qui mâche ses chewing-gums TRÈS FORT dont l’objectif est de passer tes articles le plus lentement possible.

Conspiration all over again.

15h00 : La réunion hebdomadaire se termine. Pour une raison obscure (dont je ne me rappelle juste pas), je balance la blague « Ramenez la coke et les putes ! ».

Alison d’ajouter : « Et le fromage ».

Ma réaction :

…????…???…??..???

Après le champagne sur les eins, la cancoillotte sur les eins. Je dois admettre que j’ai ri très fort et très longtemps.

Elise et moi avons mis précisément 9 minutes avant de la vanner sur notre chat de conversation.

Mon Mac, encore pas à l’heure.

17h : Je risque de me prendre des insultes dans la face, mais tant pis. J’assume qui je suis. Seul Dieu peut me juger. Il est 17h02 et JPP de Game of Thrones.

Je fais partie des 2% de la population qui ont vu passer les fesses de Jean-Neige sur Twitter sans savoir ce qui a bien pu se passer dans cet épisode. Ni dans la série tout court.

ET ÇA NE M’INTÉRESSE PAS.

00h : Avec ma zouz, nous sortons de notre bar de prédilection. Je ne le nommerai plus QG car elle m’a appris qu’il y avait un vrai QG bar à Bastille. Pas le nôtre.

Vous en avez marre de voir écrit QG ? QG QG QG QG QG QG.

00h15 : Je viens de me rappeler que je n’avais plus de kiwis. C’est le drame.

Après mon addiction au sel/épices/chewing-gums, je vous présente mon obsession pour les kiwis et fruits acidulés en général. La suite au prochain épisode.

00h20 : Je fonce à l’épicerie du coin. Je fais savoir que je suis bien arrivée.

Admirez ce graphisme impressionnant et ce sachet empli d’actinidias chinensis. 

Mardi 22 août

07h : Je mange un kiwi.

07h28 : J’ouvre la fenêtre : ça sent encore la saucisse knacki Herta.

08h40 : Je suis vénère ce matin. Les gens sont entassés et se demandent si je vais oser les affronter.

Ils ne savent pas que je les vois comme ça :

Et que je me vois comme ça :

Je vais vous défoncer.

BOUM. Bombe humaine. J’effectue le plus beau strike de toute ma vie.

12h30 : Je suis toujours en train de re-découvrir les joies de Snap. J’aime particulièrement la façon dont les gens passent leur temps à poster des photos de leurs vacances pendant que je suis au bureau.

Ma story :

J’espère que vous ragez pas trop sur votre jet-ski.

Ma vie est formidable. C’était pour ça que je méprisais la population de Snapchat.

13h : J’ai envie d’aller faire un petit tour dehors. Une chose m’éblouit. Ça brûle mes yeux. Ça brille dans le ciel. Serait-ce… le soleil ?

Cette grosse cheminée sphérique n’était donc pas une légende ?

Même les plantes sont sur le cul.

13h50 : Sur le retour, deux situations s’offrent à moi :

  1. Je dois faire le chemin derrière un homme qui se déplace comme Michael Jackson dans le clip Bad (no exagération, je me sens effrayée et fascinée).
  2. Je dois faire le chemin derrière deux hommes qui parlent turc MAIS DONT J’AI QUAND MÊME COMPRIS QU’ILS CAUSAIENT GAME OF THRONES.

Comment on dit « JPP » en turc ?

19h : C’est l’heure de faire des crêpes pour le départ de Lise.

Tout est dans le poignet.

Pour voir l’intégralité du plus beau retourné de crêpes de toute ta life, c’est juuuuste là.

19h15 : Gros débat sur le sucre. Alison veut en mettre plus. Aki veut en mettre moins. Je propose une battle dont je serais la goûteuse pour trancher. Je suis trop bonne.

21h : Après la distribution de cadeaux et les au revoir, je vais avec Julia (stagiaire vidéo) boire un coup. La soirée se déroule bien.

Homme étrange : « Eh les filles, moi j’ai pété la gueule à un mec, si je veux je trouve une meuf et je lui paye un verre, quand je veux, je l’ai défoncé le mec ».

Est-ce que ces mots étaient dans l’ordre et est-ce qu’ils étaient supposés se trouver dans la même phrase ?

23h30 : Je ramène Julia au métro. Je pense aller me coucher. Ellen arrive.

ATTENTION, MOMENT RÉVÉLATION : Ellen est l’ancienne graphiste de madmoiZelle. Ce soir elle faisait également son pot de départ. Elle est ma fameuse partnair du QG bar de prédilection dont je parle depuis le début.

(Tant de rebondissements, on dirait une série américaine putain.)

00h00 : Je raccompagne Ellen au métro. Sauf qu’il est 2h. Du coup :

00h00 02h00 : Je raccompagne Ellen au métro.

Avoir chanté Paris Latino et Noir Désir toute la soirée (ça n’a aucun sens) nous a probablement fait perdre la notion du temps. À cette heure-là, vous vous doutez bien de la suite.

Allez belle go, viens je t’emmène dans mon palace.

Mercredi 23 août

09h10 : Ça fait une semaine que je prévois d’inciter une partie de la rédac’ de m’accompagner chez Bagels And Brownies pour tester leur nourriture.

Comme j’ai très envie qu’on fasse ce baptême ensembles,

Moi, cette mauvaise conscience.

Malheureusement, aujourd’hui ce n’est pas possible. Tant pis. Je vais improviser.

« Ouech Julia, tu sais qu’il y a un petit truc de pizza à côté ? »

« M’en dis pas plus. »

Au final j’ai pris une salade. La big boule de Mozzarella di Bufala l’a emporté.

19h : J’ai passé absolument toute la journée à écrire et à détourer des membres humains pour réaliser les tendances automne-hiver 2017/2018. Autant dire que je n’ai donc rien de passionnant à raconter.

À part si vous voulez savoir le nombre exact de cheveux que je me suis arrachée quand Photoshop a décidé de quitter « de manière inopinée ». On part sur un chiffre impair de 36.

Ou si vous voulez admirer mes trouvailles Facebook de la journée :

Si inspirant. Il est temps que je fasse le tri dans mes réseaux sociaux. 

20h : Je rejoins une amie qui vient d’être acceptée en freelance pour fêter… son freelance. Je suis con.

Ma joie est évidente. Pour l’occas’, on commande des cocktails nommés « Reines du marché ». Ça se vaut. En plus, fut un temps où nous avions l’habitude de gouverner les légumes du marché de Wazemmes.

Si vous avez repéré sur quoi sont posés ces verres, vous êtes formidable.

Dans la soirée, ma pote m’offre un Tote Bag. La quête de toute une vie (depuis un mois).

Elle savait qu’à mon arrivée, j’étais obnubilée par le fait d’acquérir un ce type de sac. IL M’EN FALLAIT UN. Mais je ne tombais que sur des pétés avec écrit « Montmartre » dessus. (On se demande où…)

Alors ma reconnaissance envers cette personne est éternelle.

21h30 : Mention spéciale pour ce moment quand en pensant aller aux toilettes, je me suis retrouvée dans la cuisine. Sympas, les pommes de terre.

01h : J’admire les fresques. Vive l’art.

Les Parisien•nes sont romantiques.

Jeudi 24 août

08h : Ma voisine est sur son balcon.

Je vois bien qu’elle ne comprend pas comment je peux passer de Know Your Enemy de Rage Against The Machine à Garbageman de The Cramps à Into the Groove de Madonna à Fantôme de Nusky & Vaati.

J’essaye de lui faire des signaux pour lui prouver que je suis mentalement stable, mais je crois que ça lui a fait penser le contraire plus que jamais.

09h30 : Quand j’ai rejoins madmoiZelle en juillet, on m’a initiée à Todoist (qui est un gestionnaire de tâches gratuit).

Comme je suis une grosse comique, la première tâche que j’avais créée était « Respirer ». Depuis, je reçois ça :

Tous les jours. Mais je ne la rayerai pas. C’est drôle.
En plus, je détiens désormais le plus grand record d’apnée au monde.

13h : Je reçois un message de mon copain. Il m’a envoyé des photos. Trop mignon. J’ouvre.

Il me fatigue.

Par contre désolée, mais j’assumais pas ma tête de shlag.

Je reçois également un message d’une vieille amie lorraine qui me demande de photographier un de ses projets.

Le BDSM ou le body positive … ?

Mes potes lorrain•es me manquent.

20h : Ce soir je ne sors pas. Ça fait bizarre. Mais je vais pouvoir en profiter pour me reposer et dormir.

00h : 

Retrouvez mon article sur des petits hamsters mangeant de la petite nourriture car je suis une grande journaliste.

Vendredi 25 août

09h11 : C’est l’heure de ré-attaquer les vraies choses.

J’ai mis un émoticône donut parce qu’il y avait pas de bagel.

Par contre :

Le soleil aura quand même duré un jour.

13h : Mon plan a marché à la perfection. J’ai choisis un Los Angeles à base de fromage, tomate, avocat et salade pour faire ressortir la star qui est en moi. J’avoue je suis pas peu fière.

13h10 : Cette séquence a été filmée. Je tombe sur ce commentaire quelques jours plus tard :

TiFaine *

Je te rassure, cet enfoiré est toujours bien là. Always in my life. Mais j’admets avoir eu quelques rechutes, ces temps-ci.

Toujours est-il que voici pour toi une preuve en exclusivité (que je me suis même chargée de partager en story Insta personnellement magueule) :

Il est bien là. Moche et bleu. « Comme ton t-shirt lol »

Merci pour cette attention particulière. Ça a beaucoup touché mon tupperware.

12h : Je commande un billet pour mon retour à Lille. Je ne savais pas que j’allais me faire attribuer une place qui n’existe pas.

Dans le train :

« C’est quoi votre place madame ? »

« La 34. »

« Voyons voir… 33, 35, 36, 37… OH BAH, vous voulez rire ?! Il y a pas de place 34, eh lol mdr ! »

Si tu continues je m’assois sur toi.

18h : La journée s’est déroulée de façon paisible.

C’est faux. Comme chaque fin de semaine, je me magne le fion à boucler mon Journal de l’expat’ car je m’organise comme une fiente.

21h30 : Je me suis encore mise en retard. J’espère que je vais pas louper mon train.

Heureusement je n’ai emporté que deux sacs, mon style est inimitable en termes de porté de valise façon Tour de Pise dans les escaliers de la gare.

21h40 : Je suis dans le train. Je ressemble à ça :

Je voudrais remercier mes jambes et mes adducteurs sans qui rien n’aurait été possible.

Je vais pouvoir retourner boire de bonnes pintes pas chères et discuter avec mes commerçant•es chouchou dans le Nord maintenant.

Comme d’hab, avant de vous dire à la semaine prochaine :

Bien joué mes bols de nouilles. Vous aimez Miyazaki donc je vous kiffe.

Par contre, je vous avais promis de distribuer des points. Alors les voilà :

« . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . »

Ils sont pour vous.

Et tu m’as même pas encore vue en chaussons peluche/t-shirt loucedé 3 fois trop grand pour moi… Mais la réponse est OUI !

Sur ce les asticots, la bise.

7 surprises culinaires personnalisées par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Tifaine P

Acheteuse compulsive et philosophe du dimanche. Si elle pique une colère, offrez-lui de la nourriture. Elle aime la mode et l'art qu'elle pratique sous toutes ses formes. Ce qu'elle préfère, c'est écrire. Sinon elle aime l'humour, parce que l'humour c'est drôle et que quand c'est drôle, elle rit. Et rire, elle aime bien ça.

Tous ses articles

Voici le dernier commentaire

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!