Se battre pour le droit à l’IVG en Irlande, c’est aussi courir 5km pour lever des fonds

Par  |  | 3 Commentaires

En Irlande, le référendum pour le droit à l’avortement approche. Esther s’est invitée à une course pour le droit de choisir, à Dublin.

Se battre pour le droit à l’IVG en Irlande, c’est aussi courir 5km pour lever des fonds
madmoiZelle en Irlande et en Irlande du Nord

Esther est partie recueillir les témoignages des jeunes femmes de plusieurs pays, à travers le monde, avec une attention particulière portée aux droits sexuels et reproductifs : liberté sexuelle, contraception, avortement.

Elle a déjà rendu compte de ses rencontres avec des Sénégalaises, puis avec des libanaises, et sa troisième étape l’a menée en Irlande du Nord (Royaume Uni) et en Irlande ! Elle y réalise interviews, portraits, reportages, publiés sur madmoiZelle au fur et à mesure.

Tu peux aussi suivre au jour le jour ses pérégrinations sur les comptes Instagram @madmoizelledotcom et @meunieresther, avant de les retrouver ici bientôt !

Sur la plage de Sandymount, à l’est de Dublin, de nombreux gilets fluorescents s’activent. Je n’ai pas le temps de faire deux mètres que déjà on m’alpague :

« Vous venez collecter votre dossard ? »

Ce 16 mai, en effet, la plage de Sandymount est le théâtre d’une course à pied. Ou plutôt d’une « marche/jogging/course » de 5 km, en soutien au mouvement Together for Yes.

Le référendum pour le droit à l’avortement en Irlande

Ce 25 mai 2018, un référendum se tiendra en Irlande, pour abroger le 8ème amendement de la Constitution.

En effet, celui-ci consacre « le droit à la vie des enfants à naître », considéré égal à celui de la mère. Dans les faits, ça veut dire que l’avortement ne peut être légal que s’il y a un « risque sérieux et réel » pour la vie de la mère.

Voter pour le « Oui » viserait à remplacer cette disposition par la suivante :

« La loi peut prévoir les conditions de régulation des interruptions de grossesses. »

En VO dans le texte : « Provision may be made by law for the regulation of termination of pregnancy. »)

Cela permettrait de faire évoluer la loi concernant l’avortement en Irlande, sans définir immédiatement en quels termes. L’enjeu de ce référendum est donc d’obtenir la possibilité de légiférer différemment sur la question de l’avortement, ce qui n’est pas permis aujourd’hui par la Constitution.

Courir pour avoir le choix : financer la campagne pour le droit à l’avortement en Irlande

Avec plus de 800 participants, la course est sold out.

« On a réussi à réunir avec cette course 30 000 euros, entre les inscriptions et les personnes ayant lancé leur propre cagnotte de financement, » m’explique Denise Charlton, qui dirige la levée de fonds.

À moins de dix jours du référendum, l’équipe de la campagne doit encore récolter des fonds.

« On approche de la date butoir, mais on aura des factures à payer.

Tout cela sert à soutenir les groupes qui font du porte à porte, pour leur fournir gilets de sécurité, badges, tracts, transport…

Mais c’est aussi pour la campagne publicitaire, les panneaux dans la rue ou sur les réseaux sociaux. »

L’Irlande est en effet recouverte de panneaux, tant pour le « Oui » que pour le « Non ». La plage ce soir est couverte de tee-shirts verts, arborant le nom de la campagne : « Together for yes ». L’argent récoltée sert aussi à se procurer ceux-ci.

Avorter en Irlande, un calvaire

Sur la plage je rencontre Alice*. Elle est venue ici ce soir parce qu’elle avait le sentiment que cette course lui donnait la possibilité de faire quelque chose, enfin.

« Je suis très clairement pro-choix, mais je n’ai pas vraiment fait entendre ma voix jusqu’ici, je n’en parle pas trop.

Alors cette course c’était l’occasion de soutenir la campagne, je veux dire : une course, c’est juste un rassemblement, ça pourrait être pour n’importe quoi d’autre. »

Comme beaucoup, si elle n’a pas été confrontée directement et personnellement aux dégâts que fait la loi, elle l’a été par le biais d’une proche.

« Lorsque j’étais jeune, je n’avais jamais vraiment réfléchi à la question. Et puis une très bonne amie à moi a été violée, et malgré le fait qu’elle ait pris une pilule du lendemain, des semaines plus tard nous avons découvert qu’elle était enceinte.

