Je veux comprendre : la controverse autour du vote par Internet

Lady Dylan vous explique la polémique qui entoure le vote par Internet des Français de l'étranger.

Je veux comprendre : la controverse autour du vote par Internet

Fin mai, les Français de l’étranger ont pu pour la première fois voter par Internet dans le cadre d’une consultation nationale – ils avaient déjà élu de la même manière une partie des membres de l’Assemblée des Français de l’étranger, organisation présidée par le ministre des Affaires étrangères et représentant les intérêts des expatriés. Le vote par Internet, censé faciliter l’expression des citoyens éloignés de leurs bureaux de vote, a pourtant suscité des polémiques. Pourquoi ?

Le vote par Internet, comment ça marche ?

Pour voter par Internet, il vous faut un identifiant personnel et deux mots de passe (un pour chaque tour). Vous recevez votre identifiant par courrier (obligatoirement) et aussi par SMS si vous avez fourni un numéro de téléphone portable à votre consulat. Quant au mot de passe, il vous est envoyé par e-mail. Le jour J (ou plutôt la semaine S, puisqu’on peut voter par Internet pendant sept jours pour chaque tour), vous vous connectez sur  la page Votez à l’étranger, hébergée par Scytl, la société espagnole qui gère le vote. Cette page contient une application Java sur laquelle vous rentrez vos identifiants, puis votre choix de vote. L’application vous envoie un reçu, effectue une signature électronique et un chiffrement de votre vote et transmet ces deux données à Scytl. À la fin de la période de vote, le gouvernement récupère les suffrages et les déchiffre (au sens propre), tandis que l’électeur peut vérifier sur une page Web gouvernementale que son vote a bien été pris en compte (grâce au reçu).

Sur 1,1 million d’électeurs expatriés, 700 000 avaient communiqué leur adresse e-mail aux autorités pour pouvoir voter par Internet. Selon le ministère des Affaires étrangères, sachant que toutes les adresses n’étaient pas valides, 600 000 personnes avaient la possibilité de s’exprimer en ligne. En pratique, 130 000 l’ont fait – les autres ayant finalement préféré un autre moyen ou s’étant tout simplement abstenus.

Les problèmes de sécurité

Le simple fait qu’une élection se passe sur Internet suffit à susciter doutes et fantasmes. Mais dans le cas de ces législatives, l’opacité du dispositif justifie l’inquiétude. Premier problème : le fait que l’organisation soit déléguée à une société privée et étrangère. Il est impossible pour les citoyens, même calés en informatique, de vérifier le bon déroulement du scrutin : ce serait du viol de secret industriel. Même en faisant confiance à Sctyl (puis au gouvernement, puisqu’il n’y a pas non plus de garantie quant au dépouillement), il reste un risque de piratage de l’ordinateur du votant.

Laurent Grégoire, informaticien et électeur dans la circonscription du Benelux, a profité du premier tour pour montrer les failles de ce système : via un virus il a injecté un « code malveillant » dans le programme Java que la page avait ouvert sur son ordinateur, et avec ce code il a pu voir et modifier son vote… ce qui signifie que n’importe quel pirate ayant pris la main sur son ordinateur aurait pu faire de même.

Site du ministère des Affaires étrangères

Le dernier gros risque pour l’indépendance du suffrage : personne ne peut s’assurer que l’électeur est seul devant son ordinateur. Rien n’empêche donc de voter sous la menace ou de revendre son vote, problèmes traditionnellement limités par un passage obligatoire dans l’isoloir.

Pour le ministère des Affaires étrangères, pas de problème : « Les conditions constitutionnelles exigées pour tout scrutin politique ont été respectées : secret du vote, sincérité du suffrage et accessibilité du scrutin. Il en a été de même au plan technique » assurent-ils.

Des difficultés pour voter

Nous sommes d’accord, le vote par Internet c’est tout de même très pratique quand on habite dans un endroit isolé ; certains y ont même vu la solution miracle à l’abstention. Mais là encore, il y a un problème : de nombreux électeurs ont eu de grandes difficultés pour arriver à voter. Un Français vivant en Égypte raconte qu’il n’a pu voter qu’en se rendant au Caire car il n’a pas reçu son identifiant ; ce serait le cas de nombreux expatriés vivant dans des pays où la distribution postale est mal assurée.

Même en ayant reçu toutes les informations nécessaires, voter peut s’avérer compliqué… si vous avez la dernière mise à jour de Java. La page devant permettre le vote n’est en effet pas compatible avec la version la plus récente de ce logiciel. Vous devrez donc utiliser un autre ordinateur, ou désinstaller Java pour réinstaller une version plus ancienne (une opération compliquée puisque Java va naturellement vous proposer sa version la plus récente).

Les alternatives au vote par Internet

Heureusement, pour ceux-elles qui ne font pas confiance au vote en ligne il reste d’autres moyens de s’exprimer : directement dans l’urne, mais il faut être dans une grande ville (en voici la liste) ou bien par correspondance.

Pour aller plus loin

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 3 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Lorenh
    Lorenh, Le 22 juin 2012 à 17h55

    Je suis expatriée en Espagne est j'ai utilisé le vote par internet. Honnêtement j'ai trouvé cela très pratique, mais après je n'avais effectivement pas pensé aux dérives possibles notamment l'achat des votes... Après je pense qu'il est également possible d'acheter des votes qui sont font via les isoloirs... Par contre on ne parle pas du fait qu'en France il est possible pour certaines personnes de voter plusieurs fois dans des Mairies différentes, je m'explique : lorsque l'on déménage et que de ce fait on change de lieu de vote, si la Mairie ne fait pas bien son travail en vous rayant de ses listes et bien vous pouvez voter dans plusieurs communes, ou bien augmenter le nombre d'abstention si vous n'allez pas voter dans les 2 Mairies ! (Je dis cela par expérience vécue !)
    De toute façon aucun système n'est parfait !

Lire l'intégralité des 3 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)