James Van Der Beek combat l’homophobie en Indiana dans un sketch brillant

James Van Der Beek et Anna Camp parodient une émission de télé-achat et dénoncent brillamment l'absurdité du « Religious Freedom Restoration Act », qui autorise la discrimination des personnes LGBT.

James Van Der Beek n’est pas seulement l’ex-héros de Dawson, ou un acteur aux expressions faciales optimales pour créer des GIFs animés. C’est aussi un gars qui s’engage, l’air de rien. Dans un sketch paru sur le site Funny or Die, James Van Der Beek joue le faux réac’, pour dénoncer le « Religious Freedom Restoration Act », une nouvelle loi d’Indiana qui rend légales les discriminations contre la communauté LGBT.

Avec l’actrice Anna Camp, James Van Der Beek joue les présentateurs d’une fausse émission de télé-achat. Les deux acteurs reçoivent des appels de téléspectateurs et les interrogent sur leur situation de couple. Ils ignorent ou coupent court avec les téléspectateurs gays ou lesbiennes, mais couvrent de cadeaux la seule personne qu’ils pensent hétérosexuelle. L’acteur justifie ce comportement immonde par la loi qui existe en Indiana, ce qui permet de mettre en avant la totale absurdité de cette législation. 

À lire aussi : Levi’s et Gap protestent contre les lois homophobes de l’Indiana

« – Hé, regardez, nous avons un appel de Don, qui vient de Fort Wayne en Indiana. Bonjour Don !
– Hé, j’adore ces trucs, et cette nouvelle ligne est exactement ce dont nous avons besoin pour notre jardin paysager.
– Qui est ce « nous » ?
– Pardon ?
– Vous avez dit « nous », qui est ce « nous » ?
– Oh, mon amoureux Patrick et moi.
– Oh, c’est mignon.
Ici en Indiana, nous avons une loi sur la liberté religieuse qui fait que nous n’avons pas à servir quelqu’un qui menace notre religion.
– Je veux dire, pouvez-vous imaginer un monde dans lequel un couple gay vous demande de faire un gâteau, et où vous allez vraiment vous asseoir et le faire ?
– Et après, c’est quoi la suite ? Je vais soudainement quitter ma femme Cindy et aller emménager avec Don dans une maison post-moderne sur Palm Springs ?
– Tu es si drôle. Nous avons un autre appel, Henrietta de Bloomington, bonjour.
– Bonjour, je voulais acheter ça pour mon mari.
– Ah, j’adore. Quel est son nom ?
– Lisa.
– Pardon ?
– Je veux dire Lis… [raccroche]
– Ok, mon dieu, tous ceux-ci sont des libéraux. On est en Utah ou quoi ? Allez, amusons-nous un peu !
– Tu as demandé du fun, je monte le son, j’amène le fun.
– Oh, une référence à Broadway ! Allons-y, ces lunettes sont marrantes ! Je suis marrante, j’écoute Meghan Trainor ! Nous avons un appel, c’est Sharla de Lafayette. Bonjour Sharla !
– Bonjour, j’adore ces lunettes !
– Ce serait encore mieux de vous voir avec, ma chère.
– Ok, elle est en couple, n’est-ce pas Sharla que vous êtes en couple ?
– Pardon ?
– Votre mari ?
– Quel est le problème avec lui ?
– Oh, c’est super, vous savez quoi Sharla, puisque vous êtes si respectueuse, nous allons vous faire les frais de ports gratuits, le suivi aussi, et je vous ajoute un extra.
– Wahou, quelle affaire. Que dieu vous protège, Sharla !
– Nous avons un autre appel, Al. Bonjour Al.
– Bonjour, j’appelle à propos de ce téléphone football vu plus tôt.
– Ah oui, c’est vrai.
– Pour qui est-ce ?
– Mon petit ami. Je veux dire, ma petite amie.
– Euh, lequel des deux Al ?
– Petite amie, petite amie. Je suis allé récemment à un camp de conversion des gays, donc je suis hétéro maintenant.
– Oh, ok, c’est bien Al. Alors ça marche, je veux dire ça fonctionne vraiment ! Vraiment. Quoiqu’il en soit, nous arrivons au plat de résistance.
– Il est temps de vous dévoiler cette magnifique pièce offerte par Trends. C’est un classic.
– Ca vous ramène à l’époque des films dans les drive-in, Main Street, les vieilles fontaines de soda, et le panneau en-dessous qui dit « réservé aux Blancs ».
– Oh, la bonne époque, n’est-ce pas ? On a le temps pour encore un appel.
– Bonjour, c’est Théodore.
– Allons-y Ted ! »

L’acteur s’était déjà exprimé contre cette loi sur Facebook, comme le note Hello Giggles, en rappelant un tweet qu’il avait fait il y a quatre ans :

« Si vous dites que vous aimez ce pays pour ces libertés, mais que vous voulez refuser aux gays ces libertés dont vous profitez, vous êtes un hypocrite. Et – pour être bien clair – la « liberté », c’est le droit de vivre comme vous le choisissez. Ce n’est pas le droit de choisir comment les autres doivent vivre. »

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 4 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Bibidi Bobidi Bou
    Bibidi Bobidi Bou, Le 19 avril 2015 à 20h40

    @Petitlouison Han la révélation :oo: !!! J'espère que c'était ça! Merci j'en parlerai à ma mère!

Lire l'intégralité des 4 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)