« Je suis 5h moins 20 à la piscine », un court-métrage tout en douceur et subtilité sur la pression sociale

Par  |  | Aucun Commentaire

Une petite fille et une adolescente vont faire connaissance à la piscine, alors qu'aucune des deux ne peut se baigner : voici le pitch de Je suis 5h moins 20 à la piscine, en lice pour le Nikon Film Festival 2018 !

« Je suis 5h moins 20 à la piscine », un court-métrage tout en douceur et subtilité sur la pression sociale

Cet article a été rédigé dans le cadre d’un partenariat avec le Nikon Film Festival.
Conformément à notre Manifeste, on y a écrit ce qu’on voulait.

Après les fêtes de Noël, le Nikon Film Festival 2018 continue de nous offrir ses court-métrages de qualité, et il faut dire que c’est dans le thème de cette année : Je suis un cadeau.

Je suis 5h moins 20 à la piscine

Noée a le bras cassé, alors ses journées passées avec sa famille à la piscine sont longues vu qu’elle ne peut pas se baigner.

Elle remarque du coin de l’œil une adolescente qui, elle non plus, ne se baigne pas. En échappant à la vigilance de sa mère, Noée va aller à la rencontre de cette jeune fille isolée, et tenter de comprendre pourquoi elle ne plonge pas l’orteil dans l’eau.

Clique sur l’image pour regarder la vidéo !

Un court-métrage sur la pression sociale… et l’amitié

Je suis 5h moins 20 à la piscine est un court-métrage réalisé par Léonie Violain, qui a travaillé avec FOAST, son association composée de six étudiant•es en audiovisuel.

Ce joli court-métrage cumule les qualités, à commencer par la recherche esthétique avec son image très pop, étonnamment vintage sans pour autant être vieillie et en décalage.

Le montage est aussi très intéressant, privilégiant des transitions sur fond noir un peu longues pour segmenter ouvertement le court-métrage, quitte à user quelques secondes en plus sur les 2 minutes déjà courtes de film. Mais c’est pour la bonne cause : ça fonctionne très bien et donne même l’impression de regarder un film plus long et plus riche !

Le film est porté par la fraîcheur d’Elise Ribeiro, la petite fille qui interprète Noée, et il aboutit sur une histoire toute douce et en subtilité sur la pression sociale subie lorsque l’on est « différent•e » et que l’on veut plaire au groupe.

Il montre aussi que l’on peut toujours compter sur quelqu’un dans les moments d’isolement – même si cette personne est une petite fille inconnue quelques temps auparavant !

À noter également que le court-métrage a été financé grâce à une cagnotte Leetchi. Il n’y a plus qu’à espérer que le soutien des gens ne s’arrête pas là. Alors vous savez ce qu’il vous reste à faire si vous avez aimé la vidéo : allez voter pour elle en cliquant ici !

Tu participes au Nikon Film Festival 2018 ? Envoie-nous ton court-métrage à jaifaitca[at]madmoizelle.com avec pour objet « Nikon Film Festival 2018 » !

À lire aussi : Je suis une nuit, ou 2 minutes pour parler du handicap et de prostitution

Lucie Kosmala


Tous ses articles

Commentaires

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!