Oculus Rift lance (presque) un jeu vidéo sur l’égalité salariale

Par  |  | 2 Commentaires

Le Gorafi a imaginé un jeu de réalité virtuelle qui permettrait de vous mettre dans la peau d'une femme qui vivrait dans un monde où les inégalités salariales et le harcèlement au travail n'existeraient pas. Et c'est vraiment rigolo.

Oculus Rift lance (presque) un jeu vidéo sur l’égalité salariale

Sur le plateau du Grand journal, l’équipe du Gorafi a annoncé le lancement d’un jeu vidéo sur l’égalité salariale entre les hommes et les femmes. Le jeu se basant sur le principe de réalité virtuelle s’intitule A Woman’s dream et permet de s’immerger dans la peau d’une femme qui gagne le même salaire qu’un homme en entreprise, une petite révolution !

À lire aussi : « La parité n’est pas un quota » : la nouvelle loi ne transige plus

Il s’agit bien entendu d’un sketch du Gorafi qui utilise l’humour pour dénoncer un fait bien réel dans notre société : l’absence de parité entre les hommes et les femmes.

À lire aussi : Le Gorafi présente la « fédération de violence misogyne » en Inde

 

La vidéo dénonce aussi les harcèlements dont les femmes sont quotidiennement victimes. Le journaliste décrit, avec ironie, le monde imaginaire et malheureusement loin des réalités actuelles dans lequel le jeu vous plonge :

« Vous pouvez par exemple porter une jupe, sans que le chef de la compta vous traite de salope, vous pouvez aussi manger une banane sans que le DRH fasse une blague porno et apogée de ce monde virtuel : vous pouvez être de mauvaise humeur sans que vos collègues fassent référence à vos règles. »

Le journaliste du Gorafi raconte que le jeu vidéo se serait inspiré de l’histoire vraie de Shonda Jones, une femme qui aurait accidentellement été payée autant que ses collègues de travail à cause d’une erreur de comptabilité. Ce phénomène est décrit comme quelque chose de si extraordinaire qu’il aurait donné lieu à un ouvrage devenu best-seller  : « J’ai été payé autant qu’un homme en avril 2008 ».

Le Gorafi a trouvé une manière efficace de souligner le sexisme ambiant et bel et bien présent dans les entreprises !

Vous pensez avoir assez rit? L’extrait continu pourtant avec l’histoire de cet homme qui a crée la stupéfaction en prononçant le mot  « buzz ». Ses amis sont sous le choc tellement le terme est ringard.

À lire aussi : Ces mots que tu ne peux pas employer partout en France #2

Sous forme d’une véritable enquête, les amis de l’homme racontent à quel point ils sont dans l’incompréhension face à leur ami qui a même fait l’impair d’utiliser un jour l’expression : « c’est parti mon kiki » !

À mourir de rire !

Valeur : + de 40€
18.90€ + 4€ de livraison

Naya Ali

Naya écrit des chroniques vie et société. Douée dans peu de choses à part faire des blagues, elle a préféré écrire chez madmoiZelle plutôt que de passer sa journée à jouer à la console. Elle recherche activement les deux individus qui l’ont victimisée dans le bus en l’appelant Tahiti Bob.

Tous ses articles

Commentaires
  • Allitché
    Allitché, Le 17 juin 2015 à 22h24

    Oui les commentaires sur la page facebook de cet article était GENIALS! Pour une fois personne n'a essayé de faire des blagues sexistes, tout le monde justement en profitait pour en rajouter une couche dans le sarcasme et l'ironie, et du coup non seulement le GORAFI mais aussi tous les abonnés/lecteurs ont tiré là-dessus. Peut-être que ça aura le mérite de rappeler à certains la réalité...

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!

Gestion des cookies

Partages sur les réseaux sociaux

Grâce à ces cookies, nos articles peuvent être directement partagé sur les réseaux sociaux via des boutons de partages. Ces cookies sont gérés par l'éditeur de chaque réseau social.

Facebook, Twitter, Pinterest, Whatsapp
facebook
twitter
pinterest
whatsapp

Mesures d'audience

Nous mesurons les visites de manière anonyme sur les différents articles pour comprendre les intérêts de nos lectrices.

_ga, _gaq, _gid,
_ga, _gaq, _gid
cb

Stream

Nous faisons parfois des lives sur Youtube ou Facebook. On utilise ce cookie pour ne pas afficher les streams si tu ne souhaites pas les voir sur le site.

hideStream

Publicitaires

Ces cookies sont déposés par Smart AdServer et DFP, les outils que nous utilisons pour afficher des publicités sur le site. Ces publicités servent au financement de madmoiZelle et sa rédaction.

smartadserver, doubleclick
smartadserver
doubleclick

Close your account?

Your account will be closed and all data will be permanently deleted and cannot be recovered. Are you sure?