Je parle anglais comme une cochonne (John Thomas)

Plus ludique et plus intéressant que mes cours d’anglais au collège, et moins onéreux (surtout plus réaliste !) que des séances particulières avec Jude Law / Hugh Grant / Chace Crawford aka Nate de Gossip Girl, mhmm (rayer la mention inutile), voici « l’infaillible méthode de langue ». Je parle anglais comme une cochonne (Ed. […]

Je parle anglais comme une cochonne (John Thomas)

Plus ludique et plus intéressant que mes cours d’anglais au collège, et moins onéreux (surtout plus réaliste !) que des séances particulières avec Jude Law / Hugh Grant / Chace Crawford aka Nate de Gossip Girl, mhmm (rayer la mention inutile), voici « l’infaillible méthode de langue ».

Je parle anglais comme une cochonne (Ed. Blanche), petit guide à la couverture coquine et surtout au titre évocateur, va t’apprendre à parler la langue de Shakespeare d’une manière qui ferait rougir ta prof d’anglais vieille fille de 4ème A.

Plutôt que de nous balancer des exemples improbables comme – au pif – « Oh it’s raining today ! Where is my umbrella ? » (trouve la référence !), l’auteur, pour nous expliquer la probabilité des modaux par exemple, nous cite comme exemples : « I can fuck you », « I may fuck you », « I must fuck you », avec traduction à l’appui sous chaque exemple. Tiens, on a l’oeil plus vif d’un coup ?
Le guide est ainsi divisé en dix thèmes comme le corps, la vie sexuelle, l’alcool, le travail et l’argent entre autres.

Qu’on ne se méprenne pas : bien que l’ouvrage ne soit bien évidemment pas destiné aux enfants, le livre parle beaucoup de sexe mais pas que.
Il y a aussi des thèmes, disons… plus abordables en société. Les chapitres sur la vie sociale et la nourriture notamment proposent des expressions figées intéressantes à connaître et à utiliser. Pour t’endormir moins bête ce soir, tu sauras par exemple que « mon oeil ! » se traduit par « my feet ! » et là, on imagine mal un Anglais faire le geste avec l’index sous son pied…

Outre son concept complètement inédit, Je parle anglais comme une cochonne a un sérieux avantage : il s’adresse à tous les niveaux. Alors que l’on s’y perd parfois entre les mini-guides niveau 5 ans et les imposants bouquins dédiés aux universitaires (big up à la Murphy !), le livre dispense aussi bien des règles élémentaires pour les fâchés avec l’anglais comme les verbes irréguliers (savais-tu d’ailleurs que « to shit » se conjuguait « to shit, shat, shat » ? Les Anglais chieraient donc irrégulièrement !?) que des tonnes de synonymes pour parfaire sa langue et enrichir ses conversations.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 15 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • James
    James, Le 14 novembre 2008 à 18h13

    meanmarker;865521
    mais je sais pas si c'est vraiment un achat intelligent. : D
    Bien sûr que si, on y apprend pleiiin de choses :lunette: (acheté ce matin).

Lire l'intégralité des 15 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)