Japan Expo 2013 : dans la jungle du style

Maintenant que vous connaissez les visiteurs de Japan Expo, il est temps de zieuter un peu l'allure des participants de l'édition 2013. Revue de style made in Japan Expo.

Japan Expo 2013 : dans la jungle du style

Qu’ils pratiquent le cosplay ou qu’ils aient simplement le look Coco qui leur colle à la peau, les gus qui se rendent à Japan Expo ne passent en général pas inaperçus dans les couloirs du RER.

Chaque année en juillet, la RATP et les visiteurs du salon voient défiler quelques individus particulièrement impressionnants d’un point de vue stylistique. Et pour cause : dans ce grand bazar pour otakus, tu peux te balader fringué n’importe comment, tout le monde s’en balance pas mal à Paris.

Mieux, tu seras mitraillé de flashs et d’élans d’amour. Tous les participants sont unanimes : être pris en photo, c’est hyper flatteur et ça fait zizir dans ton coeur. Mais d’ailleurs, qui sont ces gens ? Quels sont leurs réseaux, ou plutôt, pourquoi se trimballent-ils ces costumes aussi chargés que la foire du Trône ?

La moumoute fait son show

Attention, gros scoop en perspective : la fausse tignasse n’est plus l’exclusivité de Bruce Willis. Japan Expo est une pub ambulante pour les revendeurs de perruques et autres tifs en synthétique.

Pendant ce temps, les coiffeurs s’arrachent probablement les cheveux, mais qu’importe : pour rentrer dans la danse, il te faut des dreads en Kanekalon, ou bien un postiche laqué, bouclé, ébouriffé, multicolore, si possible agrémenté d’oreilles pour bien capter les ondes otakus.

Ceux qui ont la plus grosse

Un cosplay ne serait rien sans accessoires. Chez les mecs, ça rivalise d’armes XXL : celles-ci doivent être si possible lourdes, faites main et visuellement encombrantes.

Chacun sa technique pour rentrer dans le club des guns atomiques. Josselin, 19 ans, a récupéré des pièces sur le chantier près duquel bosse son père. Il a trimballé sa faux « d’un mix de deux mangas » dans le RER, il sue, il est crevé, il veut bien répondre aux questions même si c’est avec l’énergie du désespoir.

Dorian, 17 ans, en Lavi de D-Gray Man, s’est fait fabriquer son costume par une pote. Son marteau est en carton et monté sur une tringle, et surtout, il est creux (petit malin !). Jérémy, 23 ans, a renforcé son épée d’Hoshigaki Kisame de Naruto avec du bois et l’a recouverte de plusieurs couches de papier mâché. Les gens lui ont dit qu’elle était sympa, du coup il a le smile.

Les gros dégueux

Frankenstein a eu deux filles, et je les ai rencontrées dans les allées du salon. Alexandra, 19 ans, (qui a en réalité une peau soyeuse) incarne un personnage du jeu vidéo Dishonored. Elle a décapité une poupée et a fabriqué une coiffe avec, tout ça parce qu’elle trouvait le design « sympa ». C’est sûr qu’avoir la cousine de Chucky sur la tête, c’est l’idéal pour se faire des potes : « Y a des gens qui me regardent un peu bizarrement, c’est drôle. Les petites filles aussi trouvent ça rigolo ».

Solange, 34 ans, bosse au Manoir de Paris. Aujourd’hui, c’est son jour de congé, du coup elle en profite pour appâter le client avec sa jupe tachée de sang. Son look, c’est une création du « Docteur », son prof de fac un peu timbré, qui l’a charcutée pas moins de soixante fois sur le billard. Impossible d’en savoir plus, Solange me braille dans l’oreille avec une grâce de camionneur.

Prise de tête

Autre façon de se faire remarquer (ou de planquer son acné) : prendre la grosse tête. Clément, Pierrick, Bastien et Victor, 17 ans, ont décidé de faire un truc convivial cette année, par exemple transpirer tous ensemble dans du carton en tant que personnages du jeu Castel Crashers.