Je n’ai pas hésité une seconde lorsque ça s’est produit : je l’ai aidée à faire les réservations et à trouver des fonds pour se rendre en Angleterre.

Finalement, c’est vers notre syndicat étudiant qu’on s’est tournées. Leur département bien-être & santé a payé pour le trajet et l’hôtel. »

En effet, l’avortement étant autorisé uniquement dans le cas où la vie de la mère est en danger, un viol n’est pas un argument suffisant aux yeux de la loi pour pouvoir interrompre une grossesse.

Leah* aussi a dû soutenir sa meilleure amie dans ce moment douloureux et quand elle en parle, les larmes montent à ses yeux.

« C’était horrible. Je l’ai accompagnée jusqu’à Londres, c’était vraiment un cauchemar.

On devrait pouvoir recevoir ce type de soins chez soi et être avec ses proches dans ce genre de moment, pas perdu dans une autre ville. »

La course « Together for Yes », l’occasion de se charger de bonne énergie dans une période tendue

Un peu après 19h, l’heure de départ annoncée, l’échauffement commence au rythme de « Eye of the tiger ». Malgré le sujet, grave, l’ambiance est réellement bon enfant.

Il y a des femmes, en majorité, mais aussi de très nombreux hommes, et des gens de tous âges.

Alors qu’on prend le départ de la course, je suis entourée d’une femme âgée, d’une mère et de son enfant qui a clairement moins de 10 ans.

Il y a des gens qui marchent, des gens qui courent, des poussettes ça et là sur le parcours.

Et je dois dire que toute cette foule réunie derrière la ligne d’arrivée, heureuse, ça me met presque la larme à l’oeil.

« C’est une occasion de faire le plein de bonne énergie, enfin, après des semaines de campagne fatigantes et agressives » se réjouit Juliette.

Et c’est vrai que ça permet de respirer, après avoir zigzagué entre les images de foetus et ceux de corps arborant fièrement le slogan « My body my choice », ou même entre les militants des deux camps qui tractaient l’après-midi même sur les trottoirs dans Dublin.

L’heure est donc à la fête, et personne ne se risque à faire des pronostics.

« Des sondages devraient sortir cette semaine, ça nous donnera une meilleure idée de la situation » m’explique Denise Charlton.

Rendez-vous le 26 mai, au lendemain du vote, pour le verdict.

Valeur : + de 40€
18.90€ + 4€ de livraison

Esther

Esther est tombée dans la marmite de madmoiZelle quand elle était petite. Elle n’a pas grandi, mais elle a depuis développé de fortes convictions féministes. Au croisement de la rubrique actu et de la rubrique témoignages, elle passe de temps en temps une tête à l’étranger pour tendre son micro aux madmoiZelles du monde entier !

Tous ses articles

Commentaires
  • Novatrice
    Novatrice, Le 20 mai 2018 à 20h47

    @Esther j’en profite aussi pour te remercier pour cette série passionnante ! C’est un super projet, vraiment, je pèse mes mots. Il me tarde de lire tes articles à venir et de découvrir tes prochaines destinations ! Keep going :top::supermad:

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!

Gestion des cookies

Partages sur les réseaux sociaux

Grâce à ces cookies, nos articles peuvent être directement partagé sur les réseaux sociaux via des boutons de partages. Ces cookies sont gérés par l'éditeur de chaque réseau social.

Facebook, Twitter, Pinterest, Whatsapp
facebook
twitter
pinterest
whatsapp

Mesures d'audience

Nous mesurons les visites de manière anonyme sur les différents articles pour comprendre les intérêts de nos lectrices.

_ga, _gaq, _gid,
_ga, _gaq, _gid
cb

Stream

Nous faisons parfois des lives sur Youtube ou Facebook. On utilise ce cookie pour ne pas afficher les streams si tu ne souhaites pas les voir sur le site.

hideStream

Publicitaires

Ces cookies sont déposés par Smart AdServer et DFP, les outils que nous utilisons pour afficher des publicités sur le site. Ces publicités servent au financement de madmoiZelle et sa rédaction.

smartadserver, doubleclick
smartadserver
doubleclick

Close your account?

Your account will be closed and all data will be permanently deleted and cannot be recovered. Are you sure?