« Je suis le machisme ordinaire » récompensé au festival Très Court !

C'est le moment de rattraper Je suis le machisme ordinaire si vous l'avez raté. Il vient de remporter le Prix du Droit des Femmes au Très Court International Film Festival.

« Je suis le machisme ordinaire » récompensé au festival Très Court !

Mis à jour le 18 juillet 2016 — Vous vous rappelez de ce court-métrage qui nous avait frappé en pleine gueule ? Au Très Court International Film Festival, Je suis le machisme ordinaire revient sur le devant de la scène. Dans la catégorie Paroles de Femmes, le court-métrage déjà couronné au Nikon Film Festival a été couronné par la récompense du Prix des Droits des Femmes.

À lire aussi : Nikon Film Festival 2017 : les votes sont ouverts !

Mis à jour le 29 décembre 2015 — Le machisme existe : on le sait, on en parle. Mais, chez les plus jeunes, c’est souvent un sujet évité, ou rapporté à autre chose.

Pourtant c’est un problème qui se présente dès le plus jeune âge, et que Fabrice Roulliat a souhaité mettre en lumière avec son court-métrage Machisme ordinaire, que vous pouvez visionner en cliquant sur l’image ci-dessous :

machisme-ordinaire3Clique ici pour voir le court-métrage

À lire aussi : Le sexisme ordinaire dans la cour de récré — Témoignage

Fabrice Roulliat s’intéresse de près aux rapports de force hommes-femmes. Travaillant sur un documentaire traitant de la place des femmes dans les lieux publics, il a fait une pause dans son projet pour participer au Nikon Film Festival. Le thème de cette année, c’est « Je suis un geste » : un sujet qui a parlé au réalisateur, y voyant un lien avec sa thématique de documentaire. Ainsi est né Machisme ordinaire.

big-violeurs-importance-education-sexuelle

Pour ce court-métrage, il s’est inspiré de nombreux témoignages mais aussi de sa propre expérience. Il s’est replongé dans ses souvenirs de pré-adolescence, l’époque où il touchait les fesses des filles avec ses copains à la vue de leurs professeurs, qui réagissaient mollement.

« On nous disait « arrêtez d’embêter les filles », mais personne ne nous a expliqué que c’était moralement répréhensible. »

Une triste banalité, qui avait été mise en lumière au moment de la polémique concernant le collège Montaigne : des garçons de 6ème avaient pratiqué des attouchements sur certaines de leurs camarades, et au lieu de condamner ces actes, médias et politiques s’étaient plutôt posé la question de savoir s’il fallait interdire les smartphones dans les collèges (ces garçons ayant pu visionner des films porno sur leur téléphone pendant les récrés.)

Suite à notre mise au point, des centaines de témoignages ont afflué, de lectrices ayant subi des actes similaires, des situations semblables à celles du court-métrage de Fabrice Roulliat. Sauf que pour la plupart des filles ayant partagé leur récit, personne n’a pris leur défense. 

big-college-montaigne-temoignages-culture-viol

Le scénario de ce court-métrage est donc totalement réaliste : l’histoire se déroule au début du collège, les personnes impliquées sont encore des enfants. Albane Weber, la fille, n’a que onze ans. De cette façon, Fabrice Roulliat montre que la situation peut exister à tout âge et n’est jamais à négliger.

« Le but c’était de poser des mots sur des situations qui passent pour complètement anodine. »

Dans les commentaires de la vidéo, on peut lire de nombreux témoignages de femmes à qui cette situation rappelle de mauvais souvenirs. Le film est disponible sur le site du Nikon Film Festival, si vous voulez le soutenir !

big-egalite-hommes-femmes-messieurs

À lire aussi : Le Nikon Film Festival 2015 a révélé son palmarès

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 24 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Paulie Akov
    Paulie Akov, Le 20 juillet 2016 à 10h35

    @MidoriNoHikari
    Je suis d'accord avec ce que tu dis, mais je m'interrogeais sur le message initial de @Isaliiine qui était "Il faut calmer ces petits mâles hétéro cis blanc en devenir.", et qui signifie clairement que c'est le fait qu'ils vont devenir des mâle hétéro cis blancs qui est mal. Après la formulation est peut être malheureuse, mais dit comme ça c'est exactement le sens que ça a.
    Pour moi la bonne phrase c'est "il faut calmer ces agresseurs en devenir". Et leur orientation sexuelle, leur couleur de peau et leur genre n'a strictement aucun rapport avec ça, car les agresseurs sont très bien répartis dans toute les populations.
    Et de lire "il faut calmer ces petits mâles hétéro cis blancs en devenir" ben je comprends pas, pour moi c'est une agression gratuite et carrément raciste, comme si le fait d'être blanc et hétéro faisait d'eux de mauvaises personnes par défaut.

    C'est pour ça que j'aurais aimé qu'elle m'explique ce qu'elle voulait vraiment dire, en espérant que ça n'était pas ce que sa phrase laissait entendre.

Lire l'intégralité des 24 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)