Tony, 27 ans, ne fait pas de pub pour Cetelem mais incarne Amumu du jeu League of LegendS. C’est le seul à avoir inclus une grille de ventilateur dans sa tête de momie en papier mâché, vissée sur un casque de chantier.

Stephen, 16 ans, a choisi d’être le Mickey de l’électro, alias Deadmau 5, un DJ canadien. Il dit qu’il voit pas le rapport avec les sushis ? « Pour moi, la Japan Expo, c’est exprimer ce qu’on aime, et j’aime autant la culture japonaise que la musique. » L’amour selon Stephen, c’est un ballon de plage recouvert de papier mâché.

Du confort avant toute chose

Certains ont chopé le bon costume pour être au large toute la journée et engloutir un maximum de barquettes de sushis au prix du caviar (mais ceci est une autre histoire). Clara et Cindy, 16 ans, distribuent des câlins habillées en Totoro et Pikachu de Pokémon. Elles trouvent ça « chouette de partager avec les gens », et puis la polaire, c’est pratique et doux comme du saindoux.

Florian, 29 ans, n’avait pas exactement prévu de se balader en Teletubbies dans tout le salon. Ses amis lui ont fait la surprise pour son enterrement de vie de garçon, mais il a du succès et trouve ça gratifiant.

Juliette, Marie et Margaux, 16 ans, ont décidé d’être un trio de licornes « parce que c’est mignon ». Révélation : le pyjama en fourrure par 25°C, c’est un peu too much, du coup elles sont en maillot de bain et elles ont QUAND MÊME chaud.

Mars Attack

Avez-vous déjà vu… Des aliens chevelus ? Cécile, 21 ans, et Elisa, 20 ans, sont lookées en Cyber lolita et Cyber goth, un style industriel un peu futuriste qui viendrait de Londres. Les deux nanas posent pour des shootings photos. Leurs fluffies (pattes d’éph en moumoute) sont fabriquées maison, leurs cyberlocks achetées au mètre sur Internet, et leur ombre à paupières posée à travers une grille de perruque, pour un effet poiscaille. Elles plaisent aux mamies et aux enfants, c’est le plus important.

Lionel (Sonic 301), 26 ans, et Hélène (Elladora), 24 ans, sont eux du genre couple Cyber gothic. Lionel est un fou de vinyle, porte un collant de sa copine et douille un peu des pieds en talons, malgré ses multiples paires de chaussettes. Il kiffe son serre-taille qui lui permet de « se tenir droit et ne pas trop manger », et m’explique que tout ceci est un peu une revanche sur son père qui le cadrait à mort quand il était ado. Hélène, qui porte une lentille chelou, avoue qu’elle a un jour fait croire à une dégénérescence de la pupille parce que les gens posent trop de questions.

Poupées de cire, poupées de son

Un peu de mignonitude : ça ne crève pas exactement la rétine mais Ayla, 25 ans, est un chouïa timide. Elle se la joue geisha un peu gothique, avec une tenue achetée sur E-Bay. Vous l’avez peut-être déjà croisée puisqu’elle vient à la convention chaque année avec un style différent.

Marion (Lovy), 17 ans, est habillée en Lolita Sweet OTT, ce qui veut dire « over the top », c’est-à-dire avec assez d’accessoires pour couler à la piscine. Attention, fashion victim à tribord : sa robe est signée Angelic Pretty et elle vient d’acheter ses baskets plateformes. Elle kifferait mettre ses dentelles guimauve tous les jours, mais les regards dans la rue la font flipper, du coup, elle prête ses robes à ses copines qu’elle transforme en poupées.

Duos d’anges heureux

Viktor & Rolf, Roméo et Juliette, Tintin et Milou : la mode, c’est mieux à deux. Elise, 18 ans, et Victoria, 16 ans se sont rencontrées il y a trois ans en convention. Leurs personnages sont entièrement inventés et rejouent le concept de la vie et de la mort.

