J’ai testé pour vous… les talons aiguilles

Les filles sont dingues de chaussures à talon, c’est une tradition. Alors diantre pourquoi, autour de moi je ne vois que des ballerines, des converse, des chaussures plates ou des micro-plateaux tous ridicules qu’ils sont ? Les talons hauts font l’unanimité quand on parle chiffons, mais pourquoi ne sont-ils pas à nos pieds ? Blouses, robes sexy, […]

J’ai testé pour vous… les talons aiguilles

Les filles sont dingues de chaussures à talon, c’est une tradition. Alors diantre pourquoi, autour de moi je ne vois que des ballerines, des converse, des chaussures plates ou des micro-plateaux tous ridicules qu’ils sont ? Les talons hauts font l’unanimité quand on parle chiffons, mais pourquoi ne sont-ils pas à nos pieds ?

Blouses, robes sexy, taille basse et décolletés à gogo, ne me font pas peur, mais les échasses, c’est un autre problème. Je constate en premier lieu qu’ils sont nommés talons « aiguilles ». Pas de quoi être mise en confiance puisque dans ma p’tite tête, j’ai l’image pathétique de moi-même avec deux grosse aiguilles sur lesquelles je peine à marcher sans avoir l’air d’une araignée. Sans compter la moquerie générale et universelle de la fille qui se casse la gueule et continue de déambuler comme si de rien n’était. Dur.
J’enfile donc 11 centimètre de dédain et de sensualité, et prépare ma sortie tapisrougesque en enfilant une paire de lunettes, mouche de préférence (au cas où je subirai une honte monumentale, personne ne me reconnaitra).

Pieds escarpés depuis 2 minutes

Et que vois-je ? Les regards sont braqués sur moi. Les femmes me jalousent, lorgnant du coin de l’œil la chute fatale et les hommes se retournent sur une aussi belle démarche. Quant aux gays, ils admirent les souliers si convoités en cherchant à en deviner la marque, la saison et l’année.

Pieds escarpés depuis 5 minutes

Malheureusement, toutes les bonnes choses ont une fin et après 2 minutes 30 de séduction interminables, je me plante. Après un bref passage à la pharmacie pour les miraculeux pansements Compeed, je suis re-prête à cavaler. Ouf.

Pieds escarpés depuis 15 minutes

En fait, le problème avec les talons hauts, c’est qu’ils cambrent au max mon pied et du coup, ça tire… Je boite donc, très légèrement hein, de mon pied droit (le plus fort, c’est pour ça…), mais après tout certains boitent pour se donner un genre alors pourquoi pas ?!
Note à moi-même : penser à acheter un gros sautoir bling-bling serti de diamants et un dentier en or massif pour justifier la démarche.
A part ça, j’ai perdu 2 kilos dans chaque jambe depuis que je fait 11 cm de plus et ça, comme dit la chanson, c’est bon pour mon moral !

Pieds escarpés depuis 25 minutes

Alors que j’arrive à l’arrêt de bus, je vois avec horreur celui-ci passer devant la station, s’arrêter brièvement et repartir sans mes pieds et leur désespérée propriétaire. Je tente donc de le rattraper en courant-boitant, mais je trébuche lamentablement et l’intégralité de mon sac se répand sur le trottoir. Pas de M. Big pour m’aider à ramasser mes capotes et tampons, non, juste une petite vieille qui lève les yeux au ciel et passe à côté de moi en ricanant.

Pieds soulagés sous l’arrêt de bus depuis 7 minutes

Comme l’indique le faux GPS qui dit jamais la bonne heure sous la station, mon prochain bus arrive dans 4 minutes. Je détends donc mes pieds et tente de camoufler avec du fond de teint les marques de lanières trop serrées de mes petons boudinés-gonflés par la chaleur !

Au moment de remettre mes chaussures, malheur. Ca rentre paaas. Je me sens comme Javotte ou Anastasie, qui veulent faire rentrer coûte que coûte leur pied géant, quitte à le plier dans la pantoufle de vair.
Penser à trouver une technique de régime qui fait perdre des pieds. Bah quoi ?
Je suis dans mon cher bus, confortablement accrochée à la poignée du plafond qui ne m’empêche malheureusement pas de trébucher à chaque arrêt un peu trop brusque et chaque virage. Mais j’arrive enfin à destination.

Chez moi, j’enfile illico des spartiates, même si ça fait plus « Astérix chez les romains » que « Scarlett la Starlette en vacances à Hollywood », à chacun son combat. Puis, j’ai rêvé de la vieille pub mentos, où la fille casse un de ses talons et décide de casser le deuxième, parce que mentos c’est trop fresh, et donc c’est pas grave d’avoir niqué sa paire de pompes, en plat c’est bien aussi. La veinarde… Mes talons à moi sont toujours là (à ce prix là, j’aime mieux me casser un bras) mais si on me demande : « je les  garde pour les grandes occasions », les soirées galantes par exemple. Mais attention, je les mets seulement si le mec vient me chercher en voiture… Faut pas rêver non plus !

Big up
Viens apporter ta pierre aux 67 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Soriane
    Soriane, Le 22 août 2010 à 15h47

    Les talons, j'en ai plein le placard, et quand j'en porte, je n'oublies jamais de mettre une paire de ballerines dans mon sac... Question d'expérience : après une sortie de boîte (en talons évidemment) je n'arrivais même plus à marcher (difficile pour rentrer!) j'ai donc retirer mes superbes chaussures et ai fini pieds nus (enfin pas tout à fait, mon chéri a eu pitié de moi et avait peur que je marche sur des bouts de verres, il m'a passé ses chaussettes! )

    Les talons et moi...

Lire l'intégralité des 67 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)