J’irai dormir chez vous

Un dimanche après-midi triste et pluvieux. Ma télécommande à la main, je m’adonnais à cet exercice difficile et éprouvant, mais néanmoins sympathique : zapper à la recherche d’un programme abrutissant, capable de me sortir de ma torpeur dominicale. Ou de m’y enfoncer un peu plus, c’est toi qui vois. Et c’est ainsi que je suis […]

j'irai dormir chez vousUn dimanche après-midi triste et pluvieux. Ma télécommande à la main, je m’adonnais à cet exercice difficile et éprouvant, mais néanmoins sympathique : zapper à la recherche d’un programme abrutissant, capable de me sortir de ma torpeur dominicale. Ou de m’y enfoncer un peu plus, c’est toi qui vois.

Et c’est ainsi que je suis tombée sur France 5. Parce qu’entre quelques documentaires animaliers et reportages sur la guerre froide, on finit toujours par découvrir un tas d’émissions modernes et intéressantes, dynamiques, voire dynamisantes. Un tas d’émissions qui, en plus, nous prennent pas pour des débiles. J’irai dormir chez vous en fait partie.

Le principe est simple : Antoine de Maximy, réalisateur de documentaires, part armé de deux caméras. L’une sur l’épaule immortalisant ses rencontres, l’autre, accrochée à sa taille, filmant ses réactions. L’Inde, le Japon, le Royaume-Uni, la Suisse, il traverse un pays par émission, avec pour but de découvrir des cultures et des populations locales en se faisant inviter chez les gens, pour partager un moment, un repas, se faire accueillir pour la nuit, découvrant et faisant découvrir au téléspectateur un quotidien, une façon de vivre différentes de la sienne et des traditions plus ou moins exotiques. On pourrait croire que la barrière de la langue dérange un peu. Au contraire, ça fait tout.

L’intérêt, c’est que rien n’est préparé ou scénarisé, que tout est spontané et « authentique », ce qui donne lieu à des situations cocasses, comme lorsqu’il se fait embarquer de nuit par un homme d’affaires un peu barré dans Bombay, ou encore quand, au Vanuatu, il doit quitter une île pour avoir refusé de donner de l’argent à des hommes armés de machettes, ou bien la grande découverte des toilettes hi-tech au Japon.

Alors bon, j’ai tellement traîné à écrire l’article que ça ne passe plus sur France 5. Sur Voyage et BeTV, non plus*. Mais si tu as l’occasion, un jour, de tomber sur une rediff, vas-y, te prive pas. C’est frais, surprenant et innovant, et ça donne terriblement envie d’aller squatter les chambres d’amis d’inconnus.

(*Allez, et la prochaine fois, une revue sur les Dossiers de l’écran. Niveau actualité télévisuelle, j’me sens chaude là.)

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up