Elles sont aussi les reines de l’accident : Elise, qui prend des cours de couture, n’avait pas voulu son costume comme ça à la base, mais elle l’a lavé et sa jupe s’est abîmée. Quant à la perruque de Victoria, qu’elles ont coupée et crêpée, elle a eu une autre vie avant une sombre histoire de gros noeud capillaire.

Célia, 22 ans, et Léa, 25 ans, sont des adeptes du look Steampunk, un genre de futur alternatif dans lequel on n’aurait pas découvert le pétrole, ambiance machine à vapeur et 19ème siècle. Leurs fringues sont faites main ou choppées en friperies et brocantes, et leur permettent d’« évacuer la frustration de l’uniforme du boulot ».

Les créatures venues d’ailleurs

Dans la catégorie cosplay, il y a ceux qui envoient du pâté de foie. Ils osent tout, même si ça implique de ne pas voir ou de rester muet pendant une journée.

Charlotte, 16 ans, a réalisé son costume de Midona, de Zelda, avec l’aide de sa génitrice. Elle porte une combinaison de plongée repeinte, un casque en tapis de sol qui lui permet de pratiquer la mono-vision, et une fausse dent qui dépasse.

Mélanie (Kiilys), 28 ans, et Quentin (Chaca), 21 ans, bossent depuis décembre sur leurs cosplays de Nami et Shaco du jeu League of Legends. Mélanie, qui manie les écailles en Créa Mousse comme personne, me recommande de « toujours penser aux détails ». Quentin ne recommande rien parce que son masque l’empêche de parler. Tous deux ont aussi pour projet de monter un chouette bar de gamers sur Nantes.

Les bogosses

Un peu de sexe-à-piles dans ce monde fou : Mitia, 19 ans, est un « chat sexy avec une touche comique », que l’on retrouve selon lui dans de nombreux mangas. Cet homme à moitié à poil a fait plus de 150 free-hugs et a reçu plus de compliments sur ses abdos que sur sa tenue. Sa pote estime qu’il est « très bien foutu ». La police n’a pas dû être du même avis, elle l’a viré du métro la veille parce qu’il était torse nu.

Jonathan, 24 ans, a pris une année sabbatique pour faire « tout ce dont il avait envie. » Par exemple pour incarner Usopp de One Piece avant qu’il ne soit trop tard et que le manga lui courre sur le haricot rouge. Ce grand nez, c’est un moyen « d’aller au bout des choses ».  

Pour finir, une petite photo bonus d’une madame impossible à aborder tant elle était courtisée par les appareils numériques. Avec la mention du jury « costume le moins discret et le moins maniable de l’édition 2013 ». Toutes mes félicitations.

Et toi, quels phénomènes étranges as-tu (peut-être) croisés à Japan Expo ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 23 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Freehug
    Freehug, Le 24 juillet 2015 à 14h22

    Melizenn
    Très déçue de cet article, je ne pensais pas que Madmoizelle était adepte de la moquerie bête et méchante. Si c'est censé être de l'humour, c'est très mal dosé et fait passer ces personnes pour de gros débiles en manque d'attention. Se foutre de la gueule d'une passion car elle est différente de "la norme" c'est tellement bas.

    Merci pour la désinformation, je passe mon chemin...
    Je ne comprends pas ta réaction, pour moi l'article a un ton plutôt admiratif devant des costumes franchement hyper réussis... ?

    Moi j'adore le cosplay de Usopp, il est vraiment super ressemblant ! J'aimerais bien faire du cosplay, mais je ne sais pas coudre, je n'ai pas de sous et je n'ai pas d'idée (des persos féminins à la peau mate et aux cheveux bruns bouclés, je ne vois pas trop, elles ont toutes la peau blanche et les cheveux lisses - aussi hors de question de me balader à moitié nue). Une simple tenue steam punk peut-être (mais les corsets ça coûte un bras)...

Lire l'intégralité des 23 